background preloader

Le bon coin

Facebook Twitter

Quelques sites web qui nous informent sur le bon coin

Document 1. Dès que le chef a le dos tourné, un petit tour sur Facebook, YouTube ou Le Bon Coin en douce ?

Document 1

Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul à profiter de la connexion Internet au bureau pour faire du surf perso. Selon une étude menée Olfeo (éditeur français d’une solution de proxy et de filtrage de contenus Internet) - et que metronews vous dévoile en exclusivité -, le temps moyen passé en 2013 par les employés sur Internet est de 1 heure 48, dont 58 % dédiés au surf perso (63 minutes). D'une manière globale, cette activité est en hausse de 11,3 %, soit 11 minutes de plus en 2013 par rapport à l'an passé. La répartition perso-pro change peu : 58 % - 42 % en 2013 contre 59 % - 41 % en 2012.

Cumulées ces "pauses Internet" représentent tout de même 31,5 jours par an passés au bureau à se distraire, à faire du shopping ou à s'informer. Document 2. Nous savons qu'il existe encore sur le Web de très nombreux sites internet, y compris ceux édités par le Gouvernement, dans lesquels les conditions d'utilisation interdisent aux visiteurs de faire un lien hypertexte vers le site sans autorisation expresse.

Document 2

Parmi eux figure Le Bon Coin (attention, lien créé en toute illégalité), le célèbre site français de petites annonces. L'article 3.3.2 de ses conditions d'utilisation stipule que "aucun lien hypertexte ne peut être créé vers le Service LEBONCOIN sans l'accord préalable et exprès de LBC France", et que "si un internaute ou une personne morale désire créer, à partir de son site, un lien hypertexte vers le Service LEBONCOIN et ce quel que soit le support, il doit préalablement prendre contact avec LBC France en lui adressant un email à l'adresse suivante support@leboncoin.fr".

Le site précise même à bon entendeur que "tout silence de LBC France devra être interprété comme un refus". Document 3. > > > Le Bon Coin : une perte de recettes fiscales pour l’Etat ?

Document 3

C’est dans une question écrite adressée au gouvernement hier que le député socialiste Jacques Cresta s’est interrogé sur le manque à gagner pour l’Etat au sujet du site Le Bon Coin. Une semaine plus tôt, une autre élue s’était posée la même question, comme l’indique France TV Info. Le député indique que près de 312 millions d’euros seraient perdus en recettes fiscales tous les ans à cause au site de petites annonces. La raison ? Les transactions entre particuliers ne sont pas frappés de la TVA. Comme l’indique le site d’information, les élus regrettent également une concurrence déloyale mise en oeuvre par les sites de mises en ligne gratuite de petites annonces immobilières, comme peut le faire Le Bon Coin.

Toutes les annonces ne se concluent en effet pas sur une vente, et il existe une multitude de biens proposés à la vente, du livre à 1 euro à la maison à plus de 500 000 euros. Crédits photos : Photo capture d'écran. Document 4. Le Bon Coin est le site de petites annonces qui est devenu en quelques années la référence de la vente entre particuliers en France (c’est d’ailleurs le petit frère de Bloket le leader suédois de la petite annonce).

Document 4

Ce site et ses actionnaires (filiale de Schibsted et de Spir Communication) sont en général plutôt secrets sur les éléments financiers ainsi que sur la stratégie. Olivier Aizac, le directeur délégué et co-fondateur du site, a été interrogé il y a quelques jours sur i-tele et il livre quelques informations très intéressantes sur Le Bon Coin, peut être que cela va aussi satisfaire votre curiosité sur cet ovni de l’internet français (ebay et priceminister en pleurent encore). La volumétrie -4 milliards de pages vues par mois -10 millions de visiteurs uniques par mois -2,5 millions de visiteurs uniques par jour -300.000 nouvelles annonces publiées chaque jour -70 personnes pour relire toutes ces annonces (soit 9 annonces par minute et par personne!)

Document 5. 06/déc./2009 16:17 Catégories: stratégie| modèle d'affaires| web design Alors même que les acteurs historiques de la vente entre particuliers (C2C, consumer to consumer) commencent à donner des signes de ralentissement de leur croissance, le site LeBoncoin.fr remporte un succès étonnant sur un marché historiquement dominé en France par eBay.fr et PriceMinister.com.

Document 5

L’examen des tendances de fréquentation des trois sites révèle assez vite l’important succès du boncoin.fr (qu’on le mesure en nombre de recherches sur Google ou en visiteurs uniques grâce à Google trends, voir les graphiques ci-dessous). Nombre de recherches selon Google Trends Visiteurs uniques quotidiens selon Google trends Comment expliquer un tel succès (par ailleurs peu médiatisé au contraire de ses deux grands rivaux)? Une première explication réside dans la simplicité fonctionnelle et ergonomique du site lui-même. Résumé et analyse article 1. Résumé et analyse document 2. Résumé et analyse document 3. Résumé et analyse document 4. Résumé et analyse document 5.