background preloader

Sécurité

Facebook Twitter

Surveillance de masse

Restriction des libertés individuelles. Sur les réseaux sociaux, policiers et gendarmes présentent leurs nouvelles voitures. Découvrez la sérigraphie des nouvelles 5008 de la @PoliceNationale . Insécurité : Bernard Cazeneuve tacle les "choix" faits par Nicolas Sarkozy "quand il était en situation de responsabilité" Alors que Nicolas Sarkozy a insisté lundi 31 août sur "l'exigence" qu'ont les Français en matière d'insécurité à l'égard du gouvernement, car "les missions régaliennes" dépendent "du gouvernement", l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve a vivement dénoncé ce mercredi 2 septembre sur franceinfo les "choix" faits dans ce domaine par l'ancien chef de l'Etat.

Insécurité : Bernard Cazeneuve tacle les "choix" faits par Nicolas Sarkozy "quand il était en situation de responsabilité"

"Nicolas Sarkozy a raison sur un point, c'est que sur le régalien, les décisions dépendent de ceux qui exercent une responsabilité", a réagi Bernard Cazeneuve, avant de faire un bilan en forme de réquisitoire des actions décidées par Nicolas Sarkozy dans ce domaine. "Il dépendait de Nicolas Sarkozy de ne pas supprimer 13 000 emplois dans la police et la gendarmerie quand il était président de la République. Accueil My Keeper - My Keeper. Le ministère de l’Intérieur commande en masse des munitions pour fusils d’assaut et des grenades de désencerclement. Le ministère de l’Intérieur ne cesse d’étoffer son stock d’armes, non létales comme létales.

Le ministère de l’Intérieur commande en masse des munitions pour fusils d’assaut et des grenades de désencerclement

Il avait déjà passé commande, le 23 décembre dernier, de 1280 nouveaux « lanceurs mono-coup » type LBD, principalement pour la gendarmerie, et de 450 LBD semi-automatiques – des « lanceurs multi-coups » (LMC) [1] pour les policiers. La place Beauvau vient successivement d’acheter 40 000 nouvelles grenades à main de désencerclement (GMD) à effet assourdissant, et de lancer un appel d’offres visant à acquérir, sur les quatre prochaines années, 25 millions de... cartouches de fusil d’assaut pour une valeur estimée à 11 millions d’euros [2]. GILETS JAUNES : UN POLICIER MET EN CAUSE LE GOUVERNEMENT.

David Dufresne : "La majorité des policiers mobilisés ne sont pas formés au maintien de l'ordre" Qu’est-ce que le Teorem, le téléphone sécurisé qu’Alexandre Benalla a négligé de rendre ? Le rapport choc sur le grand malaise des policiers et des gendarmes. La ville de Nice expérimente "Reporty", une application qui permet à chacun de filmer et signaler des délits en temps réel.

Conçue en Israël, l'application Reporty permet de filmer en direct et de transmettre les images avec son smartphone aux forces de l’ordre pour qu’elles interviennent.

La ville de Nice expérimente "Reporty", une application qui permet à chacun de filmer et signaler des délits en temps réel

Les policiers d'Île-de-France ne peuvent plus s'entraîner au tir - Le Parisien. Florian Loisy à Évry (Essonne) @florianloisy.

Les policiers d'Île-de-France ne peuvent plus s'entraîner au tir - Le Parisien

Le gouvernement va débloquer une centaine de millions d’euros pour les policiers. François Hollande reçoit mercredi les syndicats de police, pour tenter d’apaiser le climat de fronde qui règne depuis dix jours.

Le gouvernement va débloquer une centaine de millions d’euros pour les policiers

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Julia Pascual Un an presque jour pour jour après avoir reçu les syndicats de police au palais de l’Elysée, François Hollande devait reproduire l’exercice, mercredi 26 octobre en fin de journée. Les contextes de crise dans lesquels ces audiences présidentielles s’inscrivent se suivent et se ressemblent avec, comme point de départ de la colère des forces de l’ordre, l’agression violente d’un policier. Cette année, il s’agit d’un adjoint de sécurité à Viry-Châtillon (Essonne) ; en 2015, c’était un membre d’une brigade anticriminalité (BAC) au cours d’une fusillade en Seine-Saint-Denis.

Lutte contre le terrorisme

Attentats. Vol Egyptair MS804. Les policiers dans la rue contre la « haine » et pour plus de fermeté. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Julia Pascual Entre deux journées de mobilisation contre la « loi travail », les syndicats de police ont appelé, mercredi 18 mai, à des rassemblements place de la République à Paris, et devant les commissariats dans d’autres villes en France.

Les policiers dans la rue contre la « haine » et pour plus de fermeté

L’objectif de cette manifestation est double pour les représentants des forces de l’ordre. Il s’agit tout d’abord de dénoncer la « haine antiflic » qui fleurit dans les cortèges contre la réforme du code du travail. A ce titre, le choix d’un rendez-vous place de la République à Paris, où se tient le mouvement Nuit debout, est symbolique. Mais l’opération s’adresse aussi aux autorités. Ce que la police peut faire et ne pas faire pendant une manifestation. De Nuit debout aux cortèges du 1er mai contre le projet de « loi travail », la France traverse une nouvelle période de troubles sociaux, avec ses figures imposées, et notamment les violences, à la fois des manifestants et des forces de l’ordre.

Ce que la police peut faire et ne pas faire pendant une manifestation

Ces dernières sont accusées d’avoir, depuis quelques jours, une « stratégie de la tension » et essuient des critiques quant à leur action, jugée trop violente. Que dit la loi sur les manifestations ? Homicides, accidents, « malaises », légitime défense : 50 ans de morts par la police. La violence exercée par les forces de l’ordre, lorsqu’elle provoque la mort, est-elle tabou en France ? Dans combien d’affaires, la question de la légitimité du recours à cette violence mortelle se pose-t-elle ? Des décès étaient-ils évitables ? Aucune base de données, aucun rapport, aucune statistique officielle n’existe sur le sujet. Ni au ministère de l’Intérieur pourtant si prompt à classifier la délinquance. Ni au ministère de la Justice qui comptabilise les condamnations inscrites au casier judiciaire selon la nature des délits – « violence à agent de l’autorité publique » par exemple.

L'Élysée annonce la création d'une inspection des services de renseignements. Pré-plainte. Le "homeland security" français déjà en place. On savait N.Sarkozy proche du président G.W.Bush sur des points précis, comme le soutien inconditionnel à l’Etat d’israël, une option géopolitique très dangereuse vis-à-vis du Proche-Orient.

Le "homeland security" français déjà en place

On apprend aujourd’hui que le spectre de l’équipe de George W. Bush hante déjà les couloirs de l’Elysée, qui s’aligne beaucoup plus vite que prévu sur le « tout sécuritaire » dans le pays, en renforçant en priorité la structure et l’organisation de sa police. Comme G.W.Bush, N.Sarkozy est en train en effet d’agiter le spectre du terrorisme international devant nos yeux, afin de mieux reprendre en main le pouvoir policier à l’intérieur même du pays.

Le ministre de l’Intérieur est toujours présent en lui, à part qu’il se voudrait aussi désormais l’un des gendarmes du monde, en même temps. Sécurité : Guéant propose aux citoyens de faire la police - Société. La publication du décret issu de la Loppsi 2, jeudi 27 octobre, était passée presque inaperçue, jusqu'à ce que le ministre de l'Intérieur Claude Guéant propose, lundi 31 octobre à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, l'ouverture de la réserve de la police à tout citoyen souhaitant "servir son pays".

Sécurité : Guéant propose aux citoyens de faire la police - Société

Une mesure parmi d'autres (renfort de CRS, mise en place d'un référent policier, numéro vert pour les habitants) visant, selon le ministre, à renforcer la sécurité et à lutter contre la présence de dealers dans le quartier Zola-Arago. Et qui, aussi surprenante soit-elle, intervient à point nommé, quatre jours seulement après la diffusion, dans le JT de "France 2", d'un reportage sur le trafic dans le quartier. Des habitants qui "recevront une formation, un uniforme" S'ils saluent la présence renforcée de la police depuis vendredi dernier, les habitants du quartier Zola-Arago n'avaient pas attendu le ministre pour se mobiliser. "Policier n'est pas un métier d'intérimaire"

Défense.

Sécurité Routière