background preloader

Eco

Facebook Twitter

France - Taux de chômage - Les Echos Data. Indicateur - À la fin du troisième trimestre 2013, la dette publique s’établit à 1900,8 milliards d’euros. Avertissements : La dette trimestrielle étant fondée sur des sources comptables moins complètes que les comptes annuels, son profil demeure révisable pendant plusieurs trimestres.

Indicateur - À la fin du troisième trimestre 2013, la dette publique s’établit à 1900,8 milliards d’euros

Le fossoyeur de la gauche française. L’obsession de la compétitivité a-t-elle tué l’Europe ? Il y a plus d’un an, à la veille de l’élection présidentielle en France, Ecolinks [1] écrivait « l’obsession de la compétitivité va tuer l’Europe ».

L’obsession de la compétitivité a-t-elle tué l’Europe ?

Ce texte proposait une analyse critique des politiques de sortie de crise proposées par les institutions européennes (Commission Européenne et Banque Centrale Européenne, BCE), avec l’appui du Fonds Monétaire International (FMI). Ces politiques étaient motivées par un diagnostic discutable, celui de déséquilibres des balances courantes créés par une dérive des coûts du travail à la périphérie de la zone euro. Or en économie comme en médecine, un traitement inadapté peut s’avérer au mieux inutile, au pire aggraver l’état de santé du patient. Déséquilibres dans la zone euro : une dérive des salaires ?

Le diagnostic mis en avant par la Troïka n’est pas discutable : au cours des années 2000, on observe effectivement une divergence des coûts salariaux entre les économies européennes, corrélée avec l’évolution des balances courantes [4]. Home. Bilaterals.org. La dette ou le vol du temps, par Maurizio Lazzarato. La succession des crises financières a conduit à l’émergence d’une figure subjective qui occupe désormais tout l’espace public : celle de l’homme endetté.

La dette ou le vol du temps, par Maurizio Lazzarato

Le phénomène de la dette ne se réduit pas à ses manifestations économiques. Il constitue la clé de voûte des rapports sociaux en régime néolibéral, opérant une triple dépossession : dépossession d’un pouvoir politique déjà faible, concédé par la démocratie représentative ; dépossession d’une part grandissante de la richesse que les luttes passées avaient arrachée à l’accumulation capitaliste ; dépossession, surtout, de l’avenir, c’est-à-dire du temps comme porteur de choix, de possibles. Dette publique, débat confisqué. Les techniques de financement des États européens sont rarement mises en cause au cours des débats portant sur le problème de la dette publique.

Dette publique, débat confisqué

Au mieux, lorsque le financement de l’État est invoqué, c’est pour s’enorgueillir qu’en dépit des dégradations de la note souveraine infligées par les agences (Standard and Poor’s en janvier et Moody’s en novembre 2012), la France continue de bénéficier d’une signature financière de prestige et des taux d’emprunt parmi les plus faibles consentis par le marché, comparativement à la crise qui touche le reste de la zone euro. À la méconnaissance du grand public pour ces opérations répond leur grande normalité voire leur « naturalité » dans les secteurs financiers privés et publics. Canadian Index of Wellbeing. How are Canadians really doing? Is our overall quality of life getting better or worse? Are we getting closer or moving farther away from realizing the kind of Canada we want to live in?

The 2012 Canadian Index of Wellbeing (CIW) composite report shows in the seventeen year period from 1994 to 2010, Canada's Gross Domestic Product (GDP) grew by a robust 28.9% while our quality of life only improved by a very modest 5.7%. Further, it reveals that the decline in our wellbeing continues despite subsequent economic recovery. The findings uncover some troubling truths about the connection between our economy and our wellbeing. Read How are Canadians really doing? Explore the infographics to see what areas of wellbeing are improving or getting worse. Pour-george-soros-les-dirigeants-europeens-menent-l-europe-a-sa-perte_1687103_3234.html?utm_source=dlvr. 737 maîtres du monde contrôlent 80 % de la valeur des entreprises mondiales - Capitalisme. Une étude d’économistes et de statisticiens, publiée en Suisse cet été, met en lumière les interconnexions entre les multinationales mondiales.

737 maîtres du monde contrôlent 80 % de la valeur des entreprises mondiales - Capitalisme

Et révèle qu’un petit groupe d’acteurs économiques – sociétés financières ou groupes industriels – domine la grande majorité du capital de dizaines de milliers d’entreprises à travers le monde. Crédit : Michael Aston Leur étude, à la frontière de l’économie, de la finance, des mathématiques et de la statistique, fait froid dans le dos. Trois jeunes chercheurs de l’Institut fédéral de technologie de Zurich [1] ont scruté les interactions financières entre multinationales du monde entier.

Leur travail – « The network of global corporate control » (le réseau de domination globale des multinationales) – porte sur un panel de 43.000 groupes (« transnational corporations ») sélectionnés dans la liste de l’OCDE. Une super entité de 50 grands détenteurs de capitaux Cette concentration pose de sérieuses questions. Personne ne comprend rien à la dette - RTBF Chroniques Paul Krugman. Cette préoccupation mal placée en dit long sur notre culture politique, particulièrement sur le fait que le Congrès est coupé des souffrances des américains lambdas.

Personne ne comprend rien à la dette - RTBF Chroniques Paul Krugman

Mais elle a également révélé autre chose : lorsque les gens de Washington parlent de déficits et de la dette, en gros ils n'ont aucune idée de ce dont ils parlent - et ce sont ceux qui en parlent le plus qui la comprennent le moins. Force est de constater que les "experts" économiques sur lesquels le Congrès s'appuie ont eu complètement tort, sans cesse, à propos des effets à court terme des déficits budgétaires. Ceux qui basent leur analyse économique sur celles de la Heritage Foundation attendent depuis le premier jour de la prise de fonction de Barack Obama que les déficits budgétaires ne fassent grimper en flèche les taux d'intérêt. On attend toujours !

Alors qu'ils attendent toujours, ces taux d'intérêt ont chuté à un niveau historiquement bas. Ceci est une analogie vraiment mauvaise, sur au moins deux plans.

Liberal

Protectionnisme. Résoudre la crise de la dette, un jeu d'enfant pour les Nobel d'économie. Finance. PenséeEco. FMN.