background preloader

Démarche et création

Facebook Twitter

"J'y-fous-tout" - LE BLOG DE MIMIBLUE. Pour confirmer la technique proposée aux membres de mon club de patch, j'apporte à présent le témoignage de Chantal35 elle aussi férue d'art textile. Elle suit de nombreux stages et s'amuse comme une folle avec les fils, la laine, le tissu, son crochet et ses aiguilles à tricoter. A son tour elle a créé un joli fond coloré selon une méthode approchant celle démontrée précédemment : "Ma méthode : Tout est au point zig zag.

J'ai pris un tissu thermocollant blanc (pour avoir un fond qui se tienne) puis j'y ai collé, avec un fer à repasser, des tissus très colorés pour mon fond. Ensuite, j'ai cousu ces tissus de fond avec des piqûres machine .Enfin, j'ai piqué des petits bouts de tissus de couleurs vives, parfois un peu déchirés, et également des restes de dentelles .Comme ma réalisation était trop "clean", j'ai pris des bouts de pelotes de laines de couleurs vives et je les ai cousus dessus, au petit bonheur.Les fils utilisés sont roses, rouges et roses vifs.

" Archives de la critique d'art - bibliothèque patrimoniale, centre de recherche et de débat sur la critique d'art et l'histoire de l'art contemporain. CATHERINE CHANTELOUBE - artiste plasticienne - L'oeil dans sa poche. J’ai passé un DEA d’Arts Plastiques à Saint-Étienne, je fais partie de la première génération de cette fac. Je n’ai pas voulu me diriger vers l’enseignement à vingt ans, un professeur m’avait dit que si j’avais des comptes à régler avec la peinture, c’était maintenant.

Je m’étais engagée dans un travail de thèse que je n’ai pas poursuivi A l’époque, je faisais de grandes toiles avec des superpositions de glacis colorés que j’appelais des murs. Il s’agissait de lumière (déjà !) J’ai appris la gravure pendant un an à Paris. L’endroit où l’on travaille influence ce que l’on fait. Puis, je suis revenue à Roanne, ma région d’origine. A partir de ce moment-là, ce sont les végétaux qui ont pris le dessus. La cueillette, l’observation, le séchage... Centre d’art contemporain d’Ivry - le Crédac. Chantier artistique de Marie Sirgue: hito : La préparation du vautour. Je m'affaire à la réalisation d'un vautour inspiré de la technique traditionnelle dit Gorguera. On l'utilise sur les chemises des habits traditionnels féminins. (grupo Val d'Echo). En voici différentes étapes de création. La couture pour fabriquer les nids d'abeilles. Je forme des plis que j'amidonne pour qu'ils restent marqué une fois le tissus sec.

Christopher wool. Daniel Dezeuze. Deleuze. Deleuze: Sur la peinture, séance 1. Dezeuze. Elles@centrepompidou. Elles@centrepompidou. Fiber Art Fever!: Fiber Art Fever! Fiber Art Fever! A.C. Espace Associatif 53, impasse de l'Odet 29000 Quimper France Présidente :Paty Vilo www.fiberartfever.com Fiber Art Fever! XxxxxxxxxxxxxArt Textile contemporain xxxxxxxxxxxxx Collectif d'artistes plasticiens qui privilégient l'usage de la fibre textile et ses techniques xxxxxxxxxxxxx Organisation d'expositions d’art textile contemporainMise en relation des artistes avec des structures accueillantesConseils en commissariat d’exposition textileFavoriser une réflexion sur l’usage des pratiques textiles en art contemporain Le site de l’association se veut une plate forme Vous êtes intéressé par l’une ou l’autre des artistes n’hésitez pas à nous en informer !

Nous pouvons aussi vous conseillez selon ce que vous cherchez L’approche de l’art textile contemporain que nous proposons est subjective et non exhaustive. Le textile a la particularité d’entretenir une relation intime avec le créateur comme avec le spectateur. Xxxxxxx Nos objectifs xxxxxxx Valoriser l’art textile contemporain. Gilles Deleuze - Le point de vue (Le Pli, Leibniz et le Baroque) 1986 FRA sub ITA. L'art contemporain - introduction, par P. Deramaix. La Ressemblance par contact. Pourquoi les artistes modernes et contemporains ont-ils, aussi obstinément, exploré et utilisé les ressources de l'empreinte, cette façon en quelque sorte préhistorique d’engendrer les formes ?

- En quoi le jeu, apparemment si simple, de l’organe (la main…), du geste (enfoncer…) et de la matière (le plâtre…) accède-t-il à la complexité d’une technique et d’une pensée de la « procédure » ? – En quoi cette technique, qui d’abord suppose le contact, transforme-t-elle les conditions fondamentales de la ressemblance et de la représentation ? – À quel genre d’érotisme ce travail du contact donne-t-il lieu ? – Quelle sorte de mémoire et de présent, quelle sorte d’anachronisme l’empreinte propose-t-elle à l’histoire de l’art aujourd’hui ? Table des matières Ouverture sur un point de vue anachroniqueL’empreinte immémoriale, actuelle, inactuelle : nécessité d’un point de vue anachronique. — L’œuvre d’art à l’époque de la perte d’origine ?

Formes techniques : l’empreinte comme geste. La voix de Gilles Deleuze. 12/05/81 - 3 transcription : Jean-Arneau Filtness, Et pourtant, et en effet, si la forme et le fond sont sur le même plan, il n’y a pas d’empiètement des figures. Les figures empiètent dans la mesure où les plans sont distingués. L’empiètement des figures implique déjà un art qui serait capable de distinguer les plans. Est-ce que c’est parce que les Egyptiens savent pas faire empiéter les figures ?

Et ces négations ne sont pas des absences de savoir-faire, ce sont des positivités du vouloir-faire. Il suffit de comparer le pli égyptien et le pli grec. Et Riegl devient lyrique en disant : « En effet, comparez avec le pli grec. » Ah, le pli grec. Le vêtement sur corps grec est comme un cristal. Le pli devient une réalité purement optique. Alors au point ou on en est, puisqu’en vertu de notre second caractère, voyez notre second... notre premier caractère, c’était l’essence individuelle clôturée... notre second caractère c’est dès lors, forme et fond sont nécessairement sur le même plan. Laurent Grasso > Vues / 2013-2014. En inventant de toutes pièces des tableaux anciens où se mêlent références passées, présentes et futures, l’artiste fabrique une fausse mémoire historique. Le paysage, la lumière et la temporalité des événements sont des thèmes récurrents dans le travail de Laurent Grasso. Conçues comme de véritables installations, ses expositions proposent des images dans lesquelles se mêlent éléments historiques et éléments de fiction qui brouillent le rapport au temps.

L’artiste interpelle le spectateur sur la véracité des images proposées avec ses points de vues décalés et ses paysages incertains. Il précise : « j’aime brouiller le statut des images ou des objets que je présente, ce qui m’intéresse c’est de produire un certain flottement et d’amener le spectateur à comprendre de quelle temporalité, de quelle époque et de quel nature sont les objets qu’ils découvrent ».

Laurent Grasso est né en 1972 à Mulhouse. Il vit et travaille à Paris. Leibniz: 16/12/1986. Les Techniques de Broderie et de Tapisserie à l'aiguille. Loxias. Frédéric Aribit : André Breton et Georges Bataille : Querelles matérialistes et incidences picturales en 1929 Résumé En 1929, Georges Bataille et André Breton se livrent, à coups d’articles interposés, un duel violent qui annonce le pamphlet imminent du Cadavre. Pour comprendre les enjeux de la polémique, il importe de revenir sur le « matérialisme agressif » que Bataille élabore dans sa revue Documents, contre les conceptions philosophiques défendues alors par Breton.

Cette opposition affecte certes le champ littéraire en ce qu’elle conduit à comparer la « ressemblance informe » de l’un avec l’analogie surréaliste défendue par l’autre. Index mots-clés : Breton (André) , Georges Bataille , Matérialisme, Salvador Dalí , Surréalisme 1Le premier numéro de la revue Documents voit le jour le 15 avril 1929, quelques mois à peine avant le dernier numéro de La Révolution surréaliste (décembre 1929). 4Or contre cette première dynamique de la forme, une dynamique, opposée, de l’informe : L’étoffe de l'art.pdf. Main : Marianne Peltzer. Marc Couturier. Olivier Debré, Jean Degottex | Forme et informe | Dole. Musée des beaux-arts de Dole. Communiqué de presseSaâdane Afif, Martin Barré, Jean Bazaine, Bernd et Hilla Becher, Alighiero Boetti, Camille Bryen, Angela Bulloch, Michael Buthe, Alan Charlton, Olivier Debré, Jean Degottex, Sonia Delaunay, Jean Dubuffet, Luciano Fabro, Helmut Federle, Bernard Frize, Jean Gorin, Hans Hartung, Piero Manzoni, Joan Mitchell, François Morellet, Marta Pan, Giulio Paolini, Pino Pascali, Gerhard Richter, Thomas Ruff, Ettore Spaletti, Christopher WoolForme et informe Le musée des Beaux-Arts de Nantes vient de fermer ses portes pour rénovation.

Profitant de ce moment où les collections sont disponibles, le musée de Dole a fait un choix d'œuvres dans le fonds d'art moderne et contemporain pour lequel ce musée a une renommée internationale. En 1947, le musée des Beaux-Arts de Nantes achète Salve Regina d'Alfred Manessier, première œuvre abstraite à entrer dans une collection publique française en région. Vernissage Vendredi 24 février 2012. Peinture de rouille ou un jus d'oxyde de fer. Faire de la peinture de rouille: jus d'oxyde de fer: C'est simple & très rapide, en moins de 2 jours environ vous aurez de quoi faire 2 ou 3 chars entièrement recouverts de rouille si vous le souhaitez.L'aspect de la rouille une fois sèche est exactement comme de la rouille sur une plaque d'acier ! Procédure:1.prendre un petit pot de verre pour l'oxydation de la paille d'acier & un second pour les jussuccessifs à réserver. 2.mettre du vinaigre pour détremper la paille de fer mais sans la recouvrir complètement.avec son doigt, appuyer dessus pour bien l'imbiber puis reverser le vinaigredans l'autre pot en laissant la paille d'acier détrempée dans le premier. 3.mettre ensuite le pot ou la coupelle avec la paille d'acier au soleil, sur un bordde fenêtre pour quelques heures. jusqu'à voir la couleur de l'acier changer pourdevenir de la rouille. attendre presque jusqu'à ce que la paille d'acier soit sèche. voici quelques images pour illustrer: notes:

Sheila Hicks, infatigable Pénélope. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Emmanuelle Lequeux Ses doigts filent et refilent, jamais ne s'arrêtent. Cent fois sur le métier, Sheila Hicks remet son ouvrage. Du textile, elle a fait son unique matière première. Alors, avant que naisse l'œuvre d'art, il lui faut caresser sans fin le lin, triturer la barbe bleue de la laine, emberlificoter la corde synthétique, ficeler tout et n'importe quoi (ordinateur, livre, visiteur). Sheila Hicks pense avec ses mains. Et comme ses yeux vifs qui ont un bleu de mer d'Ouessant, ses mains n'ont pas d'âge. Quatre-vingts ans, des jeunes filles qui passent des heures chaque jour, depuis plus de cinquante ans, à tricoter et détricoter, inlassablement. « Pas très original, Pénélope a fait ça avant moi ! Cachée depuis 1964 dans un recoin du quartier de l'Odéon, celle qui se voulait à peine artiste, plutôt « un chien qui cherche son os », plutôt « être utile, simplement », a explosé depuis peu dans le monde de l'art.

Enfin. Sheila Hicks: entre les fils. Sheila Hicks. Sheila Hicks est une artiste américaine qui exploite depuis plus de 50 ans la fibre textile. Née en 1934 dans le Nebraska, c’est lors d’un voyage en Amérique du Sud (pour ses études), qu’elle découvre les textiles pré-colombiens et qu’elle y apprendra les techniques traditionnelles de tissage que l’on retrouve aujourd’hui encore dans son travail. Dans les années 1960, Sheila Hicks s’installe à Paris. Depuis, elle y crée de monumentales oeuvres textiles exposées dans le monde entier. Sheila Hicks – Bureaux Target à Paris. Sheila Hicks – Convergence – 2007 (fils de lin).

Sheila Hicks – photo Wallpaper magazine. Sheila Hicks – Les Escargots – 2003. Sheila Hicks – The Silk Rainforest (fils de soie). Thomas Gleb : sa vie, son oeuvre. Thomas Tronel Gauthier. Unknown data.