background preloader

Montée des extrémismes

Facebook Twitter

Racisme ordinaire - Cam Clash. Rue89.nouvelobs. Rue89.nouvelobs. VIDEO. "Je suis musulman. Faites-moi un câlin" Égaux mais pas trop : Égaux mais pas trop à l'école. Les mannequins blanches toujours reines des podiums : la mode est-elle raciste ? Par Marie-Adélaïde Scigacz Mis à jour le , publié le La Fashion Week new-yorkaise a réveillé un vieux serpent de mer.

Les mannequins blanches toujours reines des podiums : la mode est-elle raciste ?

Tandis que certains créateurs ont fait part de leur souhait de voir davantage de diversité sur les podiums, les défilés restent majoritairement unicolores. Les brindilles élancées, blondes à châtain clair sur peau blanche, dominent depuis plus de 40 ans et l'arrivée de la tornade Twiggy. Face à ce constat, des anciennes mannequins noires s'étaient déjà alarmées en 2013. Francetv info a interrogé Frédéric Monneyron, sociologue de la mode et auteur de La Frivolité essentielle et de La photographie de mode : un art souverain, aux Presses universitaires de France. Francetv info : Depuis plusieurs années, des mannequins noires ou originaires d'Inde ou d'Asie de l'Est ont dénoncé un milieu raciste, dans lequel elles sont réduites à une présence symbolique.

Au cours d'une Fashion Week à New York, le site Jezebel a calculé que près de 79% des modèles étaient blanches. Migration, économie, développement : trois idées reçues. ◊ Idée reçue n°1 : L'émigration nuit au développement des pays de départ Un médecin syrien exerçant dans un hôpital d’Île-de-France, un ingénieur en informatique sud-africain employé par une entreprise de la Silicon Valley.

Migration, économie, développement : trois idées reçues

Ces exemples alimentent le mythe du brain drain, la fuite des cerveaux, qui voit dans la migration le transfert des compétences et des connaissances vers les pays du Nord, au détriment du développement des pays du Sud. Un mythe que relativisent aujourd’hui les économistes, pointant des effets de seuil. L’expatriation, montre ainsi l’économiste El Mouhoub Mouhoud, n’est dommageable au pays d’origine que si elle excède 15 à 20 % de la population. En dessous de ce seuil, l’exil d’une partie de sa population est profitable au pays d’origine. Certains pays comme la Chine n’hésitent pas à encourager les migrations. . ◊ Idée reçue n°2 : Plus un pays se developpe, moins ses habitants partent ◊ Idée reçue n°3 : L'immigration coûte cher au pays d'accueil. Pourquoi les blancs sont-ils des «expats» alors que tous les autres sont des «immigrés»? Mawuna Remarque Koutonin est rédacteur en chef de SiliconAfrica.com et il signe une tribune terriblement juste dans The Guardian titrée «Why are white people expats when the rest of us are immigrants?».

Pourquoi les blancs sont-ils des «expats» alors que tous les autres sont des «immigrés»?

«Les Africains sont des immigrés. Les Arabes sont des immigrés. Les Asiatiques sont des immigrés. Pourtant, les Européens sont des expats parce qu'ils ne peuvent pas être au même niveau que les autres ethnies. Ils sont supérieurs. La force des préjugés - Le ciel, les oiseaux et ta mère. Égaux mais pas trop : Aux portes de l’élite. Dans ce premier numéro, Rokhaya Diallo cherche à savoir comment entrer dans les formations universitaires d’élite au Pays de la méritocratie.

Égaux mais pas trop : Aux portes de l’élite

Les filières d’excellence qui mènent à l’obtention d’un bon diplôme sont de plus en plus réservées aux milieux aisés, même si des initiatives tentent d’y remédier. Ainsi, Science Po fête les dix ans de sa « convention d’éducation prioritaire », qui a permis l’accès, sans examen d’entrée, à des élèves issus des ZEP. Saltana, Kemy et Hamid, mais aussi Aurélia qui est maintenant DRH à la Défense, témoignent de ce qu’est leur adaptation dans un nouvel univers.

Rokhaya cherche alors à comprendre comment la France pourrait ouvrir ses formations d’excellence à la diversité Notre héritage républicain prône une démocratie pluraliste, porteuse de sens et de différences. A travers de nombreuses rencontres en immersion avec les citoyens concernés et les reportages en écho, Egaux mais pas trop bouscule les clichés sur la diversité. "Ezadeen" : "Nos parents nous ont mis dans ce bateau parce qu'ils voulaient nous sauver la vie" "Ne nous appelez pas les musulmans de France", s'insurge la militante Najoua Arduini-ElAtfani.