background preloader

Sociale

Facebook Twitter

Le sourire, baiser de l’âme. Qu'est-ce que l'innovation sociale? Parmi les voies que la France doit emprunter pour sortir d'une crise économique qui dure, celle de l'innovation est dans toutes les têtes. Mais généralement selon une approche purement technologique, encore souvent perçue comme la seule "vraie" manière d'innover. Or une autre forme d'innovation s'épanouit en silence, c'est l'innovation sociale, qui vient d'être officiellement reconnue par le Président de la République François Hollande, à l'occasion de la clôture des Assises de l'entrepreneuriat. Centrée sur l'intérêt général, elle consiste à élaborer des réponses nouvelles à des problématiques sociales apparemment insolubles -chômage de longue durée, égalité dans l'accès aux soins ou au logement, délitement du lien de solidarité, malnutrition- dans les conditions actuelles du marché et des politiques sociales.

Comme toute innovation, l'innovation sociale nécessite d'investir dans la R&D, de s'entourer d'experts et bien sûr de prendre des risques. Comment encourager l'innovation sociale? Le Slow Management : retour sur les 9 « essentiels » du management. Pour construire, reconstruire, ou remettre de l’humain dans l’entreprise, point d’ancrage au bien-être au travail – un concept que nous défendons et préconisons depuis une dizaine d’années maintenant –, il n’y a pas de secret. Leaders, cadres, dirigeants doivent consacrer une partie de leur temps à faire ce que nous appelons du slow management.

C’est même une chose sur laquelle nous sommes devenus intransigeants. Très concrètement, qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que chaque semaine, les responsables doivent savoir se ménager du temps, en dehors des réunions, en dehors des appels téléphoniques, en dehors de la réception et de la lecture des e-mails, pour réellement comprendre ce qu’il y a dans la tête des hommes et des femmes qu’ils dirigent ; du temps pour les écouter, du temps pour apprendre, du temps pour enseigner. Il n’y a pas de leaders, des managers, de cadres mêmes, dignes de ce nom qui ne fassent pas du slow. 1. Ce que nous voulons dire par là est très simple. 2. Introduction à l'innovation sociale. L’agilité expliquée à mon manager (1): un peu de théorie

En 2011, un agiliste est venu frapper à la porte d’Ithaque pour parler du bocal à con et me proposer d’en expliquer le concept lors de conférences. J’y ai découvert un monde fascinant, qui détient les clés d’un management différent qui, à défaut d’être parfait, évite de s’enfermer dans ses erreurs et replace l’humain au centre des préoccupations. Partons découvrir ce management qui sort petit à petit du cercle un peu fermé des développeurs et dont l’esprit gagnerait à être expliqué à nos managers… Pour tout vous dire, lorsque j’ai rencontré Laurent Sarrazin et Jean-Claude Grosjean à un Twitpéro, je n’ai pas compris grand-chose à ce qu’ils m’ont raconté. Pour vous en dire encore un peu plus, lorsque j’ai participé au Scrumday 2012 et écouté la conférence d’Oana Juncu sur le product owner, je n’ai rien compris du tout. Et puisque, le temps passant, d’autres saisons de Rupture douce on vu le jour, voici aussi la troisième: Rupture douce, saison 3: l’agilité pour libérer l’entreprise Voir aussi.

Décidez | Impossible, selon nous, de faire adhérer un groupe, contre son gré et sur la durée, à une pensée élaborée par d’autres. Notre métier repose sur l’art de porter un groupe vers une décision partagée. Un groupe humain devient puissant lorsque son terrain de jeu est pertinent et bien cadré. Quel que soit l’enjeu, nous construisons, inventons, créons pour lui la situation de travail idéale pour qu’il atteigne son objectif. Nous lui donnons les clés pour s’inspirer, tester, décider et in fine appliquer des solutions ou des plans d’actions robustes. Depuis l’an 2000, au travers de plusieurs centaines de missions, nous oeuvrons là où nos clients ont décidé de mobiliser l’intelligence collective. Notre approche peut s’adapter à tous les enjeux stratégiques, politiques, économiques ou humains. Découvrir nos fondamentaux High Value Workshop® Ateliers Collaboratifs Une étape à franchir en groupe ? Programme/Projet en mode collaboratif.

La communication : un art et une science ! Note : Cette chronique invitée a été écrite par Sylvie Racine, dans lequel elle nous partage ses trucs pour favoriser une meilleure communication. On commence à communiquer au jour 1 de notre existence. Et nous savons déjà ô combien l’ensemble de notre qualité de vie est directement dépendant de la qualité de notre communication. Mais puisqu’on ne peut pas pleurer comme un nourrisson éternellement, il faut bien ajuster le style à la réalité.Ca mérite qu’on s’y arrête, le temps d’un article ! Le « B-A BA » de la communication Quelques principes de la communication bien dissimulés et trop souvent oubliés lorsque nous sommes en pleine discussion: On communique « toujours », même quand on ne dit rien.

Ajoutez à ça le type de journée passée, la quantité de sommeil et les mouvements hormonaux, les aspects culturels (que nous omettrons) et vous avez un défi de taille pour arriver à communiquer correctement et efficacement … Bref, bien communiquer, c’est une science. Stratégies de pro ! Conclusion. Co-working.

Time Management. Etudes de marchés. PSYCHOLOGIE & MANAGEMENT ψ. Huit étapes pour fixer les règles du jeu dans l'équipe. " Attention aux zones de flou dans le fonctionnement de l'équipe ! Car selon son histoire et son tempérament, chacun interprétera différemment la bonne façon de vivre ensemble. Ce qui va créer des couacs, des frustrations et un fort sentiment d'injustice dans l'entité. La meilleure parade consiste encore à obtenir un consensus. Illustration en huit étapes. 1. Prise de conscience. " Non, je n'ai pas fini ! ". 2. 3.Premières réflexions. 4. 5. 6. 7. 8. . . . . . . La publicité peut avoir des effets nocifs sur la société. Le jugement des "Déboulonneurs" de pub, accusés d'"atteinte à la liberté d'expression", est rendu mardi.

Des chercheurs défendent "la liberté de (non) réception des citoyens". Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Guillaume Dumas, Mehdi Khamassi, Karim Ndiaye, Yves Jouffe, Luc Foubert et Camille Roth, chercheurs en sciences cognitives et sociales "Il serait inique que des barbouilleurs animés par un esprit civique de dépollution des images soient poursuivis et condamnés, alors que tant d'ignominies dues à la recherche du profit maximum sont tolérées.

" Edgar Morin. Le 3 avril, huit personnes du collectif "les Déboulonneurs" comparaissaient à la chambre d'appel correctionnelle de Paris pour avoir barbouillé des panneaux publicitaires. Les sciences cognitives et sociales (neurosciences, psychologie et sociologie notamment), disciplines dont nous relevons, tendent à montrer que la publicité biaise nos comportements les plus automatiques, y compris de façon inconsciente. Blog | Christine Koehler. Nous étions une vingtaine vendredi dernier, pour la Rencontre Ouverte avec Raphaël Souchier, auteur de Made in Local et consultant en économies locales vivantes – c’est ainsi qu’il se définit lui-même- : quelques habitués ou curieux, mus par leur intérêt pour l’entreprise de demain, quelques proches qui pointaient enfin leur nez (ainsi il ne faut jamais désespérer du premier cercle même si votre deuxième cercle vous montre plus de fidélité), ainsi que ceux que je voyais pour la première fois et avec qui, malheureusement, j’ ai peu de temps pour faire connaissance.

Sans surprise dans ces nouveaux venus un fort intérêt pour les thématiques du développement soutenable. C’est que Raphaël Souchier est quelqu’un d’engagé. Les économies locales vivantes, plutôt que mortes, suicidées par l’absence de futur commun, c’est son truc. Ainsi nous dit-il, quand Arcelor est repris par Mittal dont la gestion est boursière et planétaire, l’avenir local n’est pas son problème. Ne décrochez pas ! Les 97 outils indispensables pour trouver des clients ! Trouver des nouveaux prospects est un des leitmotiv des entreprises.

En effet l’érosion naturelle de sa base de clients impose sans cesse de trouver de nouveaux clients pour remplacer ceux qui disparaissent. Certaines études estiment que les entreprises perdent chaque année environ 5 à 20% de leurs clients (choix d’un nouveau fournisseur, fermeture définitive, changement des habitudes de consommation…), ce qui fait qu’au bout de 5 ans si l’on ne fait rien la moitié de ses clients disparaissent… Pour vous aider à trouver de nouveaux clients, voici la liste des principaux outils marketing à utiliser pour recruter des prospects. Il faut noter que ces outils ne sont pas classés par ordre d’importance. Vous voulez découvrir des trucs et astuces pour attirer plus de prospects ?

Téléchargez notre guide gratuit ! Partie 1 : Les outils Marketing traditionnels pour trouver un client. Outil 1 : Les flyers et les prospectus. Outil 2 : L’affichage publicitaire en dehors du magasin. Je vous offre mon guide. La communication d’un commandant de bord. « Voilà, j’espère que vous n’êtes pas incommodés par la zone de turbulence que nous traversons. Pour ceux qui sont un peu fâchés avec ce phénomène qu’on appelle improprement les trous d’air, imaginez que l’atmosphère est comme la mer : il y a des petites vaguelettes mais invisibles; exactement comme sur un bateau, on rebondit sur ces vaguelettes et du fait de la vitesse, on est dans la même situation que sur un hors-bord. Ca donne un côté saccadé au vol; c’est inconfortable mais ce n’est absolument pas dangereux. » Bien évidemment les zones de turbulence font partie du quotidien pour un équipage; les pilotes les gèrent sereinement, confiants sur les performances de l’appareil, sur leurs propres capacités et la coopération avec les autres navigants.

Mais ce n’est pas parce qu’on est rassuré soi-même en tant que pilote, qu’il en est de même des passagers. Jérôme sait être réaliste et me dit « ». Pour l’efficacité de l’équipe, la mayonnaise doit prendre très vite. Innovation. Ces décisions catastrophiques qui nous menacent. Ce 7 janvier 2007, dans le massif des Arves, en Savoie, à 2 800 mètres d'altitude, des randonneurs à ski s'arrêtent au bord d'une combe : y a-t-il un risque à s'engager ?

Le groupe, composé de quatre hommes et deux femmes, est mené par un chef de course. Parmi les participants on compte quatre experts en matière d'avalanches, et c'est l'un d'eux qui propose de passer. Six personnes, quatre experts, un groupe mixte et un meneur : toutes les conditions étaient réunies... pour aller à la catastrophe, ce qui n'a pas manqué de se produire. Les skieurs se sont élancés, et le manteau neigeux a cédé. Comment des randonneurs expérimentés ont-ils pris cette décision absurde de s'engager dans une situation de danger mortel ? Alors qu'ils savaient que ce jour-là le risque d'avalanche était élevé au-dessus de 2 200 mètres, que la combe présentait un angle propice aux avalanches et qu'une corniche au-dessus de celle-ci comportait un dépôt de neige apportée par le vent, autre facteur déclenchant ? Plate-formes - Bonnes pratiques & innovation émergentes.

Les 5 M de la déresponsabilisation. Savez-vous ce qui explique la déresponsabilisation au sein de votre organisation ? De vos équipes ? Savez-vous comment y remédier ? Comme le disait Howard Gardner, le leadership est un processus à deux côtés: celui de l’influence et celui de l’imputabilité. Ce conseiller de John F. Alors lorsque l’on parle de leadership partagé, ce que l’on souhaite c’est élever le sentiment de responsabilisation à la grandeur de l’équipe ou de l’organisation face à la mission commune; c’est faire en sorte que le plus grand nombre possible dans l’organisation se sente imputable de la réalisation du but commun.

Aujourd’hui je vous invite à réfléchir autrement à la responsabilisation en examinant les 5 M de la déresponsabilisation: Se MéfierMédireMépriserMentirSe Méprendre Se Méfier. La déresponsabilisation prend très souvent sa source dans un environnement de méfiance. Mépriser. Médire… c’est parler contre quelqu’un ou un groupe de personnes. Ne pas se prêter soi-même à ce jeu social. Mentir… se Méprendre… Outils collaboratifs. Intelligence collective. Intelligence collective. La confiance : comment la gagner et comment la perdre ? Crises économiques, crises politiques, crises corporatives, crises sociales…Que l’on soit à Montréal, Paris, Washington, la confiance est dorénavant devenue l’ingrédient qui manque le plus dans nos rapports avec nos leaders.

À titre d’exemple, seulement un américain sur trois fait confiance au gouvernement, au monde corporatif et aux institutions traditionnelles. Au Canada, selon un sondage Ipsos 2011, seulement 9% des répondants font confiance aux dirigeants politiques; et seulement 19% aux chefs d’entreprises… c’est encore moins qu’aux avocats semble-t-il (22%). En France, la situation n’est guère plus reluisante alors qu’en 2011 les Français se montraient les plus pessimistes et les plus méfiants envers leurs élus (sondage BVA et Gallup).

Seulement 28 % d’entre eux font confiance aux entreprises. Une étude d’Edelman, grande entreprise de relations publiques, fait ressortir également que le niveau de confiance envers le monde des affaires a connu une baisse de plus de 20 % depuis 2001. Décider de s'associer. 10 compétences-clefs pour l'avenir. Les médiateurs professionnels organisent les premiers Symposiums sur les risques psychosociaux. Les risques psychosociaux (RPS) ne sont définis, ni juridiquement, ni statistiquement, aujourd’hui, en France. Ils sont à l’interface de l’individu et de sa situation de travail d’où le terme de risque psychosocial. Sous l’entité RPS, on entend stress mais aussi violences internes (harcèlement moral, harcèlement sexuel) et violences externes (exercées par des personnes extérieures à l’entreprise à l’encontre des salariés).

Les RPS ont un impact dans l’entreprise. Certains indicateurs sociaux démontrent au quotidien ces éléments. En France, il n’existe pas de réglementation spécifique à la prévention du stress au travail. La médiation professionnelle reste un moyen incontestable afin d’anticiper les RPS. Le symposium RPS a pour objectif de fournir à tous les stagiaires des renseignements pratiques et utiles afin de mettre en place une procédure de prévention des risques psychosociaux.

Ces événements auront lieu : 13 mars 2012 en Avignon, 22 mars 2012 à Marseille, 29 mars 2012 à Nice. Comment l’internet transforme-t-il la façon dont on pense ? (4/5) : l’internet n’a-t-il rien changé. Par Hubert Guillaud le 12/02/10 | 1 commentaire | 4,512 lectures | Impression “Comment l’internet transforme-t-il la façon dont vous pensez ?” , telle était la grande question annuelle posée par la revue The Edge à quelque 170 experts, scientifiques, artistes et penseurs. Difficile d’en faire une synthèse, tant les contributions sont multiples et variées et souvent passionnantes. Que les répondants soient fans ou critiques de la révolution des technologies de l’information, en tout cas, il est clair qu’internet ne laisse personne indifférent. Internet n’a rien changé ! Tous les experts interrogés par The Edge ne sont pas des techno-enthousiastes. Pour Nicholas A. L’intelligence de notre cerveau a évolué en réponse aux exigences de la complexité sociale, affirme l’auteur en reprenant “l’hypothèse du cerveau social”.

L’internet peut tout changer Pourtant, ce n’est peut-être pas ce constat qui est important, estime-t-il. Hubert Guillaud Sur ces mêmes sujets Aucun article relatif. Centre de Sociologie de l'Innovation - Center for the Sociology of Innovation. Whaller.com - Réseautez en confiance. Actualités.