background preloader

Charlie Hebdo

Facebook Twitter

Des articles sur Charlie Hebdo, en particulier son humour envers les Musulmans (à partir de l'affaire des caricatures danoises, et surtout son numéro spécial du 19 septembre 2012).

Le ton est généralement critique envers Charlie Hebdo. De la fragilité des reproches adressés à Emmanuel Todd (3/3) On a souvent reproché à Emmanuel Todd de faire ce qu’il critique chez les classes moyennes éduquées, à savoir : essentialiser le groupe des musulman.e.s (quand ce n’est pas celui des catholiques zombies). C’est le cas de Sophia Aram, dans sa chronique du 4 mai 2015 sur France Inter, et dont le site laïcité-revue de presse a rendu compte en ces termes [1] : Emmanuel Todd appelle à ce « qu’on laisse tranquilles les musulmans de France. Qu’on ne leur fasse pas le coup qu’on a fait aux juifs dans les années 30 en les mettant tous dans le même sac » et qu’on « en finisse avec cette nouvelle religion démente (…) le laïcisme radical (sic), qui est pour moi la vraie menace » ! Une thèse qui, en plus de se référer de façon erronée aux années 30 (mais c’est à la mode…), atteint rapidement ses limites par une essentialisation « des musulmans de France », forcément croyants, pauvres et « dominés » pour Emmanuel Todd.

Une « mise dans le même sac » qu’a donc tenu à démonter Sophia Aram. » Non, le "testament" de Charb n'est pas une notice Ikea. Charlie Hebdo et nous. Sign In. Russell Peters Full Show - Special Show - Best Comedy Ever. Schlomo Sand : « Je ne suis pas Charlie » Certaines caricatures publiées dans Charlie Hebdo, que j’avais vues bien antérieurement, m’étaient apparues de mauvais goût ; seule une minorité d’entre elles me faisaient rire. Mais, là n’est pas le problème ! Dans la majorité des caricatures sur l’islam publiées par l’hebdomadaire, au cours de la dernière décennie, j’ai relevé une haine manipulatrice destinée à séduire davantage de lecteurs, évidemment non-musulmans.

La reproduction par Charlie des caricatures publiées dans le journal danois m’a semblé abominable. Déjà, en 2006, j’avais perçu comme une pure provocation, le dessin de Mahomet coiffé d’un turban flanqué d’une grenade. On fait valoir que Charlie s’en prend, indistinctement, à toutes les religions, mais c’est un mensonge. En 1886, fut publiée à Paris La France juive d’Edouard Drumont, et en 2014, le jour des attentats commis par les trois idiots criminels, est parue, sous le titre : Soumission, « La France musulmane » de Michel Houellebecq. Halim Mahmoudi - Je suis dessinateur de presse, arabe...... Je suis dessinateur de presse, arabe... mais seulement ami avec Charlie! Merci pour les messages et les demandes de participations dessinées, mais: J'allais chez Charlie Hebdo depuis le lycée, ca date!

Et puis la dernière fois, c'était en Septembre dernier, j'ai partagé une assiette d'huitres avec Tignous, 3 jours de poilade et d'amitié franche... Alors depuis hier, je n'ai rien pu dessiner. Depuis hier, je reçois des messages d'amitiés, des pensées, et aussi des demandes de dessins, et de participation. Mais je reste comme un con devant ma feuille blanche. La laïcité de façade qui m'a fait subir des contrôles d'identité humiliants qui m'ont souillé le coeur et où j'ai dû ravalé ma rage, des soirées niquées parce qu'on ne rentrait pas en boite, une petite amie qui m'a dit sur le seuil de sa porte que c'était terminé parce que ces parents ne veulent pas "que je sorte avec un arabe" ou encore des emplois qu'on me refusait parce que les clients ne comprendraient pas. Halim. Des questionnements « insupportables »... et néanmoins pertinents.

Partie précédente : Commémorer sans discuter « Pourquoi on ne dit pas tout cela à la télé, Madame ? » Voilà ce que m’ont demandé mes élèves après que nous ayons ensemble discuté des événements de la semaine dernière. Et je dois moi-même retourner la question : Pourquoi les journalistes ne sont pas aussi sensé-e-s que mes élèves ? Je suis professeure en Terminale, dans un lycée de région parisienne, mixte socialement, mêlant des élèves de la bourgeoisie, à des élèves des classes populaires, des élèves blanc-he-s, à des noir-e-s, arabes, juifs et juives.

Mon lycée, qui n’est pas un lycée de quartier populaire, n’est pas sous le feu des projecteurs, pourtant, ici comme ailleurs, les adolescent-e-s ne cessent de questionner le cadre lorsqu’il est imposé, sont toujours soupçonneux à l’égard du discours majoritaire, sont rétifs à certains raisonnements fallacieux, ce qui est finalement plutôt rassurant ! Être ou ne pas être Charlie ? « Pas d’amalgame » ? Comprendre, ce n’est pas justifier. Je ne suis pas Charlie (je suis Vaquette) « Ils haïssent nos libertés » Ceux qui sont incapables de se souvenir du passé sont condamnés à le répéter.George Santayana Peu de temps après le 11-Septembre, le président de l’époque, George W. Bush n’avait aucun doute lorsqu’il expliqua la raison pour laquelle les terroristes avaient agi comme ils l’avaient fait : « Ils haïssent nos libertés : notre liberté de culte, notre liberté d’expression, notre liberté de voter, de nous assembler et d’exprimer nos désaccords ».

Retour en 2015 : le président Barack H. Obama a les mêmes certitudes quant aux motivations des assassins de Charlie Hebdo : « Le fait que ce soit un attentat contre des journalistes, un attentat contre notre presse libre, souligne aussi à quel point ces terroristes craignent la liberté d’expression et la liberté de la presse ». Ajoutons à cela ce qu’on peut lire dans les médias commerciaux — tout le monde, du New Yorker à Vox et Slate semble être sur la même ligne — et l’on serait tenté d’en conclure que Bush et Obama ont raison. Je vous explique. Twitter. Culturelink Network - International Meetings and Conferences. Year 2015 Events New Online Professional Development Workshops of UBC Centre for Cultural Planning and Development Cultural Entrepreneurship (12 - 26 February and 19 May – 2 June 2015) Cultural Planning: An International Perspective (22 January - 5 February and 30 April -14 May 2015) A legacy of the Vancouver 2010 Olympic and Paralympic Winter Games, the UBC Centre for Cultural Planning and Development is an international centre dedicated to the creation and strengthening of a global community of professionals advancing cultural development as a vital component of successful communities and sustainable growth.

The UBC Centre for Cultural Planning and Development offers two new sessions of online professional development workshops taught by Lidia Varbanova to be held in Winter and Spring 2015: Cultural Entrepreneurship (12 - 26 February and 19 May – 2 June 2015) and Cultural Planning: An International Perspective (22 January - 5 February and 30 April -14 May 2015). The Martin E. A 8 ans au commissariat : le retour de l’école-caserne | Journal d’un prof d’histoire. Najat Vallaud-Belkacem, en conférence de presse, le 22 janvier 2015 à Paris (ERIC FEFERBERG/AFP) Un enfant de 8 ans dénoncé à la police par son école et auditionné pour une affaire d’apologie de terrorisme... Bien sûr que c’est grotesque, pathétique, sidérant mais ce n’est pas une bavure, ce n’est pas le fruit d’un malencontreux cafouillage administratif. A Nice, chacun des protagonistes n’a fait que son devoir, qu’obéir aux consignes.

Et c’est bien là le problème. « Pan ! T’es mort » : apologie du terrorisme Quelles que soient les paroles entendues dans la bouche d’un enfant, on pourrait attendre de la part d’un éducateur un minimum de discernement, de distanciation, un réflexe professionnel qui lui ferait remettre en contexte et évaluer à sa juste valeur une attitude enfantine, somme toute banale compte tenu de son âge. Dans le cas présent, ce n’est pas ce qui se passe dans la tête du garçon incriminé qui fait problème mais ce qui se passe dans celle des adultes. « Dialogue éducatif » L’enfance misérable des frères Kouachi. Elle en rêvait, de son logement social. Elle pose donc meubles, enfants, mari, dans un F4 du 156 rue d’Aubervilliers, à Paris. Avec son CAP de comptabilité, Evelyne s’en va chaque matin travailler tout près de la cité, en plein 19e arrondissement. Nous sommes dans les années 1980.

La mixité sociale n’est encore qu’une théorie, un concept. « Ici, nous vivions entre pauvres. Et encore, la plupart des gens, une fois passées quelques années, partaient ailleurs. Le quartier craignait vraiment. Un enfant comme les autres Alors, Evelyne crée des associations. On la prévient, dans la bande des enfants, l’un est particulièrement coquin, voire turbulent. . « J’adorais cet enfant. Mère en détresse Sa mère n’a pas d’argent pour payer la cantine, et elle n’est pas du genre à demander de l’aide. Quelques mois après la sortie à Eurodisney, Chérif rentre de l’école comme chaque midi.

Finalement, tout le monde connaissait le quotidien de cette mère célibataire. "On aurait dû aider cette maman" Charlie à tout prix. Ce texte est tiré d’une intervention à la soirée « La dissidence, pas le silence ! », organisée par le journal Fakir à la Bourse du travail à Paris le 12 janvier 2015. Lorsque le pouvoir de transfiguration de la mort, ce rituel social qui commande l’éloge des disparus, se joint à la puissance d’une émotion commune à l’échelle de la société tout entière, il est à craindre que ce soit la clarté des idées qui passe un mauvais moment. Il faut sans doute en prendre son parti, car il y a un temps social pour chaque chose, et chaque chose a son heure sociale sous le ciel : un temps pour se recueillir, un temps pour tout dire à nouveau.

Mais qu’on se doive d’abord à la mémoire de ceux qui sont morts n’implique pas, même au plus fort du traumatisme, que toute parole nous soit interdite. . « Je suis Charlie ». Mais l’émotion n’a été si considérable que parce qu’il était perceptible à tous que ce qui venait d’être attaqué excédait évidemment les personnes privées. Alors « union nationale » ? La grande masse uniforme des dessinateurs. Avant-propos : je n’ai pas pu tout aborder, des tas de choses me viennent en tête, pourquoi si peu de dénonciation du caractère antisémite de la tuerie au SuperCacher, comment on traque les critiques de charlie pour leur demander des comptes voir les soupçonner, pourquoi on va interroger les enfants dans les écoles, pourquoi l’école devient sujet de préoccupation, comment on en arrive à des licenciements pour n’avoir pas fait la minute de silence, comment les agressions de femmes voilées, les attaques de mosquées sont aussi minimisées (“des cons y’en aura toujours”), etc. la liste est longue, et, hélas, va encore aller en s’allongeant.

J’ai choisi de me concentrer sur le dessin, parce que c’est mon boulot. Et aussi parce que j’en avais marre d’entendre parler les dessinateurs comme s’ils avaient pris le maquis. Les musulmans ont assez du gouvernement pour leur taper dessus, on va pas non plus s’y mettre, si ? Oui, la liberté d’expression est un enjeu réel, mais pas de ce côté là. Charlie Hebdo ; analyse critique. Cher Charlie hebdo, Je sais que tu n'es pas raciste car tu me l'as dit. Et je sais que tu n'es pas sexiste non plus car tu me l'as dit. De plus tu es de gauche et je crois qu'il est impossible d'être de gauche et raciste. Tu me le répétais encore il y a peu "Nous avons presque honte de rappeler que l'antiracisme et la passion de l'égalité entre tous les humains sont et resteront le pacte fondateur de Charlie Hebdo. " à moi que tu qualifiais comme d'autres d'"esprit faible". Alors j'ai fait ce que tu m'as dit ; j'ai ouvert ton journal.

Mieux, je vais l'ouvrir chaque semaine et je vais y noter ce qui me dérange. Je t'invite à néanmoins lire ces textes du sociologue Denis Colombi. Attaquons donc avec le n° 1129. Premier dessin : On y voit une femme musulmans avec un foulard et son mari couché. A Charlie Hebdo on ne s'emmerde pas à savoir si les femmes ont des chose à dire ; on se préoccupe avant tout de leur physique et on les compare à de jolis petits animaux. Charlie-Hebdo ; analyse critique (n°2) La première est ici. Comme la question m'a été sérieusement posée, je préfère préciser à celles et ceux qui l'ignoreraient, que je n'ai pas le pouvoir ni l'envie de censurer un journal, je me contente donc de pointer ce que je trouve problématique, entre autres en matière de sexisme, dans Charlie-Hebdo. La critique porte aujourd'hui sur le n° 1130. Dans la fin d'un article consacré aux ABC de l'égalité, le chroniqueur s'adresse à NVB, avec comme toujours, la totale familiarité qu'on a face à une femme politique.

Vous remarquerez que Peillon n'est pas appelé Vincent par exemple. Et bien evidemment (mais c'est de l'humour évidemment que vais je penser ?) Vous noterez le dessin ; un garçon en tutu. Malgré le fait qu'on ait tenté de bien nettoyer dans les coins, il demeure toujours cachés sous les plinthes, ces curieux animaux qui braillent que seule la lutte des classes est un combat digne. Homosexuels que Charlie-Hebdo voit un peu comme dans les années 80. In the Wake of Charlie Hebdo, Free Speech Does Not Mean Freedom From Criticism. On Wednesday morning, the French satirical paper Charlie Hebdo was attacked by three masked gunmen, armed with kalashnikovs, who stormed the building and killed ten of its staff and two police officers. The gunmen are currently understood to be Muslim extremists. This attack came minutes after the paper tweeted this drawing of ISIS leader Abu Bakr Al-Baghdadi. (“Best wishes, by the way.”

Baghdadi: “And especially good health!”) An armed attack on a newspaper is shocking, but it is not even the first time Hebdo has been the subject of terrorist attacks. Gawker has a good summary of past controversies and attacks involving Hebdo. In the face of such an obvious attack on free speech, voicing anything except grief-stricken support is seen by many as disrespectful.

When faced with a terrorist attack against a satirical newspaper, the appropriate response seems obvious. In this case, it is the wrong response. Here, for context, are some of the cartoons they recently published. A call “TO ARMS” Charlie Hebdo "stupide" : le Financial Times se ravise. "La stupidité éditoriale a souvent prévalu à Charlie Hebdo. " Le rédacteur en chef Europe du Financial Times, Tony Barber, ne porte visiblement pas dans son coeur Charlie Hebdo, visé hier par une attaque terroriste ayant fait 12 morts et au moins quatre blessés graves. Dans un éditorial publié hier sur le site du quotidien économique britannique, Barber estimait que Charlie avait un "long passé de moquer, provoquer et s'attaquer aux musulmans français". > Cliquez sur l'image pour un gros plan < "Les hommes armés à Paris se sont attaqués à plus que juste un magazine qui s'en prend aux musulmans" "Si le magazine n'allait pas jusqu'aux insultes explicites, ce n'était pas pour autant le champion de la liberté d'expression le plus convaincaint.

> Cliquez sur l'image pour un gros plan < Extrait avant modification de la tribune du Financial Times. On Charlie Hebdo. Supporters of the French far-right National Front party rally in Paris last May. Pierre Andrieu / AFP / Getty Images Many journalists at the offices of Charlie Hebdo have been murdered by bampots brandishing what appear to be machine guns at close range. It is too soon to have a complete, coherent political narrative of these killings.

All one can have at this point are the correct but platitudinous points about there being no justification for this, that all attacks on journalists are abhorrent, that freedom of speech must be defended to the last drop of blood, and so on. If you really need that sermon, you’re in the wrong place. However, there is a wider narrative that is emerging in the rush to judgment, as news media attempt to stitch together details — at first entirely circumstantial— into an explanatory story. The first point is that French President Francois Hollande declared this a “terrorist” attack very early on. A detour. "Je ne suis pas Charlie. Et croyez-moi, je suis aussi triste que vous.". Polémiques sur Charlie dans la presse anglo-saxonne. Page. "Charlie Hebdo, c'est la poursuite du travail voltairien" « Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran. Qui a peur de la “rage musulmane”?

« Charlie Hebdo », la liberté d'expression et l'islamophobie. Chappatte : The Editorial Cartoon Site - EDITORIAL CARTOONS on World Affairs - Political Cartoons by Chapatte - www.globecartoon.com. Le fascisme reviendra sous couvert d'antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend. par Viktor DEDAJ. De l’islamophobie, vous dites?!? | philippetorreton. La victoire idéologique de Charlie Hebdo. Pardon, mais il n’y a pas que « Siné Hebdo » L’obscurantisme beauf. LA CENSURE LIBRE DE S’EXPRIMER.