background preloader

AE arnaque phase 3

Facebook Twitter

La fin des "Autoentrepreneurs" ? Tout à fait d’accord avec l’esprit de l’article Le statut d’auto-entrepreneur est un bon statut. Le contexte y est largement défavorable Pour le secteur industriel, l’auto entrepreneur est un mercenaire à bas prix, cost killer et incoimpétent. On l’exploite, mais surtout on n’oublie pas de cracher dessus. Pour les "clients", c’est une opportunité de payer moins mais en lui faisant confiance le moins possible et en se donnant tous les droits Pour certains auto-entrepreneurs, c’est une occasion de "blanchir" du noir à bon compte Bref, pour les honnêtes auto-entrepreneurs, c’est la galère, surtout que l’état, malgré le système simplifié, ne s’oublie pas, et que de nombreux auto-entrepreneurs, exposés avec "la fleur au fusil" se sont fait largement allumés par tout le monde, (état, banques, entreprises classiques) alors qu’il ne s’agissait parfois que de simples chômeurs tentant de créer leur propre emploi.

Les vrais entrepreneurs se battent finalement pour survivre en territoire hostile. Auto-entrepreneur : charité bien ordonnée… Auto-entrepreneur : du foutage de goule ordinaire... Auto-entrepreneur, ou l’arnaque de la décennie (voir plus…) « diisign. Comment la France a tué mon envie d'entreprendre. J'ai actuellement 34 ans et je me considère comme un vétéran de la guerre contre l'administration. Je vais vous raconter les deux pires années de ma vie. Ayant appris à faire des sites internet en autodidacte, je décide en 2008 de créer une entreprise pour développer cette activité , car je souhaite aussi que les sites web de ma ville soient moins affreux.

Pour un webdesigner, ces sites font en effet « mal aux yeux ». Un ami retraité de la fonction publique (impôts) m'indique que fiscalement, le plus intéressant pour moi est de créer ma micro-entreprise . Je me renseigne également à la chambre de commerce et d'industrie de la ville de Sète, où l'on m'explique que je devrai payer l'Urssaf, mais sous forme de forfait trimestriel.

L'image idyllique du statut d'auto-entrepreneur Durant l'année, tout se passe plutôt bien. Mes premières cotisations tombent et, sans aucun problème, je paye avec un fond de caisse au minimum mais suffisant pour tenir un an. Accumulation de charges. Les auto-entrepreneurs ont-ils été trompés? L'auto-entreprise. "L'auto-entrepreneur [...] s'il n'encaisse rien, il ne paye rien.

L'auto-entreprise

C'est du bon sens. " Ami auto-entrepreneur, la dernière trouvaille fiscale de ton gouvernement, soucieux de cueillir large pour cause de poches trouées, signe, je l'espère, la fin de tes illusions 1 / sur la bienveillance des types en charge de ce genre d'arnaques 2 / sur ce statut bâtard conçu pour compresser encore un peu les salaires et modeler ton cerveau à l'individualisme tout terrain sur fond de de désespérance et de désir d'entreprendre. Je te rappelle les 4 phases, assez révélatrices des méthodes du pouvoir en place : Décembre 2008 Phase I : une bonne accroche marketing. Deux mois plutôt, krach boum à la bourse.

Hervé Novelli, alors secrétaire d'Etat en charge du commerce et des PME, lance "l'auto-entreprise", un truc qui était pensé pour compléter les revenus des retraités, mais te permettra toi, le jeune au chômage, de jouer au patron sans avancer les fonds en créant en 10 minutes une entreprise sur internet. Le monde rêvé de l'institut Montaigne et des libéraux. Soutenez moi un peu (oups) [dons] Voila un appel à don, j’en fait régulièrement.

Le monde rêvé de l'institut Montaigne et des libéraux

Vu que je ne re-trouve pas de travail, que les promesses de contrat des uns sont du vent et ne parlons pas des arnaques sur projets.. Et oui voila.. Ce n’est pas lié à l’actualité judiciaire du moment avec la plainte pour injure publique par M.Le Pen, même si celle-ci peut éventuellement me créer un peu quelques soucis. (more…) Le secrétaire d'Etat aux PME répond favorablement aux auto-entrepreneurs - Boursier.com.

(Boursier.com) — Suite aux revendications des auto-entrepreneurs qui protestaient contre le règlement de la "cotisation foncière des entreprises" (CFE), Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat chargé des PME, leur a promis mardi devant l'Assemblée nationale, que le principe "pas de chiffre d'affaires = pas de charges", serait tenu.

Le secrétaire d'Etat aux PME répond favorablement aux auto-entrepreneurs - Boursier.com

Le secrétaire d'Etat a ainsi voulu mettre fin à l'émoi de ces derniers jours: plusieurs auto-entrepreneurs avaient reçu un avis d'imposition leur demandant de s'acquitter du règlement de la CFE, cotisation qui remplace une partie de la taxe professionnelle. Assise sur la valeur locative des biens immobiliers utilisés par l'entreprise et non sur son chiffre d'affaires, le montant de cette taxe est donc fixé par la commune.