background preloader

Insertion professionnelle des jeunes de 18 à 25 ans

Facebook Twitter

Contrats aidés: la majorité des employeurs reconnaissent un effet d'aubaine. Les services statistiques du ministère du Travail ont interrogé 11.000 employeurs de salariés embauchés en contrat aidé.

Contrats aidés: la majorité des employeurs reconnaissent un effet d'aubaine

Leur enquête démontre les limites de ce type d'aides à l'embauche, extrêmement coûteuses pour l'État. Depuis les années 1980, les gouvernements français s'adonnent massivement aux contrats aidés, des contrats de travail pour lesquels l'employeur bénéficie d'une aide de l'État. Du désenchantement des jeunes diplômés. Par Joëlle Brunet-Labbez - Focus RH. En creux, cela signifie 48% sans emploi, soit un point de moins que l’année précédente.

Du désenchantement des jeunes diplômés. Par Joëlle Brunet-Labbez - Focus RH

Si 28% des diplômés de 2014 n'ont pas réussi à décrocher un premier emploi, pour 10% d’entre eux il s’agit de rechercher à nouveau un emploi. Ce sont les diplômés de l'université qui souffrent le plus : 45% à peine sont en CDI, contre plus de 70% pour les anciens élèves d'écoles d'ingénieurs ou de commerce. Ces chiffres sont proches des scores atteints au pire de la crise de 2008 En outre, les résultats sont encore plus décevants quant à la nature des emplois ou le statut qui ne semblent pas les favoriser davantage.

En effet, seuls 50% sont en CDI, contre 59% auparavant. La crise aggrave le déclassement des jeunes diplômés. Si le diplôme reste un rempart contre le chômage, les diplômés du supérieur accèdent moins souvent à un poste de cadre et sont moins payés que la génération ayant achevé ses études dix ans avant la crise de 2008, selon une enquête publiée ce jeudi.

La crise aggrave le déclassement des jeunes diplômés

Le Céreq (Centre d'études et de recherche sur les qualifications, dépendant des ministères de l'Education et du Travail) interroge régulièrement plusieurs dizaines milliers de jeunes entrés la même année sur le marché du travail, pour connaître leur itinéraire. Dans cette étude, il compare les générations sorties en 1998 et 2004, 3, 5 et 7 ans après. La crise aggrave le déclassement des jeunes diplômés. Chômage, stages, précarité : les jeunes, ces « esclaves modernes » Précarité, sous-emploi, stages abusifs... les jeunes, victimes de la course à l'emploi. Publié le mardi 28 mai 2013 à 08:37 par Marc MAHUZIER. .

Précarité, sous-emploi, stages abusifs... les jeunes, victimes de la course à l'emploi

Les jeunes paient la crise plein pot. Ils sont près d'un sur quatre à chercher du travail. Ce bateau-là est une galère qui prend l'eau de toutes parts. Être jeune aujourd'hui et vouloir entrer dans le monde du travail, c'est s'exposer au risque de la double peine : le chômage, puis la précarité, dans près d'un cas sur deux. Le site générations galères est développé par POINT BARRE et donne la parole aux jeunes les plus en difficulté en France. Chômage, stages, précarité : les jeunes, ces « esclaves modernes » « Les jeunes sont les premiers à subir la précarité de l’emploi » - La Croix. Les jeunes ne sont pas concernés de façon spécifique par la loi El Khomri, sauf par une disposition sur l’apprentissage.

« Les jeunes sont les premiers à subir la précarité de l’emploi » - La Croix

Elle va permettre de faire passer la journée de travail des apprentis de 10 à 12 heures. Cela n’est évidemment ni très favorable à l’emploi, car on recrutera moins, ni très heureux comme perspective. Jeunes diplômés : halte aux discriminations à l'emploi - L'Etudiant. Origine, couleur de peau, consonance du nom, lieu de résidence...

Jeunes diplômés : halte aux discriminations à l'emploi - L'Etudiant

Avec la crise, les discriminations à l'embauche s'accroissent. Comment surmonter cette injustice ? Letudiant.fr a recueilli conseils d'experts et témoignages de jeunes diplômés. #Les compétences d'abord ! Tel est le nom de la campagne de sensibilisation aux discriminations à l'embauche lancée au printemps 2016 par le gouvernement.