2011

Facebook Twitter

Nicolas Sarkozy juge que les HLM sont indûment occupés. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Catherine Rollot et Vanessa Schneider En cette veille de Noël, Nicolas Sarkozy est d'humeur compatissante.

Nicolas Sarkozy juge que les HLM sont indûment occupés

"Je ne prétends pas qu'on a tout bien fait, je vois vos difficultés", a-t-il reconnu, l'air peiné, devant des responsables des Restos du cœur qu'il venait rencontrer, jeudi 22 décembre, dans un entrepôt de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). L'UMP veut inciter les locataires de HLM à acheter leur logement. Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Assouplissement des conditions d'expulsion en échange d'un loyer au-dessous du marché, droit à l'achat de leur logement HLM par les locataires : l'UMP a dévoilé, lundi 14 novembre, une vingtaine de propositions pour s'attaquer aux "crises" du logement, le premier poste de dépense des ménages.

L'UMP veut inciter les locataires de HLM à acheter leur logement

Des propositions qui seront au cœur de la nouvelle convention du parti présidentiel, mardi, intitulée "Pas de fatalité face aux défis du logement" et destinée comme les précédentes à alimenter le projet du futur candidat Nicolas Sarkozy en 2012. Lundi, le secrétaire général adjoint de l'UMP, Marc-Philippe Daubresse, ancien ministre du logement, a étrillé le "bilan calamiteux" de la gauche dans ce domaine, affirmant que la majorité finançait aujourd'hui "130 000 logements sociaux par an" contre "41 000" sous Lionel Jospin (1997-2002). Le petit monde des HLM expliqué à Wauquiez. On a envie de coller un 0/20 à l’énarque Laurent Wauquiez, tant sa méconnaissance du fonctionnement des HLM est surprenante.

Le petit monde des HLM expliqué à Wauquiez

Mercredi, le ministre chargé de l’Enseignement supérieur est parvenu à susciter un nouveau buzz autour de sa personne, en affirmant qu’il faut «réserver une partie des HLM à ceux qui travaillent». Surprenante déclaration de la part d’un ministre, ex-parlementaire et maire d’une ville moyenne - le Puy-en-Velay -, qui normalement ne devrait rien ignorer des rouages relatifs aux attributions de HLM. «Faire du social dans notre pays ne peut pas consister à le faire en oubliant ceux qui travaillent», a pourtant expliqué Laurent Wauquiez lors d’une conférence de presse à l’Assemblée, entouré de députés de la Droite sociale, dont il est le chef de file. 1% logement. Repenser le logement social et la régulation des marchés locaux de l’habitat. Dossier : Les nouvelles politiques du logement Le constat du déséquilibre structurel des marchés du logement est maintenant largement admis : la « crise du logement abordable », bien documentée ces dernières années par les rapports de la Fondation Abbé Pierre, est symptomatique d’un échec des marchés du logement à garantir tant le droit au logement que la mixité sociale.

Repenser le logement social et la régulation des marchés locaux de l’habitat

Livrés à eux-mêmes, les marchés trient, excluent et renforcent les inégalités sociales de revenus et de patrimoine. Au sein des aires urbaines, ils organisent la ségrégation sociale entre quartiers et génèrent un étalement urbain, mettant à mal, avec une puissance économique disproportionnée [1], l’apparent consensus des politiques publiques sur une nécessaire transition vers une ville durable et solidaire. Quand l’État fait les poches des salariés … Texte en pdf Le Secrétaire d’État au Logement, Benoits Apparu, affiche un satisfecit sur les résultats de la concertation sur l’emploi des ressources du « 1% logement ».

Quand l’État fait les poches des salariés …

Pour la CGT, la réalité est toute autre. L’État veut prélever dans la poche des 11 500 000 salariés du privé, 3.4 Milliards, pour les années 2012 /2014, afin de financer en ses lieux et place les Agences Gouvernementales ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine) et ANAH (Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat). Ce sont donc 300 € qui seront pris dans la « poche » de chaque salarié-e du privé par le biais de la participation des entreprises à l’effort de construction (P.E.E.C).

Ce qui hier finançait le logement des salariés du privé va financer le désengagement de l’État dans la politique du logement, que ce soit en matière de construction, de rénovation urbaine ou encore de résorption de l’habitat vétuste et insalubre. Revisiter l’histoire du logement social. À l’heure où les élites politiques s’interrogent sur les politiques de logement et où la communauté des architectes s’implique dans la conception de nouvelles formes d’habitat, les études consacrées à l’histoire du logement social en général et à celle des grands ensembles en particulier, se multiplient.

Revisiter l’histoire du logement social

Dans ce contexte, Désirs de toits se propose d’éclairer sous un jour nouveau cette « pierre angulaire de notre société » qu’est le logement, afin de mettre en cause nombre d’idées reçues sur les objectifs poursuivis par les gouvernements successifs, de la loi de 1912 créant les offices publics d’habitations à bon marché à l’actuelle politique de la ville. Issu d’un séminaire mené conjointement par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et le CNRS, ce recueil est dirigé par l’historienne Danièle Voldman, dont les travaux sur la reconstruction et l’histoire urbaine font autorité. Revisiter l’histoire du logement social. Ces ministres et parlementaires qui s'accrochent à leur logement social.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Eric Nunès Ils sont députés, sénateurs, maires ou anciens ministres, ils disposent de confortables revenus... et d'un logement social à Paris.

Ces ministres et parlementaires qui s'accrochent à leur logement social

Une situation " éthiquement intenable" juge Jean-Yves Mano, élu socialiste, adjoint au maire de Paris chargé du logement, alors que la ville reçoit, chaque année 120 000 demandes pour un appartement à loyer modéré du parc de la capitale, dont seulement 10 % obtiennent une réponse favorable. Agir autrement sur le marché du logement. Fondation Jean-Jaures | • Mis à jour le | Par Claire Dagnogo, spécialiste de l'histoire parlementaire de la ville, rattachée au centre Maurice Hauriou, université Descartes, Paris V Chaque année, le 1er février, la Fondation Abbé Pierre rend public son rapport sur le mal logement.

Agir autrement sur le marché du logement

Chaque année, la gauche relaie avec zèle les travaux de cette association qui tient sa liberté de ton de sa totale indépendance. En 2011, à l'approche des élections cantonales, le Parti socialiste a lancé l'appel de Clamart qui doit se traduire par le dépôt d'une proposition de loi. L'enjeu de demain sera non seulement de loger chacun à un prix adapté à ses moyens, mais aussi de bâtir une société dans laquelle les ménages seront libres de choisir leurs modes de résidence (propriétaires, locataires, maison individuelle, appartement, etc.), en fonction de leurs aspirations et de leurs projets de vie. Logements sociaux : ça avance… un peu - Immobilier. 15.000 logements au bord du scandale. À Marseille, 15.000 logements sont menacés par de multiples pratiques douteuses.

15.000 logements au bord du scandale

Un rapport officiel, très discret, en fait un inventaire alarmant. Pour l'heure, la ville tente d'éviter le scandale. C’est désormais prouvé : la ville de Marseille gère ses HLM en multipliant irrégularités, embrouilles, et mauvaises manières. Un rapport de la Mission Interministérielle d’Inspection du Logement Social (Miilos), diffusé en petit comité, dresse un bilan accablant des activités de Habitat Marseille Provence (HMP), l’un des plus gros bailleurs sociaux de la ville. 15.000 logements sur l’ensemble du territoire marseillais. Nouvelle attaque de l'UMP contre la loi SRU. Après la vive attaque contre les minimas sociaux qui, selon M.Wauquiez et quelques autres de la « droite sociale » (on appréciera au passage cet oxymore amusant), devraient être réduits dans leur montant et soumis à une condition d’activité obligatoire non rémunérée, voici que l’UMP veut de nouveau réduire le pourcentage obligatoire de création de logements sociaux dans les communes.

Nouvelle attaque de l'UMP contre la loi SRU

Une proposition de loi déposée par une cinquantaine de députés de la majorité vise en effet à modifier le calcul des 20% de logements sociaux contenu dans l’article 55 de la loi SRU. La manœuvre a pour but de faire inclure dans le quota des 20 % l’accession sociale à la propriété les logements acquis au moyen du « PTZ+ » qui est pourtant un dispositif universel bénéficiant à l’ensemble des ménages (même si son montant tient compte des revenus du foyer) et qui n’est donc pas un moyen d’accession sociale.

Le logement social, entre privatisation et affairisme... Depuis que le virus des privatisations s'est propagé en France, c'est sans doute le projet économiquement le plus sulfureux et socialement le plus scandaleux : des grandes manœuvres ont commencé dans les coulisses du pouvoir et dans quelques milieux financiers pour avancer vers une privatisation du logement social. Mediapart a recueilli de nombreux indices qui le font clairement apparaître...

Abonnez-vous pour avoir accès à cet article immédiatement ! Le logement social, entre privatisation et affairisme. Depuis que le virus des privatisations s'est propagé en France, c'est sans doute le projet économiquement le plus sulfureux et socialement le plus scandaleux : des grandes manœuvres ont commencé dans les coulisses du pouvoir et dans quelques milieux financiers pour avancer vers une privatisation du logement social. Mediapart a recueilli de nombreux indices qui le font clairement apparaître. Privatiser le logement social! Dans le contexte présent de grave crise sociale, le slogan apparaît si provocateur qu'on peine à imaginer qu'il soit d'actualité. Les chiffres sont là, connus de tous: pas plus tard que le 1er février, la Fondation Abbé-Pierre a rappelé dans son 16e rapport annuel que plus de 8 millions de personnes sont concernées par la crise du logement à des degrés ...

Créations de HLM: ce que cachent les chiffres records. La nouvelle ministre de l'écologie et de l'énergie a promis de revoir la formule de calcul des tarifs d'EDF "pour que le gouvernement puisse appliquer une politique énergétique sans être entravé par des textes administratifs". Pas facile... Cinq banques françaises ont créé une société dédiée à la titrisation de créances, qui a émis vendredi ses premiers titres. Alors que ce système est accusé d'être à l'origine de la crise de 2008. Explications. Le gouvernement voulait limiter la hausse de l'électricité à 2% en 2012.