background preloader

FÉMINISMES-INTERSECTIONNALITÉS

Facebook Twitter

Comprendre le colorblind(ness) - Le blog d'Émy. Le « colorblind / colorblindness », est à l'origine un terme médical désignant le daltonisme.

Comprendre le colorblind(ness) - Le blog d'Émy

Mais spécifiquement, dans le cadre du racisme, le « colorblidness » est un argument souvent utilisé (par les blanc-he-s essentiellement) consistant à dire « moi, je ne vois pas les couleurs », pour dégager toute accusation de racisme. Le privilège est quand tu penses que quelque chose n’est pas un problème parce que ça n’en est pas un pour toi personnellement.

Et pourtant… Pourtant, cette façon de présenter les choses est déjà raciste en soi (en plus d'être profondément égocentrique) pour plusieurs raisons : Cette façon de présenter les choses est une façon de dire que l'on ne voit pas et surtout que l'on refuse de voir les problématiques liées au racisme (les discriminations à l'embauche, au logement et aux loisirs, les contrôles au faciès, l'exotisation sexuelle, etc.). Regarde à quel point j’en ai quelque chose à faire ! Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Images Site Web pour cette image Pari(s) d'amies de Rokhaya Diallo et Kim Consigny fait partie des comixtrip.fr Recherche par imageImages similaires Les images peuvent être soumises à des droits d'auteur.

Résultats Google Recherche d'images correspondant à

20 livres pour contrer le sexisme. Publié le 7 novembre 2015, Laura Boudou pour Elle.fr Une BD, une autobiographie, ou un essai philosophique.

20 livres pour contrer le sexisme

Avec humour ou en dessin, les auteurs ont ici comme point commun de s’engager contre le sexisme. Une sélection non exhaustive de 20 lectures féministes pour réfléchir autrement. Yatuu – « Pas mon genre ! » (Marabulles) De quoi ça parle ? Collectif Osez le féminisme – « Vie de Meufs : le sexisme ordinaire illustré » (JBZ et cie) De quoi ça parle ? Thomas Mathieu – Les Crocodiles (Le Lombard) De quoi ça parle ? Lena Dunham ­ Pas ce genre de fille (Pocket) De quoi ça parle ? Elizabeth Coquart – La Frondeuse (Payot) De quoi ça parle ? Sylvie Deshors – Coup de talon (Talents Hauts) De quoi ça parle ? Nathalie Leray et Christine Circosta – La Liste de Noël (Talents Hauts) De quoi ça parle ? Les yeux noirs - Féministes mais anti-voile : un argumentaire à...

La petite Bédéthèque des Savoirs : Le féminisme. En 7 slogans et citations. Peggy McIntosh. Jane Elliott. 1/2: Le Black Feminism en contextes francophones (Québec, 2016) [FR] Le Musée du Quai Branly "apprend" aux enfants que certains esclaves avaient une vie "agréable" et que les discriminations raciales aux Etats-Unis se sont terminées en 1964. Un livret pour enfants du Musée du Quai Branly commence avec plusieurs paragraphes douteux affirmant que certains esclaves avaient des vies "agréables" et que le Civil Rights Act de 1964 a marqué "la fin de la discrimination raciale" aux Etats-Unis.

[FR] Le Musée du Quai Branly "apprend" aux enfants que certains esclaves avaient une vie "agréable" et que les discriminations raciales aux Etats-Unis se sont terminées en 1964

Certains invités du vernissage outrés parlent de révisionnisme. La grande institution parisienne Musée du Quai Branly vient d'inaugurer 'The Color Line', une exposition très ambitieuse sur l'Histoire des Afro-Américains. Bien que certaines parties du projet puissent paraître trop "timides" et peu menaçantes compte tenu de la gravité des sujets qu'elles abordent, on ne peut nier le travail considérable du commissaire d'exposition et de son équipe.

Des artistes Afro-Americains notables sont inclus, tels que Archibald John Motley, Junior et des artistes plus jeunes comme Hank Willis Thomas, Mickalene Thomas et Ellen Gallagher. Nous avons contacté le Musée du Quai Branly à ce sujet mais n'avons pas encore reçu de réponse. ON EST LÀ – CASES REBELLES. Jamais le combat des black panthers n'a été aussi pertinent. Les bavures policières touchent, encore aujourd'hui, les noirs.

jamais le combat des black panthers n'a été aussi pertinent

C'est une réalité, peut-être plus encore aux Etats-Unis qu'ailleurs. Alors que le documentaire The Black Panthers : Vanguard of the Revolution s'apprête à sortir, force est de constater que cette même violence policière a conduit un grand nombre de personnes à créer en 1966 le plus grand mouvement noir outre-Atlantique, et n'a pas tardé à s'étendre au delà de son territoire, jusqu'à devenir un véritable manifeste pour des millions de gens à travers le monde.

Eldridge Cleaver, Berkeley. Photo courtesy de Jeffrey Blankfort. Les témoignages des pionniers ainsi que d'anciens agents du FBI ne manquent pas de rendre toute sa force et sa puissance à ce mouvement. Un groupe de sept enfants marche dans les rues, livre à la main. Le Blak Panthers est devenu un mouvement sans précédent à travers le monde. Black Panthers de Sacramento, Free Huey Rally, Bobby Hutton Memorial Park à Oakland, CA, USA, 1969.

Huey Newton au micro.