background preloader

EN POST BAC : CONSEILS

Facebook Twitter

BTS, IUT : le succès des filières courtes postbac. LE MONDE DE L'EDUCATION | • Mis à jour le | Par Véronique Soulé Dossier spécial APB 2016.

BTS, IUT : le succès des filières courtes postbac

La France est une championne des filières courtes. Selon le dernier rapport intitulé « Regards sur l’éducation », de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 40 % des 25 à 34 ans diplômés du supérieur ont suivi des formations de deux ans après le bac, contre 17 % en moyenne dans les pays de l’OCDE. De quoi faire réfléchir à l’heure de choisir une orientation via la procédure Admission post-bac (APB).

Ces formations courtes sont délivrées pour l’essentiel par les instituts universitaires de technologie (IUT) où l’on comptait, à la rentrée 2015, 118 400 étudiants, en légère hausse par rapport à l’année précédente (+ 1,7 %), et par les sections de techniciens supérieurs (STS), qui en accueillaient 265 600 (– 0,7 %). Ce succès masque toutefois une faille : la faible reconnaissance de la licence. Universités et écoles font les yeux doux aux lycéens. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Benoît Floc'h Une salle de sports par immeuble pour produire de l’énergie ?

Universités et écoles font les yeux doux aux lycéens

Des serres protégeant des champs bio et de l’air sain au cœur des villes ? Dans une salle surchauffée, les étudiants de l’école de commerce Novancia cherchent des idées. Ils notent les mots-clés qui leur viennent à l’esprit. Ils confrontent leurs idées. Le travail est suivi avec attention par trois jeunes. De plus en plus, les établissements d’enseignement supérieur sont convaincus qu’une bonne orientation conditionne la réussite des étudiants. « Notre observatoire de la vie étudiante a étudié les facteurs d’échec, indique Carole Buret, directrice de la communication à l’université Savoie-Mont Blanc (USMB). Une journée « dans la peau d’un étudiant » L’organisation des licences. Admission : le bac (ou son équivalent) comme visa d’entrée La seule exigence pour s’inscrire en licence est d’avoir le bac ou son équivalent (DAEU, diplôme d'accès aux études universitaires).

L’organisation des licences

Si toutes les séries sont admises, les bacs généraux restent les plus adaptés. En principe, il n’y a pas de sélection à l’entrée en fac. Toutefois, certaines licences (très demandées ou aux capacités d’accueil limitées) organisent des tests de niveau lors des inscriptions. C’est parfois le cas en langues, en arts plastiques, en musique... Se renseigner sur les contenus de la filière envisagée, ses exigences, les bacs d’origine recommandés... avant de s’inscrire. Durée des études 3 ans à raison de 1500 heures d'enseignement. La licence se prépare normalement en 3 ans, au sein d’une unité de formation et de recherche (UFR). Une organisation des études en 6 semestres La licence est divisée en 6 semestres équivalant chacun à 30 crédits. Au programme : des champs disciplinaires nombreux et variés Et après ? Savoir rebondir, se réorienter.

Bon nombre d’étudiants de 1re année sont amenés à changer de filière ou à quitter l’université pour un BTS, une école… S’il est possible de se réorienter dès la fin du 1er semestre, il y a des modalités à respecter pour postuler et être admis en formation.

Savoir rebondir, se réorienter

Renseignez-vous ! © iStockphoto - Il est possible de se réorienter dès la fin du 1er semestre Passer d’une licence à une autre : c’est possible ! D’une manière générale, les chances d’intégrer une autre filière au sein de votre université d’origine sont bonnes. Une condition toutefois : les domaines de formation (celle que vous quittez et celle que vous visez) doivent être proches. Rejoindre une autre formation : sous conditions… Il est possible également de rejoindre une STS (section de techniciens supérieurs) ou un IUT (institut universitaire de technologie).

Bien s’organiser, bien gérer son temps. Beaucoup de temps libre, peu de consignes strictes pour étudier… Il n’en faut pas plus pour désorienter tout nouvel arrivant à l’université.

Bien s’organiser, bien gérer son temps

Pourtant, il suffit bien souvent d’acquérir les bonnes méthodes de travail pour passer le cap de la 1re année de licence. © iStockphoto - Penser son organisation, apprendre à gérer son temps... Entrée à l’université : trouver ses repères "Au début on garde le rythme du lycée, mais ensuite on se relâche…" "Je me suis sentie livrée à moi-même, du coup je n’ai pas réussi à m’y mettre sérieusement…" "On a plus de temps libre ; il faut prendre l’habitude d’aller travailler à la BU (bibliothèque universitaire), mais pas forcément à plusieurs…" Interrogés sur les difficultés rencontrées à l’université, la majorité des étudiants évoque la gestion du temps et l’organisation du travail.

Pour l’étudiant, une autonomie à gérer S’organiser dès le début du semestre Premier défi pour l’étudiant : fournir un travail régulier. Pour aller plus loin, voir la vidéo :