background preloader

Impérialisme linguistique

Facebook Twitter

Émergence des langues créoles et rapports de domination dans les situations créolophones. Texte intégral 1Du régime de l’esclavagisme et de la fondation de colonies d’exploitation sont nées des sociétés et des cultures nouvelles dont les langues créoles constituent de remarquables manifestations.

Émergence des langues créoles et rapports de domination dans les situations créolophones

Je me propose de rendre compte brièvement de quelques dimensions sociolinguistiques de ces genèses et d’exposer tout aussi succinctement, une question contemporaine, celle des rapports de domination qui se tissent entre les créoles français et la langue française. De l’impérialisme linguistique. Recensé : Pascale Casanova, La Langue mondiale.

De l’impérialisme linguistique

Traduction et domination, Paris, Seuil, « Liber », 2015, 144 p., 18 €. Il y a plus de quinze ans, en 1999, Pascale Casanova avait pris à rebrousse-poil la vision enchantée du monde littéraire et montré, exemples à l’appui, que la République des lettres était un champ mondial de fabrique de l’universel, avec ses centres et ses périphéries, son « méridien de Greenwich » et ses luttes concurrentielles. De la langue de la littérature à la langue tout court, l’auteur poursuit sa réflexion avec le même puissant effet dégrisant : la bonne conscience contemporaine mais aussi la linguistique formelle postulent l’égalité entre les langues dont la diversité est un bien précieux, à préserver – bien qu’en fait, des dizaines de langues meurent tous les ans. Une sociologie des échanges linguistiques Le champ international des langues. Impérialisme linguistique. Impérialisme linguistique L’impérialisme linguistique est la domination culturelle au moyen de la langue.

Impérialisme linguistique

Ce phénomène est une partie du phénomène plus général d’impérialisme culturel qui englobe l’imposition des modes de vie, de l’éducation, de la musique, etc. d’un groupe social sur un autre. Il doit être distingué de la domination linguistique, la différence étant d’ordre idéologique : l’impérialisme linguistique est une volonté, la domination d’une langue est un état de fait, souvent la conséquence du précédent, mais pas systématiquement. Défense des langues = nationalisme linguistique. Un nouveau thème espérantiste en vogue Une idéologie à la mode, nouvelle semble-t-il, fait fureur depuis plusieurs années dans les milieux espérantistes.

Défense des langues = nationalisme linguistique

Ses protagonistes la nomment « défense des langues » et comptent bien qu’elle apportera au mouvement espérantiste de nouveaux alliés. Pour notre part, nous appelons cela du « nationalisme linguistique ». On rencontre aussi le terme de « purisme linguistique ». Il pleut des chats et des chiens, par Frédéric Kaplan et Dana Kianfar (Le Monde diplomatique, janvier 2015) Au début du mois de décembre dernier, quiconque demandait à Google Traduction l’équivalent italien de l’expression « Cette fille est jolie » obtenait une proposition étrange : Questa ragazza è abbastanza, littéralement « Cette fille est assez ».

Il pleut des chats et des chiens, par Frédéric Kaplan et Dana Kianfar (Le Monde diplomatique, janvier 2015)

La beauté s’était lost in translation — perdue en cours de traduction. Comment un des traducteurs automatiques les plus performants du monde, fort d’un capital linguistique unique constitué de milliards de phrases, peut-il commettre une erreur aussi grossière ? La réponse est simple : il passe par l’anglais. « Jolie » peut se traduire par pretty, qui signifie à la fois « joli » et « assez ». Le second sens correspond à l’italien abbastanza. Ce principe connu, il devient aisé de produire des phrases insolites et souvent amusantes. « Je pense que vous avez un président magnifique » devient Penso che tu abbia una bella sedia, c’est-à-dire : « Je pense que tu as une jolie chaise », car « président » peut se traduire par chair en anglais. Un monde polyglottelmdjanvier2005[1] L'impérialisme linguistique de Pierre Foncin en Méditerranée. 1L'impérialisme linguistique est devenu un enjeu à la fois linguistique et didac­tique grâce à l'étude de Philippson sur les problématiques de la diffusion de l'anglais, qui l'a défini en ces termes : « une théorie propre à l'analyse des relations entre culture dominante et culture dominée, en particulier la façon dont la promotion de l'apprentissage de la langue [seconde] anglaise a été faite » (Philippson 1992 : 15).

L'impérialisme linguistique de Pierre Foncin en Méditerranée

Si cette théorie s'intéresse aux relations de force entre les cultures, le français n'en est pas exempt compte tenu de son rôle en tant que vecteur de la politique linguistique d'assimilation à l'époque coloniale. 1 « De toutes les régions qui appellent l'attention, la première place nous paraît appartenir au bas (...) 2 Ce point de vue semble émerger de la réflexion de la linguistique historique du XIXe siècle. Parler français ou la « langue des maîtres » ?, par Bernard Cassen (Le Monde diplomatique, avril 1994) A PEINE adopté par le conseil des ministres, en février dernier, le projet de loi relatif à l’emploi de la langue française, présenté par M.

Parler français ou la « langue des maîtres » ?, par Bernard Cassen (Le Monde diplomatique, avril 1994)

Jacques Toubon, ministre de la culture et de la francophonie, a suscité une levée de boucliers. Notamment chez ceux qui ­ leurs commentaires le démontraient à l’évidence ­ ne l’avaient pas lu. Et l’examen de ce texte par le Parlement va, à n’en pas douter, provoquer de nouvelles poussées d’adrénaline chez certaines « élites » pour lesquelles la mondialisation de toutes les activités et productions, y compris culturelles ( lire pages 28 et 29 l’article d’Armand Mattelart ), est de toute façon éminemment souhaitable. Et, disposant déjà de sa langue « globale », l’anglais, elle ne saurait trop s’embarrasser d’"exceptions" locales : l’italien en Italie, le français en France, etc.

Ce raisonnement est, certes, rarement formulé de manière aussi ouverte.