background preloader

Offshore Leaks

Facebook Twitter

Offshore Leaks : qui détient les comptes secrets ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Carton Parallèlement à l'affaire Cahuzac, des millions de transactions effectuées dans des paradis fiscaux viennent d'être mis au jour, après quinze mois d'enquête par la presse internationale, incluant Le Monde. Un "Offshore Leaks" qui rassemble pas moins de 2,5 millions de fichiers, auxquels il faut encore ajouter les comptes de 120 000 sociétés offshores.

Selon le quotidien belge Le Soir, c'est 160 fois le volume des câbles diplomatiques répertoriés par WikiLeaks. De quoi déclencher un séisme fiscal planétaire impliquant des dizaines de milliers de sociétés et de particuliers, issus de plus de 170 pays dans le monde. Parmi les 130 Français impliqués dans le scandale, Jean-Jacques Augier, le trésorier de campagne de François Hollande, détenteur d'actions dans deux sociétés basées aux îles Caïmans. Mongolie : l'ex-ministre des finances Philippines : la fille du président Marcos Azerbaïdjan : le chef de l'Etat et sa famille. Révélations sur les scandales des paradis fiscaux. Des documents jettent une lumière crue sur un système d'évasion fiscale mondialisé. Plongée au cœur des "juridictions à palmiers". LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne Michel Dans l'avion de Paris à Madrid, ce 28 janvier 2013, difficile de me concentrer sur les dernières pages de mon roman.

L'Affaire Harry Québert attendra pour livrer sa vérité. C'est une autre enquête qui me conduit dans la capitale espagnole et m'occupe l'esprit. Une liste de 130 Français détenteurs de sociétés offshore a été extraite par le consortium d'investigation américain ICIJ, à partir de fichiers secrets, parmi des milliers de noms, des riches particuliers et de puissantes holdings financières, Européens, Américains, Russes ou Asiatiques, dissimulés derrière des prête-noms. Elle est parvenue au Monde voilà quelques semaines, par l'intermédiaire de mon confrère Serge Michel, sur une messagerie chiffrée. La liste française n'a laissé filtrer que peu de noms de personnalités connues.

Offshore Leaks: mais qui sont les chasseurs de scoops de l'ICIJ? Décidément, après les aveux de Jérôme Cahuzac, l'évasion fiscale et les paradis fiscaux ne quittent pas la une avec les révélations de l'opération "Offshore Leaks". Plusieurs journaux dans le monde - dont The Guardian au Royaume-Uni ou Le Monde en France - ont publié ce jeudi des articles sur les actionnaires de sociétés offshore dans les paradis fiscaux en exploitant une base de données confidentielles de quelques 2,5 millions de fichiers. Objectif: donner un coup de projecteur sur l'industrie offshore coupable de favoriser l'évasion fiscale à hauteur de milliers de milliards de dollars. Cette spectaculaire opération de transparence est pilotée par le Consortium international de journalistes d'investigation (ICIJ).

Gros plan sur une internationale de chasseurs de scoops méconnue en Europe. Qu'est-ce que l'ICIJ? Quelles sont ses motivations? Comment fonctionne le Consortium? Quelles sont leurs sources sur l'OffshoreLeaks? Offshore Leaks : BNP Paribas et Crédit Agricole aidaient à l'évasion fiscale. Après les détenteurs de comptes offshores, c'est au tour des banques.

Grâce aux documents transmis par l’ICIJ, un consortium international de journalistes d’investigation, "Le Monde" et le Huffington Post révèlent aujourd’hui comment la BNP Paribas et le Crédit Agricole ont aidé, entre la fin des années 90 et durant les années 2000, certains de leurs clients à placer de l’argent dans des paradis fiscaux. Offrant à voir les rouages infiniment complexes de l’évasion fiscale. D'après "Le Monde", les deux banques françaises "ont supervisé la création de très nombreuses sociétés offshore pour des clients recherchant la confidentialité et une fiscalité plus faible, dans les îles Vierges britanniques, dans les îles Samoa ou à Singapour, à la fin des années 1990 et tout au long des années 2000". Pour comprendre comment elles opèrent, le site lemonde.fr a produit une vidéo explicative : Un montage financier sur commande Les banques se défendent. Offshore Leaks : "Nous publierons une dizaine de noms français significatifs"

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Anne Michel / chat modéré par Anna Villechenon Le Monde publie les révélations d'une vaste enquête sur les paradis fiscaux, menée conjointement par l'International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) et trente-six médias internationaux. Anne Michel, journaliste au Monde, explique dans un chat la méthode et les enjeux de l'"Offshore Leaks".

Daniel : Pourquoi la liste des 130 noms français n'est-elle pas rendue publique ? Nous avons sélectionné, dans cette liste, les noms qui font sens, soit parce qu'il s'agit de personnalités en responsabilité, tenues à l'exemplarité, soit parce qu'ils renseignent sur le rapport à l'impôt dans notre société. Francis Guil : D'abord, merci à tous ceux qui ont réalisé cette enquête. Depuis le Maroc, jeudi 4 avril, le chef de l'Etat s'est exprimé sur le cas de Jean-Jacques Augier, que nous avons mentionné dans notre édition parue le même jour.

Visiteur : Pourquoi dévoiler seulement maintenant ces informations ? Le document de la BNP expliquant comment créer une société offshore en toute discrétion. PARADIS FISCAUX - L'évasion fiscale est décidément sous les feux de la rampe en ce début de printemps, avec les aveux de l'affaire Cahuzac et l'opération "Offshore leaks" qui a révélé l'existence de 120.000 comptes offshore.

Le HuffPost s'est penché sur le cas de BNP Paribas, au moyen d'un document utilisé en interne chez BNP Paribas Wealth Management (gestion de fortune) en Suisse et à destination des conseillers clientèle. Ce fascicule de présentation d'une cinquantaine de pages, datant de 2009, constitue une sorte de guide de la création de la société offshore à partir des filiales suisses. Un montage pour faire disparaître le nom du détenteur du compte Sur l'une des slides de la présentation, la banque prend comme par hasard l'exemple d'un investisseur "d'origine ukrainienne" qui voudrait détenir une société dans son pays, sans toutefois que son nom n'apparaisse officiellement.

Tiens, tiens... Au terme de ce montage financier? Un Ukrainien, un hasard? (Capture du site BNP) OffshoreLeaks : la France demande la transmission des fichiers à la justice. Transactions vers des paradis fiscaux dévoilées: une centaine de Belges cités. C'est une fuite informatique qui va secouer le monde de la finance: 2,5 millions de fichiers qui proviennent de sociétés offshore situées dans des lieux biens connus de l'évasion fiscale. Toutes ces données ont été analysées par 86 journalistes à travers le monde. Résultat : des millions de transactions vers des paradis fiscaux sont dévoilées. Des centaines de noms belges se retrouvent dans cette liste.

Nos confrères du Soir ne divulguent que les initiales de quelques uns d'entre eux. La planète entière est concernée... Sont concernés: des entreprises mais aussi des particuliers dans 170 pays différents qui ont tenté de cacher leur argent en toute discrétion. On sait que la fuite a eu lieu fin 2011. Alain Lallemand, journaliste au Soir, explique: "La première fuite, elle est arrivée il y a un peu plus d'un an et demi sous forme d'un disque dur, une sorte de mode d'emploi, dans les mains d'un journaliste australien, qui est membre, directeur d'un réseau international de journalistes".