Japon

Facebook Twitter

Quake

Dollar. Cérémonie. Air Liquide > Le centre de R&D de Tsukuba (Japon) célèbre ses 20. Air Liquide Laboratories, célèbre ses 20 ans d’existence ce 25 avril.

Air Liquide > Le centre de R&D de Tsukuba (Japon) célèbre ses 20

Ce centre de Recherche et Développement d’Air Liquide est situé à Tsukuba (Japon), à 50 kilomètres au nord-est de Tokyo, dans un parc scientifique qui compte une cinquantaine de centres de hautes technologies. Le communiqué de l'ambassade de France au Japon. 1.

Le communiqué de l'ambassade de France au Japon

Pertes humaines Nouveau bilan provisoire : au moins 10.000 morts (source : police de Miyagi) 2. Points ressortissants : Sur les 137 ressortissants français présents dans la région Nord-Est, la plus touchée par le séisme, 116 ont pu être contactés et sont indemnes. Miyagi : 77 personnes sur 93 recensées Iwate : 5 personnes sur 10 recensées Fukushima : 19/19 Aomori : 15 personnes sur 15 recensées La France envoie en ce moment une équipe de plus d'une centaine de personnes de la Sécurité civile au Japon, afin de prêter main forte aux autorités japonaises et de les aider dans leur travail de secours. 3.

Deux scénarios sont actuellement possibles : Une mise sous contrôle des centrales défectueuses : dans ce cas le risque reste celui d'une contamination résiduelle liée au relâchement contrôlé de gaz radioactifs, avec un risque négligeable pour l'agglomération de Tokyo. La période critique sera les trois à quatre jours à venir. La reconstruction après le séisme, un enjeu pour la mafia japonaise. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Antoine Bouthier Au lendemain du séisme et du tsunami qui ont frappé le Japon, les premiers arrivés sur place n'étaient ni les organisations non gouvernementales, ni même l'armée.

La reconstruction après le séisme, un enjeu pour la mafia japonaise

Les yakuzas, la mafia japonaise, ont dépêché des centaines d'hommes et des dizaines de camions chargés de couvertures, de nouilles lyophilisées, de lampes de poche et de couches pour bébé. Ils ont par la suite ouvert les portes de leurs entreprises aux réfugiés à Tokyo. Jake Adelstein, journaliste américain spécialiste de la mafia japonaise, auteur du livre Tokyo Vice : An American Reporter on the Police Beat in Japan (éditions Pantheon Books), explique l'intérêt qu'ont les yakuzas dans la région du Tohoku, frappée par le séisme. "Le crime organisé japonais détient 3 % à 4 % de l'industrie du bâtiment.

Lors du séisme de Kobé, en 1995, l'aide du gouvernement était totalement désorganisée. "Ils peuvent agir vite car ils n'ont pas de règles à suivre. Japon: Deux employés de Tepco retrouvés morts à la centrale de Fukushima. La compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco), gestionnaire de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a annoncé ce dimanche le décès de deux de ses employés, qui étaient portés disparus depuis le séisme et le tsnuami qui a mis hors service les installations.

Japon: Deux employés de Tepco retrouvés morts à la centrale de Fukushima

Juste après le tremblement de terre survenu le 11 mars, les deux hommes âgés de 21 et 24 ans étaient partis inspecter le bâtiment de la turbine du réacteur numéro 4. Ils sont morts de multiples blessures, a précisé Tepco. Longues opérations de décontamination Leurs corps ont été découverts mercredi dans un environnement radioactif et ont dû faire l'objet de longues opérations de décontamination, a précisé l'agence Kyodo. Le décès des deux hommes, vraisemblablement survenu le 11 mars, n'a été officiellement confirmé que samedi. Plus de trois semaines après l'arrêt des circuits de refroidissement de la centrale, le risque d'une catastrophe nucléaire n'est toujours pas écarté à Fukushima (nord-est du Japon).

Accidents nucléaires de Fukushima. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Accidents nucléaires de Fukushima

L'accident nucléaire de Fukushima (福島第一原子力発電所事故, Fukushima Dai-ichi (prononciation) genshiryoku hatsudensho jiko?) , également désigné comme la catastrophe de Fukushima[1], est un accident industriel majeur qui a eu lieu le 11 mars 2011 au Japon, à la suite du séisme et du tsunami de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku. Cet accident a impliqué les réacteurs 1, 2 et 3 et la piscine de désactivation du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi : Le séisme du 11 mars 2011 a entraîné un arrêt automatique des réacteurs en service, la perte accidentelle de l'alimentation électrique et le déclenchement des groupes électrogènes. L'observation d'émissions de xénon, avant même la première dépressurisation volontaire du 1er réacteur, indique des dommages structurels probables dans la partie nucléaire des installations immédiatement après le séisme[2],[3].