background preloader

Digitalisation

Facebook Twitter

IT-expert Magazine L’Entreprise Digitale est une Entreprise Agile. Le numérique dans toutes ses formes s’impose comme la troisième révolution industrielle, remettant en cause radicalement nos modèles d’organisation encore très souvent hiérarchiques et tayloriens. Entreprises, institutions publiques, associations sont à la recherche de nouveaux relais de croissance ou simplement de solutions pour survivre.

La taille est de moins en moins gage de pérennité. De plus en plus de technologies de l’information deviennent des commodités au même titre que la nourriture, l’eau et l’énergie. Notre société de l’information se caractérise par une croissance exponentielle des données échangées. Le logiciel s’invite dans tous les secteurs d’activité et grignote rapidement les activités traditionnelles : le Digital impose son rythme et ses règles, redéfinissant à la fois les organisations, les processus, la culture, les valeurs, les pratiques et les comportements.

Quelle organisation peut survivre aux 20 prochaines années ? Seules les startups sont-elles agiles ?

Le manager à l'heure du digital

Comment évaluer la maturité digitale d’une entreprise ? - Matthias Moreau. De nombreuses entreprises ont des difficultés à fixer les objectifs de leur transformation numérique. Comme je l’exposais dans mon premier article, la transformation digitale doit être accompagnée. Mais avant de définir une vision il est indispensable de savoir d’où on part, connaître son niveau de maturité digitale. Qu’est-ce que la maturité digitale ? Et quels sont les moyens à mettre en oeuvre pour l’atteindre ? Les différents niveaux de perception de maturité digitale On peut distinguer 3 clés de lecture pour évaluer la maturité numérique d’une entreprise : La maturité digitale technologique : outils mis en place pour fluidifier les processus, ou technologies permettant de délivrer un meilleur service.La maturité digitale perçue par l’utilisateur : services, fonctionnalités ou contenus numériques délivrés à l’internaute.La maturité digitale organisationnelle : capacité à piloter les chantiers digitaux et culture digitale. 4 profils d’entreprises face au digital Des objectifs ambitieux.

Revue du web#48 : transformation digitale & fonction RH. Exceptionnellement dans la revue du web RH, une seule thématique a suscité votre intérêt : la transformation digitale ! Retrouvez donc dans notre sélection, les 10 articles qui ont fait chauffer les souris cette semaine ! Les #réseaux nous aident-ils à gérer les transformations du #travail ? Bit.ly/1rLSmdM via @lemondefr#DRH : 7 conseils pour (re)lancer le digital #HR dans votre organisation -@JDNManagement ow.ly/FcqIT @dguillocheau #SIRHQuel avenir pour le travail dans un monde numérique ? Tinyurl.com/lzqe797 #RH via @KerimeArslan11La synthèse mensuelle: Les #RH mal outillées pour faire face aux défis à venir bit.ly/1vRO3NO sur @InformatiqNews #drh #managementLes #DRH peinent à entrer dans l’ère de la transformation numérique ow.ly/F1mDw #entreprise20 #transnumerique #LMILe #numérique, un sujet en jachère pour les #DRH, Directions ressources humaines po.st/06riVi via @EchosBusinessQui sont les #influenceurs #Twitter qui parlent de la #digitalisation #RH ?

Comment accompagner la transformation digitale d'un groupe ? - Matthias Moreau. Pour ce premier article, j’ai souhaité aborder un thème qui concerne tous les secteurs d’activité : la transformation digitale. Qu’il s’agisse de la banque, du tourisme, de la distribution, de l’agriculture ou même de la santé, tous les secteurs sont touchés par la mutation numérique, mais certains secteurs en France ou à l’étranger ont réussi à tirer leur épingle du jeu en prenant de l’avance.

Quels sont les catalyseurs de cette transformation digitale ? Quels sont les objectifs à atteindre ? Quels sont les risques et comment les mitiger ? De quoi parle-t-on ? Lorsque l’on évoque la transformation digitale, beaucoup imaginent qu’il suffit de transposer son activité sur le digital par un site transactionnel ou une application pour y parvenir, mais la mutation dont on parle va beaucoup plus loin.

Un stade de maturité qui varie selon les secteurs Pour mieux comprendre ces niveaux de maturités disparates, il convient de prendre conscience des difficultés perçues par les entreprises. 1. 2. 3. Le DRH au cœur de la transformation digitale : 5 moyens d’actions. La transformation vers le digital 2.0 est inéluctable pour rester dans la concurrence. Comment accompagner un DRH vers un management 2.0 ? Quelle va être sa place ? Pour exploiter au mieux ces opportunités, il faut s’assurer que l’entreprise intègre les enjeux du web et des médias sociaux.

Voici donc 5 leviers possibles que les DRH peuvent suivre pour une évolution 2.0. 1 - Vers un leader 2.0. Le digital 2.0 implique une évolution du leadership. "Reverse mentoring".Aujourd’hui, les entreprises lancent leurs programmes, à l’image de General Electric dès 1999, suivis récemment par Danone, Orange "Learning expeditions", de la Silicon Valley au cœur de cette révolution vers des destinations plus à l’Est comme Bangalore (Inde) ou Shanghai (Chine) autour du E-business (Alibaba). 2 - Flexibilité de l’entreprise. Assouplissement et rigueur sont les maitres mots de penser les médias sociaux. 3 - Insuffler une culture entrepreneuriale. 4 - Intégration des hommes et des équipes. La synthèse mensuelle : Les RH mal outillées pour faire face aux défis à venir. Dans une force du travail qui devrait considérablement évoluer dans les 10 ans à venir, les RH devrait jouer un rôle stratégique mais n’ont pas le pouvoir ni les outils pour l’exercer.

Le récent rapport Les classes moyennes face à la transformation digitale publiée par le cabinet de conseil Roland Berger apporte sa contribution aux sombres prévisions et estime à 3 millions le nombre d’emplois que pourrait supprimer le numérique à horizon 2025 (Entreprises françaises et numérique : des progrès à faire !). Les applications les plus récentes que sont le big data, les machines apprenantes toucheront de très nombreux métiers. Bien sûr, elles sont présentées souvent en accompagnement ou en complément des professionnels, mais dans certains cas elles seront certainement appelé à les remplacer avantageusement. Dans ce contexte, le rôle des RH va devenir central et stratégique. Le problème est qu’elles ne disposeraient pas des outils et des indicateurs adéquats. Les réseaux nous aident-ils à gérer les transformations du travail. L'environnement professionnel dans la plupart des activités est de plus en plus individualisé.

La manière même dont les directions des ressources humaines gèrent l'évaluation des compétences des salariés ou l'embauche illustre très bien ce nouveau rapport au travail fondé sur l'évaluation individuelle, la construction de parcours de compétences ou le développement d'objectifs personnels… Le travail est devenu à la fois un ensemble d'opportunités pour l'individu, mais aussi un ensemble de contraintes qui pèsent sur chacun… Reste que la liberté, le choix et les valeurs entrepreneuriales qui sont au coeur de ce nouveau rapport au travail ne sont pas adaptés à tous. Nous ne sommes pas tous égaux face à cette injonction à devenir tous entrepreneur de soi, explique la sociologue Patricia Vendramin sur la scène de la 6e édition de Lift France qui se tenait à la Villa méditerranée à Marseille.

Quels collectifs de travail à l'heure de l'individualisation ? Comment vivre sans emploi ? Quel avenir pour le travail dans un monde numérique. L’avenir du travail ? Vaste sujet qui a constitué le cœur des discussions de Lift 2014, qui s’est tenue du 21 au 22 octobre à Marseille. Pour Daniel Kaplan (@kaplandaniel), délégué général de la Fing, coorganisateur de cette conférence (et éditeur d’InternetActu.net, partenaire de l’organisation du programme de cette journée), certaines études estiment que 40 à 70% des métiers d’aujourd’hui sont candidats à l’automatisation. A terme, tous les secteurs sont appelés à être bouleversés par le numérique. Pour beaucoup d’observateurs, l’intermittence et l’auto-entrepreneuriat seraient les éclaireurs de ces nouvelles formes de travail. « Le numérique rend le monde et les organisations plates », remarque Daniel Kaplan.

Il nous libère des carcans hiérarchiques, temporels, géographiques… Mais d’un autre côté, il favorise la taylorisation d’un certain nombre de métiers qui ne l’étaient pas avant. Présentation : les slides de la présentation Digiwork de la La Fing. Vers l’ère du self-emploi.