background preloader

Art contemporain

Facebook Twitter

La déflagration Guggenheim. LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Raphaëlle Rérolle (Bilbao (Espagne), envoyée spéciale) L'été en séries : Œuvres cultes... 8/8.

La déflagration Guggenheim

On raconte en Espagne que le roi Juan Carlos, découvrant le Guggenheim de Bilbao, lâcha une vigoureuse et fort peu royale exclamation de surprise. Il est vrai que le bâtiment de l'architecte américano-canadien Frank O. Gehry fait partie des rares constructions qui provoquent un choc immédiat. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, il ébahit. Brusquement, Bilbao devenait la destination à la mode. Plonk & Replonk - Maison. 52939ac. Fucking Hell // Jack & Dinos Chapman. L'art vivant. Mascarade et mise en scène sont au rendez-vous à travers le filtre de “l’apparente légèreté” dans l’oeuvre de Maurizio Cattelan (Padoue, 1960).

L'art vivant

Aussi le phénomène peut-il s’expliquer par le parfum de provocation diffuse (ce qui laisse subodorer ce que sécrète le monde de l’art). De l’absence au vol. Transgresser les tabous. MC n’en est plus à ses premières frasques, loin de là. Il ravit. Voyons comment l’orgueil des catégories se retrouve molesté. La Biennale de Venise sera plus d’une fois la scène d’interventions “ catellanesques ” : Lavorare é un brutto mestiere (le travail est un dur métier) (1993), l’artiste loue à une nouvelle marque de parfum l’emplacement qui lui est destiné dans la section Aperto de Harald Szeeman lors de la 45e édition de la Biennale.

Abstract / A posteriori ces paroles résonnent 13: Everybody comes to Hollywood They wanna make it in the neighbourhood They like the smell of it in Hollywood How could it hurt you when it looks so good ? La séduction. Louise Bourgeois. Le Centre Pompidou vous propose de nombreuses visites, parcours et ateliers pour découvrir le bâtiment, les collections, les expositions temporaires, la création des 20e et 21e siècles.

Louise Bourgeois

L'ensemble des visites, générales ou thématiques, offrent la possibilité d'établir des liens avec les programmes scolaires, adaptés à chaque niveau. Parcours, ateliers et événements de la Galerie des enfants permettent aux plus jeunes dès 2 ans, de se familiariser à l'art moderne et contemporain par la manipulation ou l'expérimentation. Le programme d’activités Visites des collections permanentes et des expositions temporaires Les visites s'adressent à tous les niveaux scolaires.

Elles permettent d'aborder les œuvres à partir de notions fondamentales dans l'apprentissage du langage de la création et sont associées aux thèmes d'enseignement abordés dans les programmes scolaires. Parcours Histoire des arts dans « Modernités plurielles » Ateliers Les ateliers pour le jeune public se déroulent en deux temps. Kiki Smith. Les années 1980-1990 furent des décennies durant lesquelles le corps fit son «retour» sur la scène artistique.

Kiki Smith

A l’image de Robert Gober ou Jana Sterbak, Kiki Smith (née en Allemagne en 1954, vit et travaille à New York) témoigne de l’importance du corps et de sa représentation comme réceptacle d’un discours, voire d’un combat. Fille du sculpteur minimaliste Tony Smith (1912-1980), l’artiste, pluridisciplinaire, fut parmi les témoins des premiers ravages de l’épidémie du sida qui deviendra très vite mondiale.

Patrick Singh, artiste peintre français. EXPOSITION de Patrick SINGH (Découverte de la 1ère édition de l'AFRO PEPITES SHOW) à Pèzenas (34) Palazzo Grassi. Le palazzo Grassi est un ancien palais vénitien reconverti en musée d'art moderne.

Palazzo Grassi

C'est l'un des plus récents palais de la ville, ayant été construit au XVIIIème siècle. Il abrite également la fondation de son propriétaire, François Pinault. Il fut commandé par la famille Grassi, et dessiné par l'architecte vénitien Giorgio Massari. Mais la famille perdit bientôt sa fortune, et dû se séparer du palais. Il devint un espace d'exposition, où l'on aménagea un "musée du costume", puis un "Centre d'exposition international" après son rachat par Giovanni Agnelli, le président de la société Fiat. En 2001, le palais fut racheté par François Pinault, un homme d'affaire français ayant pris sa retraite après avoir transmis son empire à son fils.

Punta della Dogana, « Eloge du doute » Venise 2011. Des caissons en alu, fer ou bois de Donald Judd à la robe de mariée de David Hammons accrochée dans la tour, le parcours est fluide, intelligent, sensible, jouissif.

Punta della Dogana, « Eloge du doute » Venise 2011

La grande sérénité esthétique qui se dégage de la visite est sans doute favorisée par la qualité extrême du lieu (restauré par Tadao Ando). Artistiquement, on aime les histoires racontées par les installations (celles de Edward Kienholz ou de Marcel Broodthaers), la scénographie des salles (celles de MacCarthy et de Cattelan par exemple), l'épure des dix cubes de verre de Roni Horn, les fantômes de Thomas Schütte, les immenses Sigmar Polke (vus à la Biennale de Venise en 2007) et les grandes encres sur toile de Julie Mehretu ; également l'espace mental de Tatiana Trouvé (voir également ici) ou celui plus réaliste d'Adel Abdessemed, pour finir entre les bouées trop joyeuses pour être vraies de Koons ou les citations grinçantes de Sturtevant.

Punta della dogana eloge du doute.