background preloader

Société

Facebook Twitter

Comment la parentalité intensive nous bouffe la vie (1/2) — Vivons heureux avant la fin du monde. Vous connaissez les soirées 4D après le travail : devoirs, douche, dîner, dodo ?

Comment la parentalité intensive nous bouffe la vie (1/2) — Vivons heureux avant la fin du monde

Rien de tel pour se faire un petit burn-out, et se demander ce qui nous a pris de faire des enfants. Pourquoi personne ne nous prévient du niveau d’épuisement que l'on va atteindre en se reproduisant ? Personnellement, je n'ai rien vu venir. Fast-fashion ou coton bio, peut-on s’habiller sans polluer ? (1) — Vivons heureux avant la fin du monde.

L'industrie du textile et de la mode crée de faux besoins pour qu'on achète sans cesse des habits.

Fast-fashion ou coton bio, peut-on s’habiller sans polluer ? (1) — Vivons heureux avant la fin du monde

Notre cerveau est conditionné pour vouloir du nouveau, à n'importe quel prix. Y compris celui de la destruction des ressources, de la pollution et du gaspillage. Mais il faut savoir qu'une robe en coton bio n'est souvent pas plus écolo qu'une chemise en synthétique. Peut-on cuisiner des animaux morts ? — Vivons heureux avant la fin du monde. Mettre quelques merguez à griller sur le barbecue pour ses amis, ou des brochettes marinées, c’est un peu le sens de la vie, un truc simple qui rend tout le monde heureux.

Peut-on cuisiner des animaux morts ? — Vivons heureux avant la fin du monde

Sauf que dans la merguez, il y a de l’agneau. Et dans les brochettes, du bœuf, ou du poulet. On n’y pense pas vraiment. Ça gâcherait notre plaisir de se dire qu’on va planter notre fourchette dans des morceaux de cadavre. Tout est bien organisé pour oublier les animaux, comment ils ont vécu et comment ils sont morts. #87 - Politise ton (dé)confinement : petit manuel de résistance — Quoi de Meuf. Patrice Spinosi, avocat : "Le grand danger de notre siècle est que l'on oublie ce qu’est l’État de droit" Alors que le Parlement entame ce mardi l'examen du texte de loi controversé sur la "sécurité globale" à l'Assemblée Nationale, Patrice Spinosi, avocat, spécialiste des questions de libertés publiques, est l'invité du Grand entretien de France Inter.

Patrice Spinosi, avocat : "Le grand danger de notre siècle est que l'on oublie ce qu’est l’État de droit"

"On vit aujourd’hui une période très particulière", remarque l'avocat Patrice Spinosi, spécialiste des questions de libertés publiques. Il souligne que nous acceptons la liberté restreinte ou la justification de nos déplacements "parce qu’il y a une menace sanitaire". "C’est normal de l’accepter parce que nous savons que c’est temporaire.

Mais il y a un double danger : l'érosion de notre sentiment de liberté et l’utilisation de ce besoin de sécurité sanitaire. " Monique Pinçon-Charlot : Casse sociale, le début ? — Thinkerview. Bienvenue dans l’anthropocène ! (4/4) : Des mondes à composer — LSD, La série documentaire. Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend A Montlahuc, le loup a surgi et, non sans drame, s’est fait « passeur de nature ».

Bienvenue dans l’anthropocène ! (4/4) : Des mondes à composer — LSD, La série documentaire

Un peu plus loin, dans une vallée du Haut-Diois, une école primaire apprend aux enfants à rester seuls dans les bois. Tandis qu’à Notre-Dame-Des-Landes s’invente une autre manière de vivre avec les humains et avec les non-humains. « Anthropocène », voilà un terme qui porte en lui sa contradiction. Car un « âge de l’homme » c’est à coup sûr la fin de notre histoire. Les paradoxes de la viande (1/4) : Comment je me suis disputé… (ma vie végétarienne) ? — LSD, La série documentaire.

Quand j'ai annoncé à ma famille ou belle-famille que je devenais végétarien, c'était le silence qui accueillait l'information.

Les paradoxes de la viande (1/4) : Comment je me suis disputé… (ma vie végétarienne) ? — LSD, La série documentaire

Ma compagne de l'époque m'a dit que cela lui a fait comme si je luis annonçais que j'étais homo. Franck Barraud Qu’est ce qu’un vegan ? Un citoyen qui évite le plus possible les produits ayant nécessités l’exploitation d’un animal. Les paradoxes de la viande (2/4) : Filmer le sang des bêtes : une histoire des images, de Georges Franju aux vidéos de L.214 — LSD, La série documentaire. Dans le film de Georges Franju, Il y a une théâtralisation de cette mise à mort qui est là pour nous rappeler que c'est un spectacle que l'on ne veut plus voir.

Les paradoxes de la viande (2/4) : Filmer le sang des bêtes : une histoire des images, de Georges Franju aux vidéos de L.214 — LSD, La série documentaire

Il y a une approche poétique, lyrique et documentaire des abattoirs. Muriel Pic A l’origine du paradoxe de la viande, il y a l’invisibilisation de l’abattage. Avant même l’industrialisation des abattoirs, les “tueries” étaient déjà un lieu à part, hors champ, obscène. Les paradoxes de la viande (3/4) : Genèse d’un steak, de l’assiette à la bête — LSD, La série documentaire. Le documentaire prend comme point de départ une recette ordinaire de notre gastronomie : le steak.

Les paradoxes de la viande (3/4) : Genèse d’un steak, de l’assiette à la bête — LSD, La série documentaire

Un steak pour l’exemple. Dans une barquette industrielle puisque 80% de la viande en France est achetée en supermarché. Un peu comme une cassette que l’on rembobine, on remonte, étape par étape, le cycle de fabrication du produit "steak" : de son conditionnement jusqu’à la conception médicalement assistée du veau par insémination artificielle, grâce à l’étiquette sanitaire qui figure obligatoirement sur la barquette. En alternant témoignages d’acteurs de la chaîne (ouvrier d’abattoir, vétérinaire, entretien avec un journaliste infiltré qui s’est fait embaucher au poste de saignée sur la chaîne d’abattage), on égrène la série d’opérations qui transforment un animal en matière consommable et commercialisable. Avec : Nicolas Treich, économiste ; Thibaut Schepman, auteur de l’enquête Steak assez (Ed.

Une série documentaire de Delphine Saltel, réalisée par Vincent Decque Liens Bibliographie. Les paradoxes de la viande (4/4) : À l’école des bouchers — LSD, La série documentaire. Aujourd'hui, il est très rare que les bouchers découpent eux-mêmes des carcasses entières.

Les paradoxes de la viande (4/4) : À l’école des bouchers — LSD, La série documentaire

Ils n'ont plus ce face à face avec la forme de l'animal Un quatrième volet en forme de plongée dans une corporation longtemps très puissante et qui voit vaciller aujourd’hui le consensus autour de la viande heureuse et de l’alimentation carnée. Si on était pas là, il n'y aurait pas Rungis, les fermiers, les éleveurs. ça fait de l'emploi et on mange bien.