background preloader

Ecole

Facebook Twitter

À quoi sert un étudiant en arts plastiques ? Octobre 14th, 2012 Posted in Études, Mauvaise humeur.

À quoi sert un étudiant en arts plastiques ?

À qui profitent les dépenses éducatives ? L’éducation a été un des thèmes de la campagne présidentielle de 2012 mais des questions cruciales ont été ignorées.

À qui profitent les dépenses éducatives ?

Par exemple, celle-ci : les dépenses publiques d’éducation, celles de l’État et des collectivités locales, plus de 100 milliards d’euros par an, bénéficient-elles de façon égale à tous les jeunes ou davantage à certains ? Progressivement, le premier budget de la nation se répartit-il de façon plus égalitaire ou plus inégalitaire ? Pour répondre à ces questions, il faut connaître, sur une période suffisamment longue, les différences de durée des études entre élèves et étudiants, sachant qu’une année d’étude supplémentaire est un investissement globalement rentable pour l’individu concerné mais aussi un coût pour la collectivité. Les différences de durée des études sont connues en calculant, à partir des taux de scolarisation par âge publiés chaque année par le ministère de l’Education nationale, l’âge de sortie du système éducatif selon le décile.

La fermeture de classes n'est que la partie visible de l'iceberg - Société. Pour le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, la suppression de 1.500 classes annoncée mardi 26 avril en primaire à la rentrée prochaine est une rupture sans précédent.

La fermeture de classes n'est que la partie visible de l'iceberg - Société

Son secrétaire général, Sébastien Sihr, interrogé par Nouvelobs.com, souligne que ces fermetures s'accompagnent de la suppression de 9.000 postes d'enseignants. Le syndicat conteste les chiffres présentés par le ministre de l'Education. Alors que Luc Chatel avance un effectif de 25 élèves par classe en maternelle et de 22 dans le primaire, Sébastien Sihr estime qu'avec 5.000 élèves supplémentaires attendus à la rentrée, il y aura "selon un effet logique simple" plus d'élèves par classe. L'effectif moyen en élémentaire était de 23 élèves par classe à la rentrée 2010. Injoignable mardi matin, le ministère n'a pour le moment pas précisé comment il est parvenu à son estimation. Premières victimes : les élèves 400 en difficultés.

France : Les élèves français ont moins de profs que leurs voisins. La France arrive en bas d'un classement des pays de l'OCDE pour son taux d'encadrement des élèves du primaire et du supérieur.

France : Les élèves français ont moins de profs que leurs voisins

Les collèges et lycées s'en sortent mieux. «Les suppressions de postes dans l'Education nationale n'obéissent pas à la démographie ni à la nécessité de réduire un budget qui serait surdimensionné mais à une volonté idéologique de casser l'Ecole publique, en la dénigrant et en supprimant ses moyens de fonctionnement». La réaction de la FCPE, première fédération de parents d'élèves, ne s'est pas fait attendre, après la parution d'une note du Conseil d'analyse stratégique (CAS) selon laquelle la France a l'un des plus faibles taux d'encadrement des élèves de l'OCDE. Le taux d'encadrement rapporte le nombre d'enseignants au nombre d'élèves dont ils ont la charge. En cause principalement, les taux bas en primaire et dans le supérieur. L’école condamnée à produire du capital humain» Suppressions de postes, résultats des élèves en baisse, enseignants désorientés… L’éducation sera l’un des sujets de la campagne présidentielle et la Nouvelle Ecole capitaliste - le livre de Christian Laval (1), Francis Vergne, Pierre Clément et Guy Dreux - tombe à point pour le nourrir.

L’école condamnée à produire du capital humain»

Les auteurs, enseignants et chercheurs, analysent les transformations en profondeur entraînées par le néolibéralisme dans le système éducatif. Christian Laval, professeur de sociologie à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, revient sur les mécanismes ayant conduit à une redéfinition des missions de l’école au service de l’entreprise et plaide pour un renouvellement de la pensée sociologique. Vous décrivez une «nouvelle école capitaliste» soumise à la concurrence, gérée comme le privé et au service de l’économie : est-elle née sous Sarkozy ? Non, ce serait une grande erreur de le croire. Oui, c’en sont des aspects majeurs. Primaires, collèges, lycées. J'ai reçu hier la lettre de Hollande pour l'éducation.

Primaires, collèges, lycées

Après les recrutements d'enseignants à pôle emploi, voilà le recrutement sur Le bon coin ! - Le Parti de Gauche : écologie, socialisme, république. On savait que la rentrée scolaire se déroulait dans de scandaleuses conditions pour les personnels et pour nombre d’élèves malgré l’engagement sans faille de leurs enseignant-e-s.

Après les recrutements d'enseignants à pôle emploi, voilà le recrutement sur Le bon coin ! - Le Parti de Gauche : écologie, socialisme, république

Rose renie son éducation. 47 personnes renvoient leurs Palmes académiques. Quarante-sept personnes décorées des Palmes académiques, principale distinction de l'Education nationale, ont décidé de les renvoyer, en lançant "L'appel des 47" contre la politique éducative du gouvernement dans l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo de mercredi.

47 personnes renvoient leurs Palmes académiques

Politique de destruction et de communication. La semaine dernière, je faisais un billet pour montrer, chiffres à l’appui, que la fonction publique française n’avait pas spécialement plus de personnel que celle des autres pays de l’OCDE.

Politique de destruction et de communication

Un peu après, les chiffres actualisés tombaient : la France a le plus faible taux d’encadrement d’élèves dans les écoles. Elmone revient dessus aujourd’hui. « La France arrive en bas d'un classement des pays de l'OCDE pour son taux d'encadrement des élèves du primaire et du supérieur. Les collèges et lycées s'en sortent mieux. » Et encore. L'école française est-elle en train de changer de modèle? Une nouvelle école s'esquisse.

L'école française est-elle en train de changer de modèle?

Comme face à un puzzle auquel il manque trop de pièces, il est longtemps resté difficile de deviner à quoi l'école de l'après-2012 pourrait ressembler en cas de réélection de la droite. Est-ce qu'on était dans un simple régime minceur - jeudi 10 février, les enseignants sont en grève pour dénoncer une rentrée avec 16 000 postes en moins -, ou dans un changement de modèle ? La réponse s'impose doucement et une architecture nouvelle se dessine. La pièce maîtresse s'est emboîtée le 12 janvier.

Ce jour-là, a été annoncé le passage sous statut dérogatoire de près de 2 000 collèges et écoles. Suppression des allocations familiales et… des Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté : le cynisme écoeurant du gouvernement. « Le décret qui permet d’appliquer la loi visant à lutter contre l’absentéisme scolaire en suspendant les allocations familiales est paru dimanche au Journal officiel, annonce La dépêche. «En cas d’absentéisme scolaire, au moins quatre demi-journées sur un mois, le directeur de l’organisme débiteur de prestations familiales est tenu de suspendre, sur demande de l’inspecteur d’académie, le versement de la part des allocations familiales dues au titre de l’enfant», stipule t-il.

Dans un communiqué commun, le Ministre de l’Éducation nationale (Luc Chatel, NdA) et la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot soulignent que la publication du décret «montre l’engagement continu du gouvernement pour favoriser la responsabilité des parents d’élèves et leur implication dans la scolarité de leur enfant». Le prochain challenge - Seb Musset's Posterous. La fin de l'école gratuite et efficace. En juillet dernier, nous avons dit au revoir à trois collègues, dans mon collège : le premier, enseignant de mathématiques avait obtenu du rectorat un congé de formation pour passer l'agrégation. La seconde, professeur d'allemand avait eu une mutation. Apprendre à éviter les couteaux. L'ascenseur social est définitivement en panne - Dom la ménagère.

Dernièrement, un palmarès des lycées était paru parmi tant d'autres sur L'Express, classant les lycées français selon trois critères de sélection : taux de réussite au bac, capacité à faire progresser les élèves, et lycées sélectifs ou accompagnateurs, à savoir capacité à permettre à ses élèves de réussir dans leur propre établissement. Comme chaque fois que ce genre de palmarès paraît, comme pour celui des hôpitaux et leur qualité de soins, on se jette dessus pour voir si le lycée dans lequel on a fait ses études est dedans, si celui que fréquentent ou devront fréquenter nos enfants est dedans ou pas.

Car même si la carte scolaire n'est soit-disant plus, il faut bien être honnête, les meilleurs établissements sont très demandés et cela passe dans beaucoup de cas par cooptation, réseau, et connaissances pour obtenir une si désirée place dans le lycée de son cœur (ou plutôt de sa raison). Chose que ne peut faire le collège du même nom, dont les effectifs sont fonction du lieu d'habitation. Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être. Chacun constate aujourd’hui combien l’idéalisme de l’école pour tous a atteint ses limites. Malgré la scolarisation de masse, les enfants des pauvres demeurent ce qu’ils ont toujours été : laids, stupides, violents, indociles et donc dangereux.

Des études officielles ont dévoilé les piètres performances scolaires des élèves issus des milieux indigents que caractérisent l’oisiveté, la décomposition familiale et l’absence d’autorité. En outre, l’Education Nationale, dont le coût est inversement proportionnel à l’efficacité, mine notre économie déjà affaiblie par la crise. Assumant les frais d’inscription de sa progéniture dans d’honnêtes établissements privés, l’élite étouffe sous une fiscalité oppressive au profit d’incurables assistés. Il est temps de briser les tabous, d’abolir la censure du politiquement correct et de mettre en place des réformes courageuses, indispensable au redressement des finances publiques.