background preloader

Inégalités sociales de SANTE

Facebook Twitter

Veille inégalités sociales de santé. INCHLEY Jo, CURRIE Dorothy, YOUNG Taryn (et al.)Grandir dans l’inégalité : la santé et le bien-être chez les jeunes, différences selon le sexe et le statut socioéconomique.

Veille inégalités sociales de santé

MOOC_S6_Seq1_SDeguen.pdf. VEILLE informations sur inégalités sociales de santé. Les inégalités sociales de santé débutent dès le plus jeune âge. Bien avant la naissance, il existe déjà des inégalités de santé en lien avec la situation sociale des parents.

Les inégalités sociales de santé débutent dès le plus jeune âge

Parler d’inégalités sociales, c’est reconnaître qu’une partie des écarts observés en matière de santé ne provient pas de causes naturelles mais de l’influence d’un certain nombre de facteurs économiques et sociaux, tels que les revenus, les modes de vie ou encore l’accès aux soins. Ces différences ont été largement étudiées à l’âge adulte, mais elles s’observent aussi dès le plus jeune âge. L’enfance constitue à ce titre une période particulière en fait de santé, dans la mesure où un grand nombre d’habitudes y sont acquises mais aussi en raison des risques sur le long terme des problèmes de santé des enfants.

Grossesses défavorisées. L'espérance de vie augmente avec le niveau de diplôme. Selon une étude de l'Insee, l'écart d'espérance de vie entre diplômés du supérieur et non-diplômés est de sept ans et demi pour les hommes, et de quatre ans pour les femmes.

L'espérance de vie augmente avec le niveau de diplôme

Mais quelle que soit leur catégorie sociale, les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes. Six ans d'écart d'espérance de vie entre cadres et ouvriers. Tendances L'espérance de vie progresse, l'inégalité entre hommes et femmes diminue, mais les écarts entre catégories sociales demeurent stables.

Six ans d'écart d'espérance de vie entre cadres et ouvriers

Entre la période 1976-1984 et 2009-2013, l'espérance de vie des hommes à l'âge de 35 ans est passée de 37,8 à 44,5 années selon l'Insee1, soit un gain de 6,7 ans, celle des femmes de 45 à 50,5 années, une hausse de 5,5 ans. Cette durée de vie moyenne masque des inégalités importantes entre groupes sociaux. A 35 ans, un cadre supérieur peut espérer vivre 49 ans dans les conditions actuelles de mortalité, contre 42,6 ans pour un ouvrier. Une femme cadre peut compter vivre 53 ans, contre 49,8 ans pour une ouvrière. Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers. Imprimer la page.

Les hommes cadres vivent toujours 6 ans de plus que les hommes ouvriers

2015, année des inégalités. Les inégalités auront constitué l’un des thèmes phares de cette année en économie, les études se multipliant pour les dénoncer.

2015, année des inégalités

Ainsi, pour le FMI, les inégalités sont néfastes à la croissance (selon un rapport publié en juin), et il affirme encore tout récemment, tout comme l’OCDE avant lui, que la finance nuit à la croissance et alimente les inégalités. Des affirmations ébouriffantes quand on se souvient du nombre d’économistes professant exactement l’inverse il y a quelques années, la finance devant tout à la fois booster la croissance et réduire les inégalités en favorisant les investissements dans les pays pauvres. 73 - Les inégalités sociales de santé. Les inégalités sociales de santé traversent l’ensemble de la population française et témoignent du creusement des écarts sociaux en dépit des politiques publiques de santé successives.

73 - Les inégalités sociales de santé

Elles ont de nombreux facteurs : revenus, éducation, travail, environnement, modes de vie, accès aux soins… qui s’accumulent tout au long de la vie. Sommaire actualité Éditorial Les inégalités sociales de santé (87 ko) Chantal Cases HCSP direct. Ip1372. Sante homme 414. Projet de loi de finances pour 2012 : Santé.

Comme l'indiquait un des livres-manifestes du parti républicain en 1842, « un peuple maladif, lorsqu'aucune cause matérielle n'y contribue, est nécessairement un peuple qui a de mauvaises lois. »29(*).

Projet de loi de finances pour 2012 : Santé

Aujourd'hui, les mauvaises lois et la faiblesse des politiques conduites pour les pallier expliquent la croissance des inégalités de santé dans notre pays. Or, la santé est un des fondements du pacte social ; remettre en cause l'accès de tous aux soins est susceptible de lui porter une atteinte irrémédiable. Le système curatif français est l'un des meilleurs au monde et l'espérance de vie progresse : le Gouvernement a utilisé la répétition incantatoire de ces deux observations pour justifier des réformes sanitaires et sociales d'ampleur comme la fermeture des hôpitaux de proximité ou le report de l'âge de la retraite. 1. Problèmes dentaires, tabac, dépression : la santé précaire des. Les personnes sans domicile se déclarent moins fréquemment en bonne santé que l’ensemble de la population, bien qu’elles soient en moyenne plus jeunes.

Problèmes dentaires, tabac, dépression : la santé précaire des

Seule la moitié d’entre elles se considèrent en « bonne » ou en « très bonne » santé, contre 69 % dans l’ensemble de la population. Les femmes sans domicile de 60 ans ou plus sont particulièrement concernées par ces problèmes de santé. Seules 10 % d’entre elles s’estiment en « bonne santé », contre la moitié des femmes de cette tranche d’âge dans l’ensemble de la population. Les inégalités de santé se voient dès la maternelle. Caries, surpoids et obésité forment le trio d'enfer qui se penche sur le berceau des enfants des familles les plus modestes en France, selon l'Enquête nationale de santé scolaire menée par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) .

Les inégalités de santé se voient dès la maternelle

Cette étude, qui s'est déroulée au cours de l'année scolaire 2012-2013 dans plus de 3.300 écoles, est la seule permettant d'évaluer la santé et les habitudes de vie des élèves de grande section de maternelle. Au total, près de 19.000 enfants ont participé à cette étude, où des critères tels que la corpulence, l'hygiène bucco-dentaire, les habitudes alimentaires ou encore le temps passé devant un écran, ont été examinés. Er920.pdf. Sans domicile fixe : obésité, dépression... - Actusoins. La précarité des personnes sans domicile affecte leur santé dans toutes ses dimensions, note Isabelle Parizot du Centre Maurice Halbwachs, Équipe de recherche sur les inégalités sociales (ERIS), en introduction d'une étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié le 17 novembre. Cette dernière s’interroge "sur les nombreuses "occasions manquées dans le système de santé" pour prendre en charge ces personnes.

Un ouvrier de 35 ans vivra six ans de moins qu'un cadre ? D'après le député socialiste Benoît Hamon, l'écart d'espérance de vie entre un ouvrier et un cadre est de six ans. C'est vrai... et cet écart n'a pas changé depuis la fin des années 70. C'est vrai. Les derniers chiffres de l'Insee sont très clairs : à 35 ans, un ouvrier peut espérer vivre en moyenne encore 41 ans, contre un peu plus de 47 ans pour un cadre. Cela fait donc bien six ans de différence entre les deux catégories, comme l'affirme le député socialiste et ancien ministre de l'Education. Seuls les inactifs non retraités (personnes au foyer et chômeurs n’ayant jamais travaillé), ont une espérance de vie plus faible que celle des ouvriers : 17 ans de moins que les cadres.

Ces chiffres ne valent que pour les hommes. Les conditions de travail sont bien à l'origine de ces différences, d'après l'Insee. L'inégalité face à la mort reste la même. La FFC alerte sur la vulnérabilité cardiaque des femmes en grande précarité. Paris, le vendredi 29 mai 2015-L’idée selon laquelle les maladies cardiovasculaires seraient l'apanage des hommes est encore largement répandue. Pourtant les chiffres viennent attester du contraire : en France, une femme sur trois décède aujourd’hui d’une pathologie cardiovasculaire. Inégalités de santé : influence du groupe social sur la dégradation de la santé.

Les inégalités de santé sont marquées en France selon le groupe social. En 2006, dans la population de 30 à 49 ans, travaillant en 2006 et en 2010, les cadres et les professions intermédiaires étaient respectivement 90 % et 87 % à se considérer en bonne ou en très bonne santé, contre 81 % des employés et 79 % des ouvriers. Partant d’un haut niveau de santé perçue, les cadres sont moins susceptibles de voir leur santé s’améliorer entre 2006 et 2010. De fait, 6 % d’entre eux déclarent une telle amélioration durant cette période, contre 8 % des ouvriers. Nouveau guide – Agir pour un urbanisme favorable à la santé, concepts & outils. Pourquoi ce guide ? Suite aux récentes réformes règlementaires en matière d’évaluation environnementale, les Agences régionales de santé (ARS) sont de plus en plus sollicitées par l’Autorité environnementale (Ae) pour avis sanitaire sur les projets d’aménagement et documents d’urbanisme.

La "double peine" des ouvriers : plus d’années d’incapacité au sein d’une vie plus courte - Population et Sociétés - Ined - Institut national d’études démographiques. 397 - " Inégalités sociales de santé : des déterminants multiples " Les ISS dans l'enfance. ISS : déterminants sociaux et modèles d'action. ISS géographiques de santé et enfants de maternelle.