background preloader

A lire

Facebook Twitter

Prostitution : Législation, ce qu’il faut savoir - Legadroit. Pour en savoir plus sur la prostitution, contactez Me Hawrylyszyn Quelques définitions En droit, le régime de la prostitution est défini par un décret du 5 novembre 1947 comme «l’activité d’une personne qui consent habituellement à des rapports sexuels avec un nombre indéterminé d’individus moyennant rémunération». Le terme de "rémunération" inclut l’argent mais également les objets à valeur marchande ou même des services.

Le principe juridique sur lequel repose le droit en matière de prostitution est celui du droit de disposer de son corps. Cette liberté va jusqu’à l’utilisation de son propre corps à des fins lucratives, principe qui fait exception à celui de l’indisponibilité du corps humain, c’est-à-dire l’interdiction de vendre son sang, un organe, […] exception faite des cheveux. Aussi, le droit de se prostituer est acquis parce que le droit d’entretenir des relations sexuelles relève strictement du droit au respect de la vie privée.

Une nouvelle réforme a donc du être mise en place. Les enfants exposés aux violences collectives - érès. ZONES. Lire et Écrire - InLibroVeritas. Lire en ligne - Livres sur internet gratuits (free ebooks online) Gildas Lescop nous a donné un cours de rattrapage sur l'histoire des skinheads | NOISEY. Gildas Lescop (Photo : Alexandra Czmil) Noisey : Quand as-tu commencé à travailler sur les skins ? Gildas Lescop : J’ai commencé à traiter des skinheads lors de mon DEA en sociologie, à Nantes, en 1998. En 2003, j’ai publié mon premier article se rapportant à ce sujet, dans la revue Volume. Cet article s’attachait à décrire l’évolution de la oi!

La version française de ce livre-référence est disponible aux éditions ZONES. Quelles ont été tes principales sources ? Je me suis donc tourné vers les chercheurs britanniques des « cultural studies » qui s’étaient livrés à une analyse de tous ces groupes de jeunes : les teddy boys, les rockers, les mods, les skinheads, les punks… et à une interprétation de leurs modes d'expression. Et pour ce qui est de la méthodologie ? Je raconte donc les départs groupés en voitures pour une destination plus ou moins lointaine. Je montre, par cet exposé, comment ces concerts peuvent apparaitre comme des lieux d'apprentissage des codes et des manières d'être.

Amazon. Une compréhension authentique du passé. Un panorama des critiques récentes adressées au livre de Timothy Snyder par plusieurs historiens est également disponible ici Écrire une géographie humaine des victimes La Vie des idées : Bloodlands [1] est un livre fondé sur des années de recherche en histoire et en études slaves. Mais son thème général s’attaque à des problèmes qui traitent plus largement de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, de l’interaction entre le nazisme et le stalinisme, des massacres, d’une manière qui semble se défaire complètement des frontières des historiographies nationales.

Pouvez-vous nous raconter cet itinéraire intellectuel, et nous parler du contexte, des choix ou des rencontres qui l’ont rendu possible ? Comment vous est venue l’idée de travailler sur une « géographie humaine des victimes », sur les 14 millions de morts qui ont marqué les territoires s’étendant de la mer Baltique à la mer Noire entre 1933 et 1945 ? Timothy Snyder : Comparer le nazisme et le stalinisme n’a rien de nouveau. Une compréhension authentique du passé. Sans titre. Verbatim : le discours de réception du prix Nobel de Patrick Modiano. « Le Monde » publie l’intégralité du discours de l’écrivain Patrick Modiano, prononcé dimanche, à Stockholm, pour la réception de son prix Nobel de littérature.

Retrouvez sur LeMonde.fr l’intégralité du discours qu’a prononcé Patrick Modiano, dimanche 7 décembre, à Stockholm, en Suède, pour la réception de son prix Nobel de littérature. [Les intertitres sont de la rédaction du Monde.fr] Lire aussi Modiano à Stockholm : « Le romancier est une sorte de voyant » Je voudrais vous dire tout simplement combien je suis heureux d’être parmi vous et combien je suis ému de l’honneur que vous m’avez fait en me décernant ce prix Nobel de Littérature. C’est la première fois que je dois prononcer un discours devant une si nombreuse assemblée et j’en éprouve une certaine appréhension. On serait tenté de croire que pour un écrivain, il est naturel et facile de se livrer à cet exercice. Mais un écrivain – ou tout au moins un romancier – a souvent des rapports difficiles avec la parole.

L’ethnologie ou le parti d’écrire. Martin de la Soudière est né en 1944. Géographe-historien de formation, il s’oriente vers la sociologie, puis l’ethnologie, au CNRS où il entre en 1980. La conjugaison de ces quatre disciplines est une manière d’indiquer que ce ne sont pas des corpus de savoir qui l’intéressent, mais les regards croisés sur l’objet de son attirance : les lieux, le territoire, tout particulièrement les espaces et les paysages ruraux (il donne d’ailleurs des cours à l’École nationale de paysage de Versailles). Seul ou en équipe, il arpente sans relâche les hautes terres du Massif central, qu’on nomme les « pays d’en haut » : Lozère, Haute-Ardèche, Cantal, Haut-Jura, Pyrénées (celles de son enfance). Il co-organise à l’EHESS un séminaire sur les nouvelles « ruralités ». Il a aussi coréalisé deux films sur ces hauts plateaux, l’un sur la neige, l’autre sur des récits de vie en Lozère. Il a notamment publié ou réalisé : Cueillir la montagne.

L’Hiver. Au bonheur des saisons. Lignes secondaires, Creaphis, 2008. Vers un empowerment à la française. C’est peu dire que le rapport de Marie-Hélène Bacqué et Mohamed Mechmache, remis au ministre délégué à la Ville en juillet 2013, était attendu [1]. On assistait depuis les émeutes de l’automne 2005 à un remarquable emballement de professionnels de la politique de la ville et du travail social autour de l’idée d’empowerment. Instruits sur les pratiques nord-américaines de développement urbain et social par des travaux français, ces professionnels se sont emparés avec ferveur de cette notion riche de promesses pour transformer le rapport des institutions avec les populations marginalisées des villes. La vitesse de propagation de ce nouveau lexique n’allait pas sans risques. D’abord celui de devenir le dernier conformisme dans une politique de la ville qui en a connu d’autres.

Ensuite, et surtout, celui de voir la floraison des discours tourner à vide car en décalage à peu près complet avec la réalité inchangée des pratiques institutionnelles. Désaméricaniser l’empowerment. The original Knee Defender - travel gadgets accessory - airplane legroom, DVT - travel accessories. Séquences actuellement disponibles - Juliette Drouet, Lettres à Victor Hugo. Mérite de passage. Charlotte Chan, 23 ans, tout juste diplômée de Sciences-Po et de HEC, se souvient parfaitement du premier jour où elle a mis les pieds rue Saint-Guillaume : «Les autres étudiants avaient une façon de parler, ils avaient des avis sur tout, étaient hyperpolitisés… Et puis là-bas, tous les jours, c’est la Fashion Week.» Elle a alors acheté un manteau «qui fait un peu parisien». Puis s’est mise à porter des vestes - «elles ont toutes ça sur une chemise».

Aujourd’hui, dans sa petite robe bleu marine toute droite à manches courtes avec des ballerines assorties, Charlotte ne détonne plus rue Saint-Guillaume. Comme les autres élèves entrés à Sciences-Po par les «conventions éducation prioritaire» (CEP, une voie d’accès réservée aux lycéens de ZEP), elle s’est progressivement coulée dans le moule. Très vite, elle a cessé d’utiliser le verlan en public. «Tu as le profil» Charlotte a donc cherché seule. Charlotte Chan dans son lycée ZEP de Mée-sur-Seine. 15 euros à Noël Quête de racines.

Rachat d’esclaves et identité nationale. Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire - Sarah Kaminsky - Livres. Ebook-gratuit.lu : le moteur de recherche de l'ebook gratuit, epub, pdf, mobi. Les meilleurs ebooks en français à télécharger gratuitement. Gallica. Gallica | le blog de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Chanson bachique. Paroles et musique de G. Aubert, 1909. « En France, tout finit par des chansons » : un célèbre dicton qui illustre la place majeure tenue par la chanson dans la culture populaire française. Une importance qui se reflète dans les collections des divers départements de la BnF et sur Gallica. Dès les débuts de l’édition musicale au XVIème siècle paraissent des recueils de chansons polyphoniques, comme ceux de Pierre Attaignant, bientôt suivis par la vogue italienne des madrigaux.

Dès que possible, la chanson fut également enregistrée, et on la retrouve en premier lieu dans les collections numérisées des Archives de la Parole, institution fondée en 1911 par le linguiste Ferdinand Brunot réunissant les compétences scientifiques de l’Université de Paris et celles, techniques, de la maison Pathé Frères. Vieilles Chansons pour les petits enfants, avec accompagnements de Ch. Informations pratiques Les Succès de Charles Aznavour. LES AVENTURES DE PINOCCHIO. Edouard Louis.

«Et si les sciences sociales irriguaient le cinéma et les séries?» Marie-Hélène Bacqué Professeure d’études urbaines à l’université Paris-Ouest-Nanterre Depuis quelques années, le Festival de Cannes a ouvert ses portes aux séries télévisées, objet souvent expérimental dans lequel le cinéma n’hésite pas à puiser abondamment. Il aurait bien tort de se priver. Olivier Assayas avait inauguré la tendance en 2010, avec Carlos, essuyant au passage les critiques des défenseurs du «vrai cinéma». L’an dernier, le formidable Top of the Lake de Jane Campion a été invité à la Quinzaine des réalisateurs, qui récidive cette année en conviant P’tit Quinquin, la série de Bruno Dumont, en séance spéciale.

Diffusée sur la chaîne américaine HBO de 2002 à 2008, la série The Wire (Sur écoute) est, comme la consacre le sociologue américain William Julius Wilson, «la meilleure ethnographie jamais réalisée de l’Amérique contemporaine». Pourquoi avoir choisi «The Wire» comme sujet d’études ? The Wire est une image fidèle de ce que pouvait être Baltimore au début des années 2000. Congo Inc. François Busnel, Lire « Le livre le plus drôle de ce début d'année. L'humour et l'effroi se partagent les pages de ce roman qui montre combien la littérature est plus efficace que l'économie pour dire le monde actuel. » Muriel Steinmetz, L'Humanité « La force de ce roman (…) réside dans l'exploration typologique très informée des habitants de la capitale congolaise, observés du haut en bas de l'échelle sociale.

L'auteur s'applique à bourrer son texte jusqu'à la gueule de figures représentatives qu'il analyse finement, au fil d'une intrigue quasi policière dont il tient habilement tous les fils. » Frédérique Briard, Marianne « II en faut, du talent, pour embrasser en 300 pages l'histoire, ancienne et contemporaine, de la République démocratique du Congo, sans jamais rompre le charme d'un roman trépidant. François Busnel, L'Express « Attention, grand livre ! Yves Le Gall, Matricule des Anges Valérie Marin la Meslée, Le Point Elise Lépine, Transfuge Colette Braeckman, Le Soir. Erreur de chargement de la page. Réforme pénale : la lumineuse leçon d’Antoine Garapon. La commission des lois du Sénat a entendu le 14 mai Antoine Garapon, magistrat, secrétaire général de l’Institut des hautes études sur la justice.

Jean-Pierre Sueur, président. Nous avons le plaisir d’accueillir M. Antoine Garapon, magistrat, docteur en droit, juge des enfants pendant de nombreuses années avant de rejoindre l’Institut des hautes études sur la justice comme secrétaire général en 1991. Il est l’auteur notamment de Bien juger, Essai sur le rituel judiciaire en 1997, de Les nouvelles sorcières de Salem, Leçons d’Outreau en 2006 et de La raison du moindre État, Le néolibéralisme et la justice en 2010.

Membre du comité de rédaction de la revue Esprit, il anime l’émission Le bien commun sur France Culture (le jeudi, de 15 h à 15 h 30), que nous connaissons bien. Antoine Garapon. La rupture du lien entre sanction et souffrance Ce projet de loi consacre d’abord une rupture symbolique en substituant à l’idée de peine comme souffrance celle de la peine comme contrainte.

Les moyens. Introduction à la sociologie du handicap. Comment le champ du handicap s’est-il historiquement et socialement construit dans les sociétés occidentales ? Quel type d’expériences le handicap produit‑il ? Quelles mobilisations suscite-t-il ? Quel type de recherches et quels courants de pensées recouvrent les disability studies ? Quels traitements politiques les sociétés donnent-elles aux personnes dites handicapées ? Comment vivent-elles aujourd’hui à l’école, au travail, en famille, en milieu « ordinaire » ou en institutions spécialisées ? Voici quelques-unes des nombreuses questions que se posent tous ceux qui s’intéressent au handicap et que cet ouvrage propose d’éclairer. Depuis une quarantaine d’années, le handicap est en effet devenu un objet d’études à part entière des sciences humaines et sociales, de la sociologie en particulier. Ce manuel propose un panorama clair et synthétique des études consacrées au handicap en soulignant à la fois les situations concrètes qu’il recouvre et ses enjeux politiques et sociaux.

Jules Ferry - L'Esprit de la cité. Totalement coupés du monde, fous de solitude, 8 prisonniers américains parlent. Jerry Williams, 8 ans d'isolement : "J'entends des voix, je vois un serpent, je me frappe la tête"Robert King, 29 ans à l'isolement : "Impossible d'être plongé dans une telle merde et d'en ressortir sans sentir la merde"Michael Williams, 17 ans à l'isolement : "Ils ne prennent pas en compte ma maladie mentale, ce qui me rend très violent et instable"Joe Loya, 2 ans à l'isolement : "Le lit se transforme en sable mouvant, tu t'allonges et c'est la spirale de la folie"Vicente Rodriguez, 12 ans à l'isolement : "On m'a diagnostiqué un syndrome de stress post-traumatique, le truc des militaires"Brian Nelson, 23 ans à l'isolement : "J'ai copié la Bible, ça m'a pris un an, 9 mois et deux jours"Damon Thibodeaux, 15 ans dans les couloirs de la mort : "J'ai envisagé d'abandonner mes droits et de laisser l'Etat m'exécuter"Richard Ausmus, condamné à 75 ans de prison : "Je n'ai reçu aucune explication sur mon placement à l'isolement" Propos recueillis par son avocate, Elizabeth Simpson :

Torrent 411 - Tracker Torrent Français. Fukushima, le cygne noir - Idées. Fukushima est-elle vraiment un cygne noir ? Non pas un signe à la façon main de Dieu, non un cygne palmipède ? Comment Fukushima serait-elle un cygne noir ? Vous allez voir... L'enchainement des catastrophes qui a mené à l'accident nucléaire de Fukushima était hautement improbable, mais pas impossible. Un sismologue déjà, au Japon, dit qu'il l'avait prévu, qu'il avait mis en garde ses supérieurs.

Et comme avec le 11 septembre ou la crise financière, même si personne ou presque n'avait vu venir les événements, on ne va pas tarder à reconnaître qu'ils étaient prévisibles. Alors, pourquoi sommes-nous toujours sidérés devant les catastrophes ou les révolutions ? Pourtant nous sommes entrés dans un monde incertain, selon le titre d'un livre prémonitoire de trois sociologues au tournant des années 2000, un monde d'incertitudes.

Un homme a cherché à comprendre pourquoi. C'est un livre complètement déroutant et assez génial, il faut le dire, en tout cas très stimulant, fourmillant d'anecdotes. Les Classiques des sciences sociales. Éric de Rosny, s.j. Interpréter la diversité humaine. Biologiste moléculaire, directeur de recherches émérite au CNRS, Bertrand Jordan a centré sa carrière scientifique sur la génétique humaine et l’exploration du génome, ayant notamment examiné le rôle de celui-ci dans l’autisme (Autisme, le gène introuvable. De la science au business, Seuil, 2012). On trouvera toutes les notes complétant cet entretien dans le PDF joint. Prise de vue et montage : A. Suhamy La vie des idées : Grand vulgarisateur des recherches actuelles sur les polymorphismes humains sur lesquelles vous avez notamment publié L’humanité au pluriel : la génétique et la question des races (Seuil, 2008), vous n’êtes pas vous-même praticien de ce champ.

Bertrand Jordan : J’ai en effet commencé par faire une thèse en physique des particules, mais je me suis tourné vers la biologie moléculaire dès le milieu des années 1960, en raison des types très différents de recherches que ces deux domaines impliquaient. À l’époque, c’était le début du développement de la biologie moléculaire. La France des discriminations. Accueil | Ent’revues, le site des revues culturelles. Le génocide des Tutsis 20 ans après (3/5) : deux décennies de procès. Sans titre. En Finir Avec Eddy Bellegueule de Edouard Louis. Le petit arbre de Birkenau: Amazon.fr: Maurice Benroubi, Postface d'Annette Wieviorka. Parution d'un nouveau titre, Regards croisés sur les familles venues d'ailleurs. Les tribulations chinoises du capitalisme.