background preloader

Corpo

Facebook Twitter

Ello, Yo, Miitomo… après l’emballement, que sont devenus ces réseaux sociaux ? La promesse Une plate-forme d’expression libre au format court, façon Twitter, mais avec 500 caractères par message, et un affichage par date de publication simple et basique, sans algorithme obscur. Par ailleurs, Mastodon n’est pas une entreprise privée, mais un réseau social libre et décentralisé, dans lequel n’importe qui peut créer son propre serveur et instaurer ses propres règles. De quoi immédiatement attirer les libristes. Degré d’enthousiasme à sa sortie Très important sur Twitter, et tout particulièrement auprès des premiers à avoir adopté le service de microblogging, lassés des changements de politique de l’entreprise américaine, de la polarisation de plus en plus appuyée des débats et de l’utilisation commerciale de données des utilisateurs. Et aujourd’hui ? Après deux premières semaines d’ébullition, Mastodon retombe dans l’anonymat médiatique.

En savoir plus. Airbnb, Uber, Lyft : de l'économie collaborative au business du partage- 16 août 2014. Ne parlez pas à Jamie Wong d'économie collaborative ni d'économie du partage ! Le discours idéaliste et pseudo-désintéressé que véhiculent les sites internet d'échange de services de particulier à particulier, comme Airbnb ou Uber, a le don de l'horripiler. La "sharing economy" ? Prévient-elle. Ce n'est pas du partage. Il serait temps de nous débarrasser de ce romantisme de pacotille. " Cette brune énergique, qui déteste les bureaux et adore déménager, ne fait pas de sentiment en affaires.

"Les guides sont souvent des créatifs, designers, écrivains, chefs, confie Jamie. Alternatif ou capitaliste ? A travers le monde, de plus en plus de particuliers hébergent des internautes, covoiturent, échangent des services via internet, parfois gratuitement, en mode troc, mais le plus souvent contre paiement pour arrondir leurs revenus. Aujourd'hui, est-ce encore une expérience alternative ou une activité capitaliste de plus en plus banale ? Une révolution profonde, majeure. Le coworking s’étend partout en France: les raisons de s’y mettre.

Qu’ont en commun les termes Mutinerie, Beeotop, Ruche, Usine, Bocal, Vaisseau, Kabane, Arrêt Minute? Réponse: ils qualifient des espaces de coworking, lieux de travail partagés qui rassemblent des professionnels de tout horizon. Alors que le premier du genre a vu le jour à Paris en 2008, il en existe maintenant plus de 200 à travers la France. L’occasion de revenir sur les raisons d’une telle diffusion. Partager plus que de l’espace Loin de s’apparenter à de simples espaces de bureaux partagés, les espaces de coworking offrent un type d’organisation du travail qui permet de partager un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture. A Belfort par exemple, l’Usine permet aux coworkers d’expérimenter de nouvelles formes de travail et d’intelligence coopératives au sein d’un éco-système d’entreprises.

Développer des atouts pour l’entreprise Les entreprises ont tout à gagner à tester la formule. Aperçu de l’étage chez 50 Partners – Photo: 50 Partners Redynamiser un territoire. La réglementation du financement participatif, ce qui va changer pour vous ! Le Monde.fr | | Par Philippe Gaborieau (président fondateur de la plate-forme de financement participatif Happy Capital) Une révolution copernicienne est-elle en cours dans la finance des entreprises ? Avec le financement participatif (crowdfounding), les habitudes traditionnelles devraient changer radicalement. A présent, ce ne seront plus nécessairement les entrepreneurs qui chercheront des financiers, mais les investisseurs qui choisiront librement, en âme et conscience, le projet dans lequel ils souhaiteront investir. Que faut-il retenir de la nouvelle règlementation ? Dorénavant, à chaque forme de financement participatif correspond un statut référent. Le financement participatif en action (equity crowdfunding) est dévolu au conseiller en financement participatif (CIP).

Les autorités régulatrices (Autorité des marchés financiers et Banque de France) imposent des conditions d'accès ainsi que des règles de bonne conduite des plus strictes. Transactions entre particuliers via internet : comment éviter les arnaques. Face au boom des transactions entre particuliers via internet, quelques précautions élémentaires s’imposent aux acheteurs comme aux vendeurs, pour limiter les risques. Avec Leboncoin.fr, leader du secteur des petites annonces en ligne qui revendique plus de 3,5 millions de visiteurs journaliers, mais aussi eBay.com (plus de 1,3 million de visiteurs journaliers) ou PriceMinister.com (près de 700.000 visiteurs journaliers), les transactions entre particuliers via internet ne cessent de progresser.

Mais mieux vaut être vigilant : car si quelques clics suffisent à trouver une location de vacances, vendre tout ce qui encombre une cave ou une penderie ou encore acheter d’occasion un produit d’occasion à bon prix… personnes n’est à l’abri d’arnaques. Et ce d’autant que les protections prévues par le code de la consommation s’appliquent rarement quand il s’agit de transactions entre particuliers.

> Privilégiez les transactions de proximité > Préférez les sites qui jouent les intermédiaires. « Le droit a un train de retard sur l'économie collaborative » Vos courses (copy) QuickSurveys.

Concurrents

Foresight & Trends 2014. Skill building Vision Contextualization Exploration Skill building Learning labs are meant to develop new talents, extend professional development, and create the right people to support trends. These extended sessions will allow you to interact with the content and show you how can begin implementing trends within your organization. Translate visionary knowledge into commercial opportunities. 'To Boldly Go'...Using Science Fiction Prototyping to Successfully Leverage the Exponential Age Ari Popper, Founder and Chief Futurist, SciFutures Connecting Happiness to Action John C.

Vision Futurist and trend spotters expand your mind... The New Consumer: Celebrating Individuals, Cultivating Relationships Andreas Weigend, Director, Social Data Lab Structured To Get To "Yes" Stuart Jenkins, VP of Innovation, Deckers Outdoor Corp. Contextualization Illustrating relevance through real world examples of how companies are implementing and actioning trends. exploration. TIC et TICE mais... en français.

Financement

Pedagogie animation. En France, les jeunes partagent-ils plus que les autres. La liberté chez les jeunes il y a quelques années: le vélo Solex ! Source Les jeunes sont-ils les principaux adeptes de la consommation collaborative ? Alors que ces pratiques relèvent d’une nouvelle façon de consommer, l’Obsoco vient de publier une note qui entend faire le point sur une idée reçue selon laquelle il ne s’agirait que d’un truc de jeunes. Explications. La consommation, collaborative Si vous n’avez jamais entendu parler de consommation collaborative, la petite vidéo suivante devrait vous éclairer : Le ton est donné. Ce que le jeune fait plus que les autres : le partage de produits Faisons le point. Les jeunes pratiquent un peu plus la location d’objets et l’achat mutualisé: « 20 % des 18-25 ans déclarent avoir acheté un produit à plusieurs pour en partager l’usage, alors que c’est le cas de 16 % des personnes de plus de 25 ans » détaille l’observatoire. Ce que le jeune fait moins que les autres Pas une catégorie mais des catégories de jeunes.

Leboncoin.fr, Airbnb ou Blablacar: les Français sont accros à l'échange. Le 14 octobre, PSA a annoncé prendre 20% du capital de l’application de covoiturage Wedrive. Un mois plus tôt, la SNCF lançait sa plateforme de covoiturage IDVROOM. L’intérêt de ces grandes organisations pour ce mode de transport est symbolique d’une tendance: ce qu’on appelle l’économie collaborative (qui repose sur les échanges entre particuliers, en général via internet, et le fait de privilégier l’usage des objets plutôt que leur propriété) est en plein essor. Afin de rendre compte de l’impact de ces nouveaux modes de consommation sur les Français, 60 millions de consommateurs et Mediaprism ont réalisé une enquête auprès de 1.115 personnes. Les résultats montrent que ces pratiques sont loin d’être anecdotiques, facilitées par l’utilisation des nouvelles technologies qui permettent la mise en contact à grande échelle, et par la crise économique qui incite à chercher des systèmes débrouille.

La moitié des Français achète d'occasion 73% des Français utilisent Le Bon Coin. Alléger la ville : des stratégies de lieux partagés. Après les plateformes de crowdfunding urbain et les kits d’intervention urbaine, le groupe de travail “Alléger la ville” de la Fing poursuit la publication de ses conclusions sous forme de pistes d’innovation…Retour sur le désir d’hybridation du numérique dans l’espace urbain… Des lieux, oui ! Mais pour quoi faire ? Marine Albarede et Thierry Marcou esquissent une typologie de nouveaux lieux et de fonctions pour incarner nos nouvelles proximités et favoriser la création et l’innovation sous toutes leurs formes. Un monde, même de plus en plus numérique, a besoin de lieux : des lieux pour la rencontre, le travail collaboratif, des événements, de la médiation, des contacts client-usagers, des échanges, des formes d’apprentissage, du prototypage… Or dans un contexte de concurrence mondiale et de contrainte économique (et budgétaire en ce qui concerne l’action publique), on constate plusieurs tendances : Vous avez dit Lieux partagés ?

Que permet un lieu partagé ? Image : que partage-t-on ? Les dix sites collaboratifs qui vont changer l’économie. « Communauté », « troc », « échange de savoirs » : les sites de partage permis par le développement d’Internet bousculent les règles de l’économie. À vocation commerciale ou gratuits, vieux de quelques mois ou ayant déjà fait leurs preuves, à l’échelle locale ou mondiale, revue de web de dix sites collaboratifs prometteurs. Echange-clés / Echange-clés – drivy.com : pour louer un véhicule auprès d’un particulier Drivy.com est le leader d’un des secteurs de l’économie collaborative qui est actuellement le plus en essor : la location de voiture entre particuliers.

Le site met en relation les propriétaires de voiture qui servent peu et des personnes qui n’ont pas de véhicule. Grâce à l’assurance fournie par Drivy, les locataires peuvent louer un véhicule de leur choix disponible près de chez eux, y compris en dehors des heures ouvrées, pour des prix bien inférieurs à ceux d’une agence de location classique. Les sites concurrents : buzzcar.com, livop.fr, ouicar.fr, unevoiturealouer.com…

Media LM