background preloader

Apollinaire

Facebook Twitter

Problèmes d'<i>Alcools</i> (Fabula / Colloques) Picasso, Apollinaire et Béchet. L'art, la poésie, et la musique à l'aube du vingtième siècle montrent la rupture avec le monde ancien et l'évolution vers la modernité.

Picasso, Apollinaire et Béchet

Ce projet se consacre à un exemple tiré de chacune de ces catégories. Pour la catégorie de l'art on a choisi Les Trois Musiciens de Pablo Picasso qui est considéré le chef d'oeuvre du Cubisme. Le poème "Zone" de Guillaume Apollinaire représente la forme littéraire du Cubisme avec le thème d'opposition entre le monde moderne et l'antiquité. Pour achever ce projet la musique de Sidney Béchet révéle l'orginalité que le jazz a apporté au monde de musique avec la nouvelle technique de l'improvisation. A travers ces trois expressions artistiques on peut voir un désir de transcender les règles traditionnelles qui limitent l'esprit créatif. Les Trois Musiciens de Picasso Jayoung Park La peinture des Trois Musiciens est considérée le chef d'œuvre du cubisme synthétique de Pablo Picasso.

Deux versions de ce tableau existent. Une section de "Zone" d'Apollinaire. Apollinaire et ses amis. Verdun. Contexte historique La guerre de 1914-1918 a fortement marqué les peintres comme la grande majorité des artistes et intellectuels de l’époque.

Verdun

Qu’ils soient mobilisés ou non, tous ont participé à la culture de guerre. Certains en produisant des œuvres très patriotiques, d’autres pas du tout. Mais compte tenu de la brutalité des combats, de leur durée, la représentation du conflit a vu ses codes nécessairement évoluer. De ce point de vue, la figuration de la bataille est révélatrice. Analyse de l'image Le document est un tableau du Suisse Félix Vallotton (1865-1925), qui jouit d’une renommée internationale grâce à ses gravures sur bois et à ses illustrations. Interprétation Cette œuvre a pour sous-titre « Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz ». Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de Fernand Léger. Représenter la guerre La guerre de 1914-1918 opéra une rupture sans précédent dans l’histoire des manières de combattre : la guerre de mouvement, où deux armées s’affrontaient face à face, laissait place à un conflit de position, enterré, long, presque à distance avec l’utilisation d’armes de longue portée (obus, chars, fusils, mitraillettes…).

Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de Fernand Léger

La masse seule des soldats comptait devant une puissance de frappe détruisant et tuant à grande échelle.Les représentations traditionnelles (portraits individuels de généraux, mêlée des deux armées, champs de bataille, héros en action) ne convenaient plus à cette forme dépersonnalisée de combat : la bravoure individuelle n’était plus de mise ; l’ampleur des aménagements militaires et des destructions engendrait des paysages apocalyptiques. Le cubisme, une esthétique adaptée à la guerre ? Verdun était ainsi pour Léger « l’académie du cubisme » : « Il y a dans ce Verdun des sujets tout à fait inattendus et bien faits pour réjouir mon âme cubiste. Échos artistiques de la conquête de l’air : Roger de la Fresnay et la modernité.

La conquête de l’air passionne de nombreux artistes au début du XXe siècle.

Échos artistiques de la conquête de l’air : Roger de la Fresnay et la modernité

Engagés dans une recherche de nouveaux moyens plastiques adaptés à l’époque, les avant-gardes voient dans l’aviation une iconographie en accord avec la modernité : représenter cette innovation emblématique des progrès technologiques accomplis depuis le XIXe siècle, c’est se faire l’écho de la nouvelle civilisation qui éclot, de la vitesse, des machines et des usines qui la caractérisent. Parmi ces artistes, Roger de la Fresnay propose sa vision du sujet : en 1913, il peint une grande toile intitulée La conquête de l’air (235.9 x 195.6 cm, Museum of Modern Art, New York) dont il fait également réaliser plusieurs transpostions gravées. Les dimensions du tableau, les gravures qui l’accompagnent, témoignent de l’importance que le peintre accorde à cette œuvre dans laquelle il propose une allégorie de la modernité qui met sur un même plan les nouveautés techniques et picturales.

Auteur : Claire LE THOMAS.