Bataille des retraites 2010

Facebook Twitter

La retraite bat son plein. Mon père ce cynique, m'a toujours dit : " -Fils, la retraite était l'acquis social le plus juste.

La retraite bat son plein

Il a été crée au plus juste pour que les ouvriers puissent au mieux en profiter un à deux ans avant de crever. " Rien ne bougeait ou presque depuis 30 ans. Il fallait un réajustement... pour la prochaine fournée de retraités. Les retraites, la peur et l'abandon. Selon la rhétorique du moment, nous serions les victimes d'"un épineux problème", un « tabou », une « exception française » qu’il faudrait que toi, feignant et infantile travailleur pas assez productif, tu te « résignes » enfin à regarder en face.

Les retraites, la peur et l'abandon

Essayons de relativiser ce concert d’inquiétudes qui depuis 15 ans (30 si j’en crois les anciens) est censé ronger la société : « La question des retraites » Cette interrogation crispée repose sur trois postulats rabâchés de chaînes en chaînes, dans les éditoriaux des magazines, sans parler des interventions des sbires de l’UMP passant d'un plateau à l'autre pour nous expliquer comment on a tout faux et comment ils ont tout bon : - L’espérance de vie a augmenté et il y aura moins d’actifs que d’inactifs en 2050. Pas de retraite dans ta tête. « Réforme des retraites, cette fois c’est parti (mais en douceur). » Le monarque, magnanime, ne "passera pas en force" et reporte à la rentrée un débat déjà tranché sur "l'épineuse question" des retraites.

Pas de retraite dans ta tête

A 39% de popularité et quatre semaines de régionales, "l'urgence" peut attendre six mois. Pour l'occasion, lundi soir sur les plateaux des JT fut encore joué le concert télévisé du "bon sens" réduisant à une seule les modalités de l'inévitable sauvetage : L'allongement de la durée de cotisation. - Oh tu nous saoules avec tes histoires de retraite ! Ami, entends-tu le son du COR au fond des lois ? Banale promotion d'un blockbuster, la campagne médiatique sur la "concertation avec les syndicats en vue de la présentation d'un projet de loi en septembre" devant répondre au "déficit désastreux des caisses de retraite" a démarré en début de semaine avec la technique habituelle consistant à noyer le chaland dans la panique en tapissant de terrifiantes statistiques son humeur résignée.

Ami, entends-tu le son du COR au fond des lois ?

Nous en avions déjà parlé ici et ici. Un rapport alarmiste du COR (conseil d'orientation des Retraites) est comme par hasard venu étayer de ses lourdes prévisions la bordélitude calculée de l'argumentaire d'Eric Woerth, ce dernier comparant les revenus de l'impôt 2010 avec les pronostics des caisses de retraites en 2050 (pas mal pour un ministre probablement pas foutu de savoir où en sera la Grèce dans 3 semaines.) L'arnaque à la discussion peut donc commencer. Au cas où tu n'aurais pas compris la finalité du message à sens unique : Tu vas devoir travailler deux ou trois ans de plus.

Les retra?tres. Au petit bonheur le bulldozer.

Les retra?tres

Tel est le rythme du gouvernement pour faire rentrer dans la tête du client à bulletin de vote que les jours heureux de la grosse glande socialo-bolchévique sont finis et qu'il n'y a pas d'autres options que de bosser bien au delà des 60 ans. Christophe sur Peuples.net [1] dit 70. De beaux marronniers. Ce ne sera que timidement avoué sur les ondes.

De beaux marronniers

Sachez-le : c'était ensoleillé, massif, hétéroclite et revigorant. Hier. Alors qu'à l'appel des syndicats, les cortèges de salariés du public, du privé, retraités, intermittents, familles se rassemblaient partout en France, la belle journée débutait sur une double farce mediapolitique : - L'annonce de la réception d'un footballeur à la main baladeuse à l'Élysée par un Monarque, visant rien de moins que le Grenelle du foot, n'hésitant pas à annuler pour l'occasion ses rendez-vous de longue date avec des ONG. La guerre des retraites : la revanche du sept. Ritournelle standard: il parait qu'il y aura 20.000 centenaires dans vingt ans. 1 / je demande à voir (mince faut attendre 20 ans).

La guerre des retraites : la revanche du sept

Vu la malbouffe ambiante et le stress au taf, je crains que les chiffres ne soient très prochainement revus à la baisse. 2 / Une seule statistique compte: l’espérance vie en bonne santé. Elle est de 63 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes, pour un ouvrier du bâtiment cette espérance de vie en bonne santé tombe à 59 ans (source INSEE). La santé est donc liée à la nature du travail et à sa durée. A partir d'un certain âge, tranche 55-65, le travail (attention, pas le job qui consiste à pondre des propositions de réforme pour culpabiliser les autres de ne pas travailler plus à gagner moins) influe méchamment sur l'organisme. [video] Deux mondes. 7 septembre 2010. 13h45.

[video] Deux mondes

Temps chargé sur Paris. Ça sent la pluie. Rendez-vous est pris avec quelques amis blogueurs, place de la République, pour un suivi de la manifestation contre le projet de réforme des retraites. [video] 997.000 c'est mon dernier prix (à + ou - 2.000.000) Donc, il parait que nous n'étions que 997.000 à manifester dans le pays contre la réforme des retraites.

[video] 997.000 c'est mon dernier prix (à + ou - 2.000.000)

Les témoignages du terrain démontrent que nous étions au moins aussi nombreux dans les grandes villes et surtout bien plus nombreux en province que lors de la mobilisation du 7 septembre : donc 3 millions. Même si j'entends à ma droite, répété jusqu'à la nausée sur des médias plus que conciliants, "bande de preneurs d'otage" et, parfois, à ma gauche des "booaarrrfff... tant que c'est pas la révolution, pas la peine de bouger", tout en subissant en continue les tristes et démoralisantes boucles mensongères, télévisuelles et radiophoniques des spadassins du TINA, ce 23 septembre je suis fier d'en avoir été.

Pourquoi lâcher l'affaire ? [video] Retraites : faire de la surdité, une cause nationale. "3 millions de manifestants selon les syndicats, 899 000 selon le ministère de l'intérieur.

[video] Retraites : faire de la surdité, une cause nationale

"La classique sous-estimation balancée sur les ondes au moment où la colère monte d'un cran dans les rues de France est pensée, répétée, pour tapisser les cerveaux et ne pas troubler les certitudes de la dernière poche électorale du Monarque qui, entre le gigot, une bonne blague sur les roms et le pousse-café à discuter entre amis aux valeurs actuelles sur les possibilités de défiscalisation du 4X4 de Madame acheté le matin même au mondial de l'auto, vit dans d'autres rues à l'abri des bruits qui dérangent.

Ne pas se démoraliser pour si peu. Quelques constats à chaud sur l'édition parisienne de la nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites ce Samedi 2 octobre : - Ici, il m'apparait que c'est la plus forte des trois dernières manifestations avec, samedi aidant, l'arrivée massive des familles avec enfants. [video] 12 octobre, le point de non-retour. Ce blog [video] 12 octobre, le point de non-retour Publié par seb musseton mardi 12 octobre 2010 Libellés : manifestations, retraités, video. [video] 16 octobre, no comment. Colère et détermination.

Ils sont toujours là à braver le froid et la pluie pour faire du bruit. Vidéo sans commentaires (autres que musicaux) de la journée de mobilisation du samedi 16 octobre 2010 contre la réforme des retraites à Paris. Vous noterez une légère interruption du film entre Bastille et Nation pour cause de ravitaillement et débat en bistrot avec quelques camarades blogueurs où il fut question de la tournure des évènements : - La réduction du débat médiatique ces derniers jours à la seule personne du Monarque sous l'angle du "cédera-t-il ou non ?

" [video] 19 octobre : "Jusqu'au bout !" Ce qui paraissait inimaginable il y a à peine un an devient aujourd'hui, grâce au Monarque, une presque routine. Deux fois par semaine, nous sommes désormais 3,5 Millions dans la rue. Les sens s'agitent, le gouverne ment, les Français s'inquiètent.Une majorité de lycéens nous entoure dans cette partie de défilé. De la corne de brume, des mégaphones, de la bonne humeur colorant l'angoisse : l'autre monde[1] n'est pas fait pour le jeune homme. Le matin, une pluie fine et ambiance électrique de Nanterre à République faisait craindre l'incendie. Finalement, le ciel s'est dégagé et, hormis une intrusion violente dans un cortège de lycéens (immobilisé pour cause de bouchon de caméras au niveau du camion du PS), les casseurs de l'inutile n'ont pas fait le jeu du Monarque à Paris.

La réunion du 28. Vous le savez, notre pays traverse des moments compliqués mettant en péril les finances de la compagnie, déjà hautement aléatoires. Comme vous avez pu le constater, nous avons du réduire les effectifs de 30% dans les entrepôts. Malgré la hausse de notre chiffre d'affaires, nous avons préféré être prévoyant car la crise ne nous a pas épargné. [video] 28 octobre, ne pas baisser la tête. A 300 mètres devant le cortège, un type se défait de tout ce qui peut le faire ressembler... à un policier.

Ayant aperçu son relooking, une dame rejoignant la manifestation l'interpelle en souriant: LA MANIFESTANTE"- Allez y mollo cette fois... ouais bon, je sais que c'est pas vous. Vous êtes des policiers bien vous... " 14h00. [video] 6 novembre, un jour gris. Nous, le peuple.