background preloader

Sarahevegrant

Facebook Twitter

Sarah-Eve Grant

Facebook, de nombreuses polémiques sur la vie privée. Le journal Metro a annoncé, lundi 24 septembre que d'anciens messages privés publiés sur Facebook avaient été rendus publics sur le bloc des publications des amis sur le mur de nombreux utilisateurs. Mais le réseau social dément : il s'agirait en réalité d'anciens messages publiés sur les murs des utilisateurs, auxquels le passage à la Timeline de Facebook a donné une nouvelle visibilité. Le gouvernement français a saisi la CNIL. Bug réel ou emballement collectif ? Cette affaire marque le dernier épisode de nombreuses polémiques sur le respect de la vie privée par le réseau social. 4 février 2004 : les débuts de Facebook Après avoir créé Facemash, qui permettait de classer les étudiants de Harvard en fonction de leur physique, Mark Zuckerberg lance Facebook.

Septembre 2006 : nouveau statut pour le réseau social Les ingénieurs de Facebook intègrent le fil d'actualité, agrégation des "statuts" des amis présents sur le réseau social. Novembre 2007 : publicité ciblée Février 2009 : "j'aime" A- La naissance de Facebook - TPE : les réseaux sociaux sur internet et les jeunes de 15 à 25 ans. Les réseaux sociaux connaissent un grand succès en France, notamment chez les adolescents. À travers deux d'entres eux qui sont Facebook et Twitter nous allons essayer de comprendre l'histoire de ces deux réseaux sociaux qui ont autant d'engouement chez les jeunes. Nous allons dans un premier temps aborder la naissance de Facebook. Tout d'abord, nous allons voir l'histoire de Facebook pour ensuite aborder son fonctionnement. 1- L'histoire de Facebook Dans un premier temps nous allons nous intéresser à l'histoire de Facebook, un réseau social qui est très apprécié par les jeunes.

Facebook est un réseaux social disponible sur internet qui a été crée par Mark Elliott Zuckerberg,sous l'appellation de « The Facebook » dans un premier temps, le 4 février 2004. En outre, La société décide ensuite de retirer le particule « the » de son nom après l'achat du nom « facebook » pour 200 000 dollars. 2- Le fonctionnement du réseau social Facebook L'engouement de Facebook ne dément pas. Facebook, Danger - En janvier, Facebook a débuté la construction d'un gigantesque complexe à Prineville, une ville de l'Oregon, à l'ouest des Etats-Unis, pour stocker et traiter toutes les données de ses membres. [...] D'ici à l'ouverture, Facebook continuera de louer ses capacités de stockage à d'autres sociétés, principalement dans la Silicon Valley. [...] En s'implantant à Prineville, Facebook a choisi l'énergie fossile, peu chère, plutôt que l'énergie verte, dénonce Gary Cook, représentant international de Greenpeace. [...]

Facebook influence la consommation d’alcool et de tabac des jeunes. Recevez nos newsletters : Les jeunes auraient tendance à reproduire ce qu’ils voient sur les réseaux sociaux Et quand leurs amis inondent leur mur Facebook d’images de cigarettes et d’alcool, ils seront plus à même de s’y adonner, d’après une étude. Soigner ses relations sur Facebook... et sa santé avec. Une récente étude publiée dans l’américain Journal of Adolescent Health démontre que certaines fréquentations sur les réseaux sociaux peuvent encourager les adolescents à adopter des comportements nocifs pour la santé. Ainsi, quand les jeunes voient sur Facebook des photographies de leurs amis en train de fumer ou boire de l’alcool, ils auront plus tendance par la suite à reproduire ces mêmes comportements.

«Notre étude montre que les adolescents peuvent être influencés par les photos publiées par leurs “amis” sur les réseaux sociaux», explique Thomas Valente de l’école de médecine de Keck de l’université de Caroline du Sud et auteur des travaux menés. TPE Apple - réussite économique. La création d’une société Un phénomène de société se remarque lorsqu’elle, ou une partie de celle-ci, subit une attirance pour une cause particulière. Pour créer ce phénomène de société, il faut faire appel à des valeurs morales ou traditionnelles communes, afin de rallier la population visée à sa cause. Appartenir à une société, c’est avant tout s’identifier à elle, en adoptant les habitudes et en suivant les tendances qui font d’elle un groupement de personnes identifiables.

Ainsi lorsqu’on lance une « mode», on crée une sorte de modèle auquel les gens s’identifient. C’est ce qui fait le phénomène de société, et ce qui fait qu’Apple est un phénomène de société. Aujourd’hui lorsqu’on parle d’Apple, on le voit comme un objet culte de notre quotidien, dont les produits ont un design rare, beau et moderne, mis au même rang que d’autres grandes marques du XXe siècle telles que la bouteille de Coca Cola, le Lego, la Barbie ou le Philips Compact Disc. Le désir de faire partie de cette société. Quelle est la place de la technologie à l'école ? Quel est son impact sur le rôle de l'enseignant ? : France.

Les élèves de la génération actuelle ont grandi avec les technologies numériques. Les appareils numériques font partie de leur quotidien en dehors de l'école. Grâce à Google, les jeunes peuvent désormais accéder à une multitude d'informations, de contenus et de ressources. Alors que les nouvelles technologies tiennent une place prépondérante dans le quotidien des élèves à la maison, les professeurs doivent essayer d'exploiter ce phénomène pour optimiser l'apprentissage en salle de classe et à la maison. Contrairement à la génération précédente qui utilisait plus volontiers les ressources papier traditionnelles, ces jeunes accros du numérique ne fréquentent pas beaucoup les bibliothèques. Dans ce contexte, il est essentiel de savoir si les nouvelles technologies peuvent vraiment améliorer l'éducation. Participation Motivation Apprentissage autonome Participation des parents Présence et ponctualité des étudiants et du personnel Allongement du temps d'apprentissage de l'élève.

Comment booster vos revenus en gérant efficacement vos réseaux sociaux. La gestion de réseaux sociaux peut vous sembler un jeu d’enfant mais cela est plus complexe qu’il n’y paraît. Il est très facile de se retrouver absorbé au fur et à mesure de diverses publications et partages de contenus et ainsi de perdre de vue l’essentiel, à savoir générer des prospects (leads) et concrétiser des ventes.

Alors comment s’y prendre pour trouver des leads et les convertir en clients ? Voici quelques réponses aux questions que l’on se pose le plus souvent… Comment conserver une certaine cohérence dans tous les réseaux sociaux ? Utilisez une plateforme pour gérer à la fois votre marketing, vos ventes et votre relation client vous facilitera nettement la tâche. J’ai des milliers de followers mais aucun impact sur mes ventes, que faire ?

Bien sûr, votre réseau est important, cela n’a aucun de sens de publier du contenu juste pour le plaisir de le faire, n’est ce pas ? Comment savoir quel type de contenu sera apprécié par vos clients et sur quel média le partager ? Réseaux sociaux: "Les ados protègent mieux leur intimité que leurs parents" Quel rapport les adolescents ont-ils avec leur vie privée en ligne? Au minimum, on peut dire qu'ils n'ont pas la même définition du partage entre sphère publique et privée que les adultes, de cette notion américaine de privacy que nous avons du mal à traduire en français. En fait, ils savent très bien ce qu'ils ne veulent pas que nous voyons. Ils ne sont pas du tout idiots, ils savent comment tenir leurs parents ou leurs profs à l'écart.

A bien des égards, ils savent mieux se servir des nouveaux outils et font moins d'erreurs que nous. Y a-t-il une forme "d'exhibitionnisme" numérique chez les nouvelles générations? Leur conception de ce qui est "privé" est différente, mais pas forcément plus faible que la nôtre. On observe quand même régulièrement, sur Facebook ou Twitter, des comportements irresponsables qui posent question... Je pense que ces plateformes n'ont pas créé ces pratiques. Snapchat, WhatsApp, Secret, Whisper, Voycee... Un peu comme dans une conversation à l'oral? Complètement. L'impact des réseaux sociaux sur notre vie - Articles - Bien-être.

Qu'ils soient sur invitation, réservés aux professionnels ou ouverts à tous, les réseaux sociaux et les blogues prennent de plus en plus de place dans notre vie. Avec des millions d'adeptes - Facebook en compterait plus de 800 millions -, ils s'imposent comme outils de communication et de changement. Bien sûr, les réseaux sociaux offrent des avantages à ceux qui s'y inscrivent, mais aussi quelques inconvénients. Nous en énumérons quelques-uns ici. Les avantages Des outils de communication Les réseaux sociaux sont rapidement devenus un outil de promotion pour les entreprises commerciales et les fournisseurs de service. Des outils d'information C'est également via les réseaux sociaux que les entreprises de presse et les organes de communication informent leurs membres (followers) des derniers développements dans l'actualité. Des outils de rapprochement Des outils de partage Des outils valorisants Ces mêmes réseaux sociaux contribuent également, pour plusieurs, à renforcer leur ego.

La vengeance. Innovations, Apple - Grâce au succès des téléphones Bada, la boutique d'applications de Samsung, qui compte 1100 logiciels, doit passer de 2 à 10 millions de téléchargements d'ici à la fin de l'année. Un smartphone ne peut pas se vendre s'il n'y a pas un magasin d'applications de qualité en face, explique Jean-Philippe Illarine, directeur marketing de l'activité mobile. [...]

Dotée de deux caméras et d'un flash, d'une mémoire extensible, elle est compatible avec les vidéos et les animations Flash sur Internet et accède aux applications d'Android. Plus polyvalente et mobile que l'iPad, elle sert aussi à téléphoner. C'est une extension de la gamme smartphone, développée par la division télécom, précise Jean-Philippe Illarine. [...] ..) ca affiche super bien les photos (pas essayé les films, mais pas de raisons de ça soit moche) et à part ça ben on peut rien connecter là dessus, taper avec les 10 doigts, la position est pas terrible. La cyberdépendance chez les jeunes. La cyberdépendance implique « une connexion Internet », précise Didier Acier, psychologue chercheur à Institut universitaire sur les dépendances du Centre Dollard-Cormier à Montréal.

Naviguer sur le Web, mais aussi jouer à des jeux vidéo en ligne, utiliser son Blackberry ou son téléphone cellulaire avec connexion Internet peut engendrer la cyberdépendance. La cyberdépendance, un phénomène nouveau Le premier cas de cyberdépendance a été recensé il y a une dizaine d’années. Il s’agit donc d’un phénomène relativement nouveau et peu d’études scientifiquement valables ont été conduites sur le sujet. De plus, la majorité des études existantes contiennent « beaucoup de biais méthodologiques », prévient M. Acier. Toutefois, M. Selon un sondage réalisé par l’Institut universitaire sur les dépendances, en 2008, une centaine de cas de cyberdépendance, sur un total annuel de 40 000 demandes, ont été recensés dans les centres de réadaptation en dépendance du Québec.

En complément : Par Elsa Iskander. L’usage des médias sociaux chez les jeunes : les deux côtés de la médaille. Utiliser les médias sociaux représente l’une des activités les plus courantes chez les jeunes d’aujourd’hui. Un récent sondage mené aux États-Unis démontre que 51 % des adolescents se connectent à leur réseau social favori au moins une fois par jour et que 22 % des jeunes le font plus de 10 fois quotidiennement (Common Sense Media, 2009). Les sites comme Facebook, YouTube ou Twitter, qui se sont développés à grande vitesse au cours des dernières années, s’avèrent hautement populaires auprès des jeunes, notamment parce qu’ils leur offrent l’opportunité de se divertir, mais également de communiquer entre eux (O’Keeffe et Clarke-Pearson, 2011).

Il demeure cependant essentiel que les jeunes sachent en faire une utilisation saine et appropriée, sans quoi, certains problèmes pourraient survenir. Un rapport clinique paru dans la revue américaine Pediatrics (2011) met en perspective les différents impacts des médias sociaux sur les enfants, les adolescents et les familles. Vie privée Références. L'enseignement supérieur face à la révolution numérique. Un tsunami s’apprête à déferler sur nos écoles, nos universités, nos grandes écoles. Du nord au sud de la Silicon Valley californienne, établissements d’enseignement supérieur, entreprises, centres de recherche publics ou privés ont inscrit l’éducation sur leurs agendas de travail, à égalité avec les autres priorités du moment – nanotechnologies, génomes à trois cents dollars, biotechnologies, énergies vertes… L’écosystème qui a converti en quelques décennies des milliards d’êtres humains au smartphone et à Internet a mis toute sa puissance de travail et d’innovation au service d’un objectif : réinventer l’éducation.

Écoles de commerce, d’ingénieurs, de design sont en train de diversifier leurs modes de recrutement et leurs organisations pédagogiques pour y intégrer les fondamentaux de la révolution numérique et de l’innovation ; on commence à enseigner le design thinking. Le supérieur est donc prêt à aborder la révolution qui vient. Reste à en dessiner les contours économiques. Julien Tartaglia: Comment nous passons à côté de la révolution numérique à l'école. TECHNO - On a beaucoup fantasmé sur l'arrivée des nouvelles technologies dans l'éducation : on les imaginait déjà capables de créer une façon d'apprendre qui n'existait pas jusqu'à présent.

Et pourtant, rien ne semble avoir changé en profondeur à l'école. Et si l'on passait à côté de la révolution numérique à l'école? Les nouvelles technologies ne sont évidemment pas absentes de l'univers des élèves et des enseignants, bien au contraire : tableaux numériques, applications mobiles, espaces numériques de travail, comptes Twitter, blogs, réseaux sociaux, etc.

Les élèves sont également formés et évalués à l'usage de ces outils avec le B2i*. Mais qu'en est-il de la réalité des usages? Quel a été l'impact véritable de l'arrivée des nouvelles technologies à l'école? Se libérer des visions technophiles L'arrivée des nouvelles technologies dans le monde scolaire s'est faite souvent à sens unique: on prend un usage existant et on essaie de l'appliquer en classe.

Faire le cours.