Blogs intéressants

Facebook Twitter

Maxence Caron, La pensée de Glenn Gould. Je suis un écrivain qui joue du piano à mes moments perdus.

Maxence Caron, La pensée de Glenn Gould

Glenn Gould Que ce soit dans la conversation coureuse ou dans cette fausse noblesse de la dispute qui, bavardage des pesants, est d’autant plus navrante qu’elle s’imagine inspirante, que ce soit également dans les officines qui présentent « savantes », dès là que le nom de Glenn Gould est livré à l’horizon mandibulaire ou à la probabilité de tomber dans l’oreille du semi-prote, la passion de maint mythe s’alimente. Lamentations de la vieille femme de Beare. Derrière ce mince volume, une perle pour ceux qui rechercheraient, inlassablement, à construire une vision nuancée de l’évolution de la littérature ; pour ceux qui s’intéressent au lyrisme occidental ou aux formes d’expression féminine à travers le temps ; pour ceux, enfin, qui, avides d’Irlande et de poésie, auraient grand faim de mots de rocaille, de vent et d’écume.

Lamentations de la vieille femme de Beare

Merveilleux moyen-âge irlandais qui, à la différence du monde méditerranéen, donne la parole aux femmes et leur permet de chanter leur amour (« voyez ces bras/ osseux et décharnés / leur art était si doux / enlacer des rois glorieux ») ! Bouleversante voix de cette femme qui, au seuil de sa vie, dit avec vigueur et passion son cœur éperdu de lucidité, sa vie pleinement vécue (« j’ai brûlé ma jeunesse, ce fut une naissance / et je ne regrette rien, j’ai tout voulu ») !

Lounes Matoub - Le Rebelle - Accueil. Bartabas sur les pas d’Orphée. Voir de « vrais » animaux sur une scène de théâtre ne laisse jamais indifférent.

Bartabas sur les pas d’Orphée

Sentiment d’effroi face aux chiens dévoreurs de Romeo Castellucci, inquiétante étrangeté des canaris en cage de Jan Fabre, intensité presque humaniste des cygnes du chorégraphe Luc Petton… Il faut croire que l’aura des « bêtes » suscite un mode de spectaculaire inédit, une sorte de décrochage dans le dispositif théâtral habituel ; comme si la distance entre la représentation et une certaine réalité du monde se trouvait, soudain, abolie. Rares sont pourtant les artistes de plateau qui s’aventurent sur ce genre de territoire, la présence animale étant, par son intensité même, une rivale redoutable pour le jeu des comédiens. De fait, les expériences les plus intéressantes qui mêlent le monde des « bêtes » à l’art de la mise en scène sont celles qui acceptent, et même qui revendiquent une certaine hégémonie scénique des héros non-humains.

Anne Sylvestre ? Toujours présente ! - Chansons que tout cela... (CQTC) Lundi 26 novembre 2012 1 26 /11 /Nov /2012 12:21 Ce 24 novembre, on a salué les 15 ans de la mort de Barbara.

Anne Sylvestre ? Toujours présente ! - Chansons que tout cela... (CQTC)

Bravo ! On le sait moins, le 19 marquait les 55 ans de carrière d’Anne Sylvestre. Beau Dommage – La complainte du phoque en Alaska « J'ai la mémoire qui chante. La naissance de Beau Dommage "La complainte du phoque en Alaska " a été écrite (paroles et musique) par l’auteur-compositeur-interprète québécois Michel Rivard mais c’est évidemment le groupe Beau Dommage (1) qui a popularisé la chanson au début des années 70.

Beau Dommage – La complainte du phoque en Alaska « J'ai la mémoire qui chante

Pour les auditeurs et auditrices européens qui connaissent, peu ou pas, le groupe "Beau Dommage", rappelons qu’il s’agit d’un groupe de jeunes musiciens et chanteurs québécois formé en 1973. Les musiciens de "Beau Dommage" sont issus de la coopérative théâtrale "La Quenouille Bleue", une troupe théatrale à caractère ludique dont les prestations étaient présentées à l’Université du Québec à Montréal. PROPOS SUR LA POESIE. Je suis de ceux qui accordent à la langue, dans la poésie, une importance extrême car la langue, sur le plan de la création, n'est pas seulement connaissance mais aussi état d'être.

PROPOS SUR LA POESIE

Je ne lis pas seulement dans la poésie d'un poète sa vision ou expérience, mais également son existence ou son état d'être. Oui, il y a une connaissance poétique particulière, une connaissance qui prend sa source dans la nature de sa langue. En effet, la poésie a une langue qui lui est propre, et la qualité de la connaissance est liée à la qualité de sa langue. C'est pourquoi la connaissance scientifique, par exemple, ou la connaissance philosophique diffèrent-elles de la connaissance poétique, car leurs langues sont différentes de la langue de la poésie. Écrire, cela signifie aller plus loin, derrière les peaux, derrière les voiles, derrière l'apparent.

Terzieff. Pour que vive la Maison de Colette. Les moissons du futur et nouvelles d’Argentine. LE CAPITAL DES MOTS ( REVUE DE POESIE CONTEMPORAINE)- ( POETRY BLOG) Patrick Chemin : parcours multiples. Vida y Obra. Web Oficial de Rafael Alberti. Le 27 avril 1977, après 39 ans d’exil - 24 années en Argentine et presque 15 en Italie - Rafael Alberti retourne pour la première fois en Espagne.

Vida y Obra. Web Oficial de Rafael Alberti

En descendant de l’avion, ses premiers mots furent: “J’étais parti avec le poing fermé et je reviens la main ouverte en signe d’union entre tous les espagnols”. Sa vie désormais célèbre est liée, depuis près d’un siècle, aux événements culturels, politiques et sociaux les plus marquants de l’histoire espagnole. Depuis son afiliation au Parti Communiste, son travail au sein de l’Alliance des Intellectuels Antifascites durant la Guerre Civile, sa participation au sauvetage des oeuvres d’art les plus importantes de notre patrimoine culturel aux cotés de sa première épouse María Teresa León et d’autres intellectuels durant les conflits - “Les Ménines” de Velazquez, “Charles Quint” du Titien,- jusqu’à la présidence d’honneur, en compagnie de Dolores Ibárruri, du premier Parlement de la démocratie espagnole.

DeLitteris. Tableaux de Gustav Klimt.  Éternels Éclairs Allée du parc de Schloß Kammer, par Gustav Klimt Bord de rivière de Schloß Kammer, par Gustav Klimt.

Tableaux de Gustav Klimt

Blogs. Réflexion sur l'avenir d'OkeaNews. Zingaro / présentation. Document sans titre. Zingaro suite équestre Un piaffer de plus dans l'inconnu dessins d'Ernest Pignon-Ernest 2005 Sur la peau d'un monde rétréci, livré aux lois sinistres des sédentaires, l'aventure Zingaro s'impose comme un défi exaltant, fabuleux, irréductible aux nouvelles normes planétaires.

Document sans titre

Cette tribu venue de nulle part s'est choisie aussi bien ses ancêtres que ses rites, ses légendes que son mode de vie, avec pour seule mystique et seul viatique l'amour des chevaux. Cette insolence originelle, en tous points cavalière, a fait du Théâtre équestre mené par Bartabas une entreprise sans autre exemple qui allie révolte et maîtrise, effort et liberté, fureur et quête spirituelle. Ernest Pignon-Ernest, le site officiel. Rêverie sur le monde… Le voyage imaginaire d'Ossiane. Yannis Ritsos : Lettre à la France - Αχ Ελλάδα σ'αγαπώ- Grèce- Notre sœur la France, notre sœur bien-aimée la France, nous t’écrivons rapidement deux mots sur le genou, deux mots tout simples comme notre amour, Comme sont le pain, la lumière, le sel et notre cœur.

Yannis Ritsos : Lettre à la France - Αχ Ελλάδα σ'αγαπώ- Grèce-

Tout simples. Cela ne nous irait pas devant toi de porter nos cravates, nous avons chemise et poitrine déboutonnées, nous avons notre orgueil déboutonné de haut en bas, et notre rêve est déchiré, seul dans le vent, et notre âme n’est pas rasée de la barbe des partisans qui se sont retranchés, à cheval sur la mort - en haut des rochers de la gloire. La dictée de l’existence. “Copier jusqu’au bout la dictée de l’existence » (Rainer- Maria Rilke) Écrire : cet infinitif est un mot suspendu. Indéterminé, il donne sur la totalité indéfinie du langage et du monde, comme les fenêtres d’une chambre ouvrent sur la mer. Il appelle à soi de la substance et des formes, il attend des œuvres. Impatient de prendre corps, il se nourrit de tout.

Le blog de Sylvie Méheut. About me « Le blog des enfants cachés. Je m’appelle Nathalie Zajde. Zajde (qu’on prononce zaïdé en yiddish) veut dire "grand-père". En Pologne, on donnait ce prénom à des garçons juifs qui naissaient à la suite de plusieurs enfants morts, comme pour dire aux anges de la mort attirés par les nourrissons "cet enfant est un vieux, il n’est pas intéressant, laissez-le, passez votre chemin…".

Je suis née en France au début des années 1960 de parents qui avaient, enfants, miraculeusement survécu à la Shoah. Mon père a échappé à la rafle du Vel d’ hiv grâce à la présence de sa petite soeur, Annette, nourrisson à l’époque. Décharge, revue de poésie. Jean-Roger Caussimon, chanteur poète. On a voulu souvent, selon les cas, rapprocher ou opposer la poésie et la chanson. S'il est évident que la poésie n'a pas besoin de l'accompagnement musical pour exister, il n'en reste pas moins que nombre de chansons, ce qu'on appelle communément « des chansons à texte », possèdent avant même qu'on ne leur accole une mélodie, une charge poétique. Parmi les auteurs interprètes incontournables de la seconde moitié du siècle dernier, Jean-Roger Caussimon fut de ceux pour qui la poésie avait une importance première et qu'il servit avec talent.

La réédition par son fils Raphaël Caussimon et Saravah de son œuvre enregistrée à partir de 1970 nous donne l'occasion d'évoquer l'homme qu'il fut et son œuvre dont Léo Ferré fut un fidèle et amical partenaire. Sur un vœu de Paul Éluard « Toute caresse, toute confiance se survivent ! Pour écrire un seul vers (Rilke par Terzieff)

Le texte : Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaître les animaux, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le matin. Il faut pouvoir repenser à des chemins dans des régions inconnues, à des rencontres inattendues, à des départs que l’on voyait longtemps approcher, à des jours d’enfance dont le mystère ne s’est pas encore éclairci, à ses parents qu’il fallait qu’on froissât lorsqu’ils vous apportaient une joie et qu’on ne la comprenait pas (c’était une joie faite pour un autre), à des maladies d’enfance qui commençaient si singulièrement, par tant de profondes et graves transformations, à des jours passés dans des chambres calmes et contenues, à des matins au bord de la mer, à la mer elle-même, à des mers, à des nuits de voyage qui frémissaient très haut et volaient avec toutes les étoiles – et il ne suffit même pas de savoir penser à tout cela.

La Vierge noire ou La Comédie de la Mort. «La mort n'est-elle pas la muse inaltérable des poètes en ce sens où elle leur inspire les seules questions qui vaillent pour que les êtres humains puissent s'entendre, s'éprouver, se reconnaître fraternellement, s'aimer et se solidariser. J'aime l'idée du grand saut, celui de l'ange qui nous tient debout avec ses ailes de feu déployées entre les pôles de la vie et de la mort. Finalement, je me dis que la mort n'est triste que pour ceux qui la refoulent et la bafouent :les proches qui nous ont quitté continuent à leur manière leur cheminement parmi les vivants.

Pour ma part, je continue de dialoguer avec mes morts et mes grands ancêtres » (André Chenet). Étonnants-Voyageurs. Mikis Theodorakis - The Home Page - Dire la vérité dans la gueule du loup. ROMAN RIVERA P H O T O G R A P H Y. Éditions Chemins de Plume. Christophe Stabile. Erik Satie - Le site du compositeur - 12345. IRIS - Institut de Relations Internationales et Stratégiques. Louis Aragon Online. Lettre ouverte de Julos Beaucarne - Cheval fou. Le « chantage grec » s’invite au comptoir d’Yves Calvi. A paraître chez médiapop éditions. Leny Escudero : 79 ans et toujours écorché vif ! - Tranches de vie. Lydia Padellec. René Char. Christophe Stabile.

Revues- Magazines

Odysseus Elytis le soléiculteur / Salah Stétié. Odysseus Elytis. Gala Dittmar Photographie. Paroles aux alentours de Georges MOUSTAKI/MENU. Avec la gauche grecque, pour une Europe démocratique ! Mediapart. Citoyens grecs et irlandais, refusez l’austérité ! Paris de 1900 à nos jours : balade photos. MON AMOUR, SI JE MEURS... Iris. Cristina Castello - Poésie et journalisme. ENCRE PREMIERE. Le blog de allerauxessentiels.over-blog.com.