background preloader

Detection

Facebook Twitter

0722 - Astronomers Find First Earth-like Planet in Habitable Zone. Eso0722 — Science Release The Dwarf Carried Other Worlds Too!

0722 - Astronomers Find First Earth-like Planet in Habitable Zone

25 April 2007 Astronomers have discovered the most Earth-like planet outside our Solar System to date, an exoplanet with a radius only 50% larger than the Earth and capable of having liquid water. Using the ESO 3.6-m telescope, a team of Swiss, French and Portuguese scientists discovered a super-Earth about 5 times the mass of the Earth that orbits a red dwarf, already known to harbour a Neptune-mass planet. The astronomers have also strong evidence for the presence of a third planet with a mass about 8 Earth masses. This exoplanet - as astronomers call planets around a star other than the Sun - is the smallest ever found up to now [1] and it completes a full orbit in 13 days. "We have estimated that the mean temperature of this super-Earth lies between 0 and 40 degrees Celsius, and water would thus be liquid," explains Stéphane Udry, from the Geneva Observatory (Switzerland) and lead-author of the paper reporting the result.

Synthèse

Les lentilles gravitationnelles. D’après la relativité générale, une distribution de masse dévie les rayons lumineux qui passent à proximité.

Les lentilles gravitationnelles

Dans le cas d’une étoile, les effets restent limités car la masse en jeu est relativement faible. Mais les effets peuvent devenir importants et visibles si la masse qui perturbe la lumière est très grande, par exemple dans le cas d’une galaxie ou d’un amas de galaxies. Le télescope spatial Hubble photographie un smiley cosmique : les yeux du smiley sont les galaxies SDSSCGB 8842.3 et SDSSCGB 8842.4, la bouche et le contour du visage des arcs gravitationnels qui proviennent de galaxies plus lointaines.

Crédit : NASA/ESA Les lentilles gravitationnelles Imaginons qu’une galaxie proche et un quasar lointain se trouvent par hasard alignés sur une même ligne de visée dans la même direction du ciel. De cette façon, la galaxie proche, en perturbant la propagation de la lumière du quasar, donne naissance à plusieurs images de celui-ci. Les méthodes de détection d'exoplanètes. Détecter des planètes en dehors du système solaire est une entreprise extrêmement difficile avec des méthodes d’observation traditionnelles.

D’abord parce que les planètes n’émettent guère de lumière par elles-mêmes et ne sont donc visibles que par réflexion de l’éclat de leur étoile. Ensuite, parce que ces planètes se trouvent à proximité d’une étoile qui, elle, émet énormément de lumière et va complètement noyer le faible éclat de la planète. Enfin, parce que le problème de la turbulence atmosphérique va comme d’habitude rendre les mesures beaucoup plus difficiles pour les télescopes terrestres. Pour toutes ces raisons, la recherche de planètes extrasolaires n’a vraiment put commencer qu’à la fin du XXe siècle avec des méthodes nouvelles et des instruments d’une précision sans précédent.

On les détecte. Parmi toutes les méthodes imaginées par les astronomes, deux ont fourni la plupart des résultats aujourd'hui.

On les détecte

Dans la première, on mesure les tout petits mouvements de l'étoile induits par la présence d'une planète en orbite. En effet, de la même façon qu'on voit la tête d'un lanceur de marteau osciller tandis que son marteau décrit un grand cercle autour de lui, il est possible de mesurer sur certaines étoiles un petit tremblement qui est en synchronisme avec la rotation de la planète autour de l'étoile. Les exoplanètes : comment les détecter ? Eric Josselin Groupe de Recherche en Astronomie et Astrophysique du Languedoc, Université Montpellier II L'imagerie directe La première technique qui vient à l'esprit est l'imagerie directe.

Les exoplanètes : comment les détecter ?

Mais cette méthode s'avère quasiment impossible à mettre en œuvre actuellement, du fait de l'éblouissement par l'étoile. Si on considère le Système Solaire comme référence, Jupiter, la planète intrinsèquement la plus lumineuse, reste malgré tout un milliard de fois moins lumineuse que le Soleil ! En plus de ce contraste extrêmement défavorable, plusieurs facteurs s'opposent à une éventuelle détection. Il existe cependant des moyens de rendre envisageable une telle observation. La spectrographie à la découverte de planètes extra-solaires. 4) la méthode de la microlentille gravitationnelle - Les Exoplanètes.

Nous allons voir dans un premier temps ce qu’est une lentille gravitationnelle pour ensuite expliquer la méthode de la microlentille gravitationnelle.

4) la méthode de la microlentille gravitationnelle - Les Exoplanètes

Cette méthode repose sur un phénomène rare et complexe, permettant un nombre de découvertes très limité. a) Lentille gravitationnelle Une lentille gravitationnelle est un objet massif, par exemple un amas de galaxie. On peut en observer grâce à des télescopes comme Hubble, qui vont permettre l’étude d’objets selon une certaine situation : Prenons par exemple une étoile très lointaine de notre système solaire. Un anneau d’Einstein dans le système B1938+666. Ce phénomène, ne reposant pas sur la radiation reçu de la lentille, permet alors l’observation d’objet peu lumineux comme des naines brunes, rouges ou blanches, des étoiles à neutrons, des trous noir ou encore des planètes. b) Explication de la méthode : microlentille gravitationnelle On appelle microlentille une planète, car elle n’émet pas ou très peu de lumière. c) Avantages.

Hyjud. YKFGFR.