background preloader

Sab__mmr

Facebook Twitter

La longue route vers la voiture Apple. Apple et l’automobile : le sujet est revenu en force ces derniers jours, suite à la bourrasque de rumeurs provenant de sources aussi fiables que Reuters, le Wall Street Journal ou le Financial Times.

La longue route vers la voiture Apple

En septembre dernier, Tim Cook avait déclaré, l’œil malicieux, qu’Apple planchait sur des produits encore jamais évoqués par la rumeur : se peut-il que le constructeur s’intéresse à ce secteur, au-delà de l’intégration des services de l’iPhone dans le tableau de bord comme le permettent Siri Eyes Free ou CarPlay ? L’industrie de l’automobile façonne les économies nationales depuis plus d’un siècle. Les performances financières d’Apple déçoivent. Benjamin Jébrak - 29/01/2014.

Les performances financières d’Apple déçoivent

FICHE DE TRAVAIL EdG. GRILLE de validation documents. De YEGA aux GAFA. Au début de l’Internet, les trois Mousquetaires de l’Internet qui comme ceux de Dumas étaient quatre – Yahoo, eBay, Google et Amazon – nourrissaient les plus grands espoirs.

De YEGA aux GAFA

Aujourd’hui ce sont les GAFA – Google, Apple, Facebook et Amazon – qui semblent avoir remporté la mise. L’Internet est le lieu de la démesure. Facebook a largement dépassé le nombre du milliard d’amis, Amazon a livré des milliards de colis, Google répondu à des milliers de milliards de requêtes et Apple est devenu la première capitalisation boursière. Ils semblent être le meilleur exemple de la formule devenue célèbre selon laquelle « the winner takes all ». Les GAFA représentent un chiffre d’affaires cumulé de 350 milliards de dollars en 2014, un montant comparable au PIB du Danemark, cela avec un peu plus de 250 000 salariés dix fois moins que de salariés employés dans le pays nordique. Ce nouveau groupe des quatre est hétérogène : Apple et Google d’un côté et Facebook et Amazon. Les propriétaires d'un iPhone jurent fidélité à Apple.

Le cabinet d’étude UBS a mis en ligne les résultats d’une enquête réalisée en août dernier auprès d'un panel de 515 personnes, qu’il a interrogées sur leur fidélité vis-à-vis des fabricants de smartphones.

Les propriétaires d'un iPhone jurent fidélité à Apple

Il ressort que c’est Apple qui parvient le plus à fidéliser ses utilisateurs, avec pas moins de 89 % de ceux ayant acquis un smartphone iPhone qui ont l’intention d’en reprendre un autre lors du renouvellement de leur appareil. Il apparaît que les autres constructeurs de smartphones réussissent également à fidéliser leurs utilisateurs, mais dans une moindre mesure, avec un taux de fidélité qui atteint " seulement " 24 % pour Nokia, 25 % pour Motorola, 28 % pour Samsung, 33 % pour RIM et 39 % pour HTC.

Et vous ? Vous tourneriez-vous vers la même marque si vous changiez de smartphone ou iriez-vous voir chez les concurrents ? Pour quelles raisons ? Les clients d'Apple sont les plus fidèles à leur marque. Lobbying : Apple s'investit toujours plus. Apple étendant progressivement ses champs de compétence à d'autres secteurs que les ordinateurs (dont certains sont inattendus, comme la santé), il faut à l'entreprise investir aussi dans le lobbying, une activité qui a pignon sur rue outre Atlantique… et notamment à Washington, la capitale fédérale où se concentre l'essentiel du pouvoir.

Lobbying : Apple s'investit toujours plus

Tim Cook n'hésite jamais à y faire un tour afin de rencontrer en personne des représentants et des sénateurs afin de faire valoir les vues d'Apple sur tel ou tel sujet. Cela a ainsi été le cas en décembre dernier, comme le rapporte Bloomberg. La surface des activités d'Apple à l'époque de Steve Jobs ne poussait pas nécessairement le fondateur à aller expliquer les points de vue de l'entreprise ni à pousser les législations dans un sens plus favorable. Steve Jobs n'avait sans doute pas non plus le même goût du lobbying que son successeur.

Résultats financiers : Apple annonce des chiffres exceptionnels. Apple a présenté les résultats de son premier trimestre fiscal 2015 et peut avoir le sourire !

Résultats financiers : Apple annonce des chiffres exceptionnels

La firme de Cupertino vient de réaliser le meilleur trimestre de son histoire. Fin octobre, nous avions quitté Apple les bras chargés de records, la firme venait de réaliser un très bon quatrième trimestre fiscal 2014 clôturant ainsi une année positive pour le géant américain. Apple en avait d’ailleurs profité pour annoncer une nouvelle ère, avec l’arrivée de l’Apple Watch et la fin de son mythique iPod Classic. Avec les fêtes de fin d’année, on s’attendait donc à retrouver Apple dans une situation confortable pour ce premier rendez-vous de l’année 2015.

En effet, le premier trimestre fiscal de Apple qui correspond aux résultats enregistrés lors des trois derniers mois de l’année précédente est le meilleur pour la marque est ce Q1’15 (PDF) ne déroge pas à la règle. Apple : un nouveau trimestre de tous les records. En octobre dernier, Apple était à la fête. 39 millions d'iPhone écoulés offraient à la firme un trimestre record et concluaient son année fiscale 2014 sur une excellente note.

Apple : un nouveau trimestre de tous les records

Trois mois plus tard, l'histoire se répète : sur le trimestre clos le 27 décembre, plus de 74 millions d'iPhone ont été écoulés, records à la clé. Ce n'est pas encore cette fois qu'Apple publiera un bilan inquiétant pour sa santé financière. Les plus grandes marques communiquent presque toutes sur Instagram. 26 Janv. 2015, 16h23 | MAJ : 26 Janv. 2015, 16h23.

Les plus grandes marques communiquent presque toutes sur Instagram

Wall Street finit en légère hausse. Wall Street a fini en légère hausse mardi, après des débuts de séance difficiles, misant sur des mesures de relance monétaire fortes en zone euro et sur de bons résultats dans la technologie: le Dow Jones a gagné 0,02% et le Nasdaq 0,44%.

Wall Street finit en légère hausse

A la clôture, le Dow Jones Industrial Average a avancé de 3,66 points, à 17.515,23 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 20,46 points à 4.654,85 points. L’indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs professionnels, s’est adjugé 0,15%, soit 3,13 points, à 2.022,55 points. Après un début de séance en petite hausse, les indices new-yorkais ont rapidement cédé à la pression d’investisseurs gagnés par des craintes sur l’économie mondiale, avant de regagner en vigueur en fin de séance. Apple a pris 2,58%, à 108,72 dollars, Yahoo! 2,50% à 47,63 dollars et Twitter 0,70% à 37,57 dollars.

. - Des films Amazon en salles - Le marché obligataire a progressé. Résultats 2015T1, Apple explose les compteurs ! Apple présente ce soir ses résultats pour son premier trimestre fiscal 2015, le dernier de l’année calendaire 2014 qui est le plus important de l’année, à la fois parce que les ventes sont démultipliées à l’occasion des fêtes de Noël, mais aussi car l’effet iPhone sorti fin septembre, joue à plein.

Résultats 2015T1, Apple explose les compteurs !

L’occasion aussi de voir comment les ventes d’iPad se comportent après les baisses des derniers trimestres et si la forte augmentation des ventes de Mac persiste. Les records se ramassent à la pelle Au cours des trois derniers mois de 2014, Apple a réalisé un chiffre d’affaires de 74,6 milliards de dollars, soit une explosion de 29,5 % par rapport au même trimestre l’an dernier avec un profit de 18 milliards de dollars (+37,4 %), soit 3,06 $ dollars par action diluée. La marge brute s’établit à 39,9 % en hausse sensible par rapport aux 37,9 % du même trimestre l’an dernier.

Dans le détail, voici les ventes par produit ce trimestre : Analyse de la performance financière d'Apple. La nuit dernière, Apple a introduit un ensemble de données fiscales des super . Avec une augmentation de 94% de leurs bénéfices annuels, atteint 39.200 millions de dollars de recettes. Chiffre impressionnant qui met fin aux rumeurs sur la gestion de Tim Cook, six mois après la mort de Steve Jobs.

Numéro du siège Apple. Qu'est-ce qu'une organisation performante ? - Réviser le cours - Sciences de gestion. L'analyse de la performance de l'organisation doit être envisagée dans ses diverses composantes, c'est-à-dire en établissant un lien entre les résultats obtenus et les aspirations des différents acteurs. Il s'agit d'envisager comment ces aspirations sont traduites en termes d'indicateurs et comment la performance de l'organisation se situe par rapport à d'autres, ou comment elle évolue dans le temps. 1.

La performance organisationnelle La performance organisationnelle se définit comme la réalisation d'un résultat équivalent ou supérieur à l'objectif fixé par l'organisation compte tenu des moyens mis en œuvre. Il est important pour une organisation de pouvoir la mesurer. Qu’est ce que la performance commerciale ? Qu’est ce que la performance commerciale ? La performance commerciale ne se résume pas au simple nombre de rendez-vous clients, à l’activité du groupe de commerciaux ou au gain de quelques affaires. La performance commerciale réelle va au-delà. Elle résulte en la capacité à satisfaire deux notions distinctes : l’efficacité et l’efficience. L’efficacité consiste en l’atteinte des résultats escomptés quant à l’efficience, elle se définit par l’optimisation des ressources et moyens engagés pour atteindre un niveau de performance établit. Ces deux axes sont à considérer sur l’ensemble de l’entreprise, les différents canaux ou services en contact avec les clients.

Comment y parvenir ? La nécessité première pour s’en rapprocher est de disposer d’une vision globale de son entreprise. Enfin l’adéquation entre la stratégie de l’entreprise et les moyens mis en œuvre pour l’appliquer reste un facteur clé de succès. WordPress: J'aime chargement…