background preloader

La Syrie et les migrants

Facebook Twitter

Visage des migrants - La Cimade. « Cloud Chasers », « MigraKick », « Papers Please »... Quand le jeu vidéo s’intéresse aux migrants. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par William Audureau Jeudi 15 octobre, le studio suisse Blindflug a lancé sur iOS et Android Cloud Chasers, un jeu vidéo dédié au thème de la migration déjà récompensé de multiples prix.

« Cloud Chasers », « MigraKick », « Papers Please »... Quand le jeu vidéo s’intéresse aux migrants

En dépit d’un univers abstrait, il aborde une question sociale rarement traitée par l’industrie. Il n’est toutefois pas le premier. Qu’elles se concentrent plutôt sur l’émigration ou les conflits avec les autorités, ces productions ont en commun d’utiliser le jeu vidéo comme outil pour faire réfléchir à des thèmes d’actualité. « Je pense que les jeux vidéo sont la plus importante forme artistique du siècle dernier.

Une conviction partagée par Lucas Pope, à l’origine du jeu Papers Please, succès du jeu indépendant qui vous met dans la peau d’un garde-frontière d’un pays totalitaire imaginaire. « Les jeux vidéo sont en train de devenir une forme d’expression légitime comme les films, les livres, l’art, etc. Cloud Chasers, l’expérience du périple. Comprendre la guerre en Syrie en cinq minutes. Il s appelait Aylan article landscape pm v8. Réfugiés : le fantasme de l'infiltration terroriste. Des partisans de Daesh © Arte/PAC Presse - 2015 L'argument est répété à longueur d'interviews par des personnalités comme Marine Le Pen ou Christian Estrosi : des terroristes se cacheraient parmi les migrants.

Réfugiés : le fantasme de l'infiltration terroriste

Au ministère de l'Intérieur on semble ne pas y croire. On le voit depuis deux semaines, l'accueil des réfugiés syriens et irakiens n'est pas sans créer une certaine crispation dans une partie de la population. Avec pour leitmotiv le fameux risque d'une infiltration terroriste parmi les réfugiés. Le maire de Nice, par exemple, affirmait en août que "parmi les migrants nous avons des terroristes de Daesh qui s'infiltrent". La menace est-elle réelle ? Trop risqué, trop lent, peu efficace Si une personne est recherchée, ou signalée par exemple pour radicalisme, c'est non : elle n'obtiendra pas le statut de réfugié et pourra même être expulsée.

La menace serait donc marginale, surtout si on la compare à la menace domestique. Aylan a réveillé les Charlie. Nous postons à nouveau notre analyse à propos des flux de réfugiés en Europe, ses origines, ses causes et ses conséquences qui se font cruellement sentir aujourd’hui.

Aylan a réveillé les Charlie

Vous pouvez vous abonner à notre lettre d’analyses sur la boutique de l’AIL. La catastrophe humanitaire en cours devra se payer, il y aura un vrai Nuremberg au XXIème siècle. Ceux qui s’imaginent au dessus de tout s’y retrouveront, non pas comme juges mais comme coupables, à moins qu’ils ne périssent avant dans le chaos qu’ils ont créé. Notre civilisation est ce fameux colosse aux pieds d’argile : son impressionnante cuirasse repose sur des fondations posées sur le sable du mondialisme et rongées par les termites du choc des civilisations si cher à l’establishment anglo-américain. La genèse d’un crime contre l’humanité Pendant de longues années, les américains ont pilonné ce pays avec des munitions à l’uranium appauvri.

Migration désordonnée, financement orchestré A qui profite le crime ? Le business subtile de nos dirigeants. La guerre en Syrie expliquée en 10 min et 15 cartes [sp] Vu de Hong Kong. “Les réfugiés ne doivent pas payer l’addition” Après les attentats du 13 novembre, ce chroniqueur hongkongais prévient du risque de faire des migrants, le bouc-émissaire idéal.

Vu de Hong Kong. “Les réfugiés ne doivent pas payer l’addition”

“Dès le début, les médias occidentaux s’étaient inquiétés de voir des terroristes s’infiltrer dans le flot des réfugiés pour y commettre des actes extrêmes. Après cette nuit, des gens ont eu le sentiment que leurs prédictions s’étaient réalisées. Outre la souffrance ressentie par tous et la colère de la population, outre la condamnation des terroristes, les gens qui s’opposaient à leur venue pointent du doigt les réfugiés.”

Les migrants sont-ils responsables ? Questionne Wang Taoyang, chroniqueur sur le site économique pékinois Caixin Wang. L’Allemagne en a reçu bien plus et n’est pas visée.