Il y a une dizaine de jours la Hadopi lançait un appel d’offres dans le but de réaliser une nouvelle étude qualitative « ayant pour objectif de comprendre les répercussions des décisions de justice (telles que le blocage ou la fermeture de plateformes) sur les usages des internautes ». Autrement dit une enquête visant à cerner les nouvelles habitudes de consommation des anciens utilisateurs de sites comme Megaupload, Allostreaming ou encore The Pirate Bay. Bien que son objectif soit plutôt clair, le contenu de l’étude restait flou, raison pour laquelle nos confrères de PC Inpact ont cherché à en savoir plus. Ils sont ainsi parvenus à mettre la main sur le cahier des charges de l’étude. Hadopi sonde les anciens utilisateurs de Megaupload AlloStreaming Hadopi sonde les anciens utilisateurs de Megaupload AlloStreaming
Hadopi offre 37 000 € pour savoir pourquoi vous partagez sur internet Hadopi offre 37 000 € pour savoir pourquoi vous partagez sur internet Date de dernière mise à jour : le 27 décembre 2013 à 8 h 34 min Après une première étude commandée début décembre concernant le comportement des internautes en matière de « Consommation illicite et dépenses culturelles », et une autre publiée fin novembre concernant les moyens d’accès aux œuvres dématérialisées, voilà que maintenant HADOPI veut comprendre les raisons poussant les internautes au partage de fichiers, et pour ce faire elle dispose d’un budget de 37 000 € hors taxe pour réaliser une troisième étude. En effet, la haute autorité dont le rôle est autant de sanctionner que d’observer, a publié au BOAMP (Bulletin Officiel des Annonces des Marchés Publics), et ce la veille de Nöel, une annonce indiquant qu’elle souhaite confier à un prestataire extérieur le soin de l’étude suivante : Réalisation de l’étude » Motivations aux pratiques de partage ».
La méthode de collecte des adresses IP par TMG est robuste « Korben Korben La méthode de collecte des adresses IP par TMG est robuste Patatra ! Certains penseront à un nouveau fail de la Hadopi... Moi je pense plutôt à un bienfaiteur interne qui aurait saboté le navire ! La méthode de collecte des adresses IP par TMG est robuste « Korben Korben
Hadopi : l'Elysée reconnaît la non fiabilité de l'IP Alors que 159 dossiers sont en instruction en troisième phase de la riposte graduée (qui pour rappel peut déboucher sur la coupure de la connexion Internet), l’Élysée vient officiellement d'admettre la "non fiabilité" de la Hadopi. En effet, après que des adresses IP de l’Élysée aient été utilisées pour télécharger des fichiers pirates sur les réseaux Peer-to-Peer, le palais présidentiel avait été mis hors de cause par le responsable du site YouHaveDownloaded qui déclarait : "Je pense qu'il s'agit d'une machine personnelle qui utilise l'adresse IP du palais, pas d'un ordinateur gouvernemental (...) Une adresse IP n'est pas une donnée fiable pour identifier un internaute. Celle-ci peut être usurpée ou détournée". On attendait donc avec impatience de savoir quelle serait exactement la position de l’Élysée sur le sujet. Hadopi : l'Elysée reconnaît la non fiabilité de l'IP
Le budget de l'Hadopi sera finalement de 9 millions d'euros Compte tenu d?un contexte budgétaire plus que tendu, la Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des Droits sur Internet (Hadopi) ne s'en sort pas si mal. Au final, son budget atteindra quasiment 9 millions d?euros, soit quasiment un million de plus que mentionné dans le document du ministère de la culture qui donnait les détails de la dépense publique pour 2013. « Tout n? Le budget de l'Hadopi sera finalement de 9 millions d'euros
Le gouvernement a chargé Pierre Lescure, ancien PDG de Canal+ et directeur du théâtre Marigny, d'une mission de concertation sur la culture face aux enjeux du numérique. Cette mission devrait statuer sur l'avenir de l'Hadopi, autorité de lutte contre le téléchargement illégal que François Hollande s'est engagé à "remplacer". La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, détaille (un peu) cette mission mais aussi sur ce que deviendra l'Hadopi d'ici mars prochain, date de remise du rapport. Quelle est la mission de Pierre Lescure, ancien PDG de Canal+ ? - Nous avons confié à Pierre Lescure une mission de concertation sur l'acte II de l'exception culturelle. Il s'agit de tirer un véritable bilan de l'évolution des pratiques en matière d'utilisation des contenus culturels numériques, et de dégager une prospective sur les besoins légaux pour qu'internet devienne l'une des plus grandes sources de financement de la culture. Aurélie Filippetti : "Je vais réduire les crédits de l'Hadopi" Aurélie Filippetti : "Je vais réduire les crédits de l'Hadopi"
La ministre de la Culture estime que la haute autorité coûte trop cher pour une efficacité toute relative. Ses crédits seront revus «largement» à la baisse en septembre. L'Hadopi va devoir se mettre au régime. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a annoncé dans une interview au Nouvel Obs que les crédits de la haute autorité allaient être «largement réduits» pour l'année 2012. High-Tech : Aurélie Filippetti va mettre l'Hadopi à la diète High-Tech : Aurélie Filippetti va mettre l'Hadopi à la diète
This means you are using a private torrent tracker or, of course, you may not be a torrent user at all! It happens. Please, entertain yourself. You Have Downloaded - We show what you downloaded You Have Downloaded - We show what you downloaded
SeedFuck, l’arme anti-Hadopi ? 01net le 16/04/10 à 18h50 C'est ce qu'on appelle du « Torrent poisoning ». Et c'est peut-être le futur cauchemar des ayants droit. La technique consiste à polluer les réseaux de peer to peer (comme BitTorrent) de fausses adresses IP afin de compliquer la tâche des sociétés chargées de relever les infractions au téléchargement, justement à partir de cette donnée. SeedFuck, l’arme anti-Hadopi ?
Un anti-Hadopi nommé à la Hadopi La Hadopi renouvelle trois des neuf membres de son collège. Et parmi les trois personnalités, on trouve le député socialiste Didier Mathus, bien connu pour ses positions... anti-Hadopi. C'est l'un des effets mécaniques du basculement à gauche du Sénat. Un anti-Hadopi nommé à la Hadopi
La grande campagne de communication de l'Hadopi, destinée à sensibiliser les jeunes à l'intérêt de ne pas pirater, plutôt qu'à les culpabiliser, débute aujourd'hui. En affichage, au cinéma, à la télévision, en radio, dans la presse et sur internet. L'Hadopi a mis le paquet, en y consacrant un budget de 3 millions d'euros. En parallèle de sa campagne, la Haute Autorité a décerné ses premiers labels "PUR" (pour " promotion des usages responsables") à 17 plateformes d'offres légales de contenus. Problème : le message sonne faux aux yeux des internautes, et ils ne se gênent pas pour le faire savoir. De l'art de maîtriser le second degré La communication d'Hadopi se prend les pieds dans le tapis