background preloader

Sexualité

Facebook Twitter

Page Q - Le POV d'Ovidie : Le féminisme pro-sexe est-il mort ? - Épisode 2 : «La pute heureuse» Durant des années, et comme je vous le disais déjà dans le premier article de cette mini-série, j’ai rabâché comme un bon petit soldat les préceptes d’Annie Sprinkle qui, parmi mille autres activités, a été travailleuse du sexe durant 18 ans et l’a revendiqué comme quelque chose de «fun».

Page Q - Le POV d'Ovidie : Le féminisme pro-sexe est-il mort ? - Épisode 2 : «La pute heureuse»

7 Myths About Women and Masturbation It's Time to Unlearn Right Now. 3 Ways Men Wanting to 'Focus On Her Pleasure' During Sex Can Still Be Sexist. We’re starting to talk more about giving equal weight to women’s pleasure in man/woman sexual encounters, and that’s awesome.

3 Ways Men Wanting to 'Focus On Her Pleasure' During Sex Can Still Be Sexist

As a woman, you’d think I’d be all for focusing more on women’s pleasure in sex. And I am – mostly. Sometimes, though, I’ll hear a hetero guy talking about how important women’s pleasure is, and it leaves me cringing. Worse yet, sometimes I’ve had sex with men who said they were all about my pleasure – and in a sense, they were – yet I still ended up feeling like their feelings and needs were more important than my actual experiences. In this article, I’ll be discussing three ways “I love giving a woman pleasure!” Two quick notes before we get into it, though. First, in my experience, this is very much a gendered phenomenon in a heterocentric culture: It has its roots in toxic masculinity and expectations about how men and women relate to each other.

For that reason, I’m going to be using binary and heterocentric language through most of this piece. Le mythe du privilège féminin et pourquoi vos male tears me fatiguent. On a cru parfois l’entendre, euphémisme pour dire qu’on nous en rebat les oreilles en permanence: Poire le Nice Guy veut plein de choses.

Le mythe du privilège féminin et pourquoi vos male tears me fatiguent

Du sexe, de l’affection, du sexe, des relations, du sexe, de la reconnaissance, du sexe. Pour le Nice guy, les femmes n’ont qu’à claquer des doigts pour obtenir tout cela, et en quantité illimitée. Il estime donc qu’il y a un privilège féminin. Il se sent lésé, et tient à le faire remarquer. Les femmes ont tout ce qu’il veut, lui. 24 Sex-Positive Women on Why They're Not Interested in Having Sex (Right Now) A woman’s right to say ‘meh’: being sex positive won’t guarantee you an orgasm. “I don’t mind motorcycles but do mind when people ride them without helmets,” I lied to a man named “Carl” on the dating app Bumble when he brought up his Yamaha.

A woman’s right to say ‘meh’: being sex positive won’t guarantee you an orgasm

I actually believe that the only commendable function of motorcycles is to make aging dads feel the crisp bite of youth again during their midlife crises rather than resorting to age-inappropriate affairs, but I was trying to be pleasant. “Wanna go for a ride?” He asked soon after, apparently not registering that not minding a thing is hardly the equivalent of being interested in it.

I answered, “never in my life,” still willing to give him a shot but making clear that his motorcycle would not be a selling point. “I’m not talking about riding my motorcycle 😈 ,” he replied. In no mood to hold Carl’s hand through how game actually works, I said, “Okay you have a good night,” hoping he’d realize defeat. Vous avez raté l’atelier « Plaisirs et prévention pour les femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes » à la Queer Week ? Séance de rattrapage. « FièrEs. Vous avez raté l’atelier « Plaisirs et prévention pour les femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes » à la Queer Week ?

Vous avez raté l’atelier « Plaisirs et prévention pour les femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes » à la Queer Week ? Séance de rattrapage. « FièrEs

Séance de rattrapage. Publié le Mis à jour le (Atelier organisé par FièrEs et la Queer Week, en partenariat avec FloZif de PlayNight Paris et Coraline Delebarre, co-responsable de la brochure « Tomber La Culotte ») Comment ça va les filles? Bienvenue sur la page des vidéos de la campagne Comment ça va les filles?

Comment ça va les filles?

Découvrez au fil des semaines les nouvelles vidéos, sur les thématiques choisies: Le suivi gynéco Les Infections sexuellement transmissibles L’ usage de substances psychoactives, dont l’alcool La violence dans le couple lesbien L’image de soi Les sexualités Les tatouages et piercings. Contre l’image de la vulve parfaite, elles se rebellent sur Internet. Des vulves de toutes les tailles, de toutes les formes et de toutes les couleurs : c’est ce qu’on trouve sur LargeLabiaProject (« Projet grosses lèvres »), le Tumblr d’Emma, une Australienne de 24 ans.

Contre l’image de la vulve parfaite, elles se rebellent sur Internet

La jeune femme y publie les photos d’organes génitaux que lui envoient des femmes. Mais ça n’est pas un blog érotique ou porno : le but du site est de redonner confiance à ces femmes dont l’entrejambe ne ressemble pas à celui des stars du X. Car si pour beaucoup de garçons, le porno est la première rencontre avec l’intimité féminine, c’est aussi le cas pour les filles.

Emma explique au site américain Salon.com : « Une génération entière de jeunes femmes qui ont grandi en ayant accès à Internet découvrent leur corps et la sexualité à travers ce média. Des sirènes au corps de rêve et une vulve parfaite, avec pas ou très peu de poils : le porno influence en effet la manière dont on considère le corps de la femme. FSF_Brochure_Tomber-la-culotte_finale_ptg.pdf. Je veux comprendre... le slut-shaming. Le slut-shaming est un concept assez connu aux États-Unis, mais dont on parle encore peu en France. Il existe pourtant, et vous l'avez probablement déjà rencontré. Publié initialement le 16 juillet 2012 Le slut-shaming, que l’on pourrait traduire par « stigmatisation des salopes », consiste à rabaisser ou culpabiliser une femme à cause de son comportement sexuel (pratiques, nombre de partenaires, vêtements « provocants »…).

Concrètement, c’est votre camarade de classe qui raconte à tout le monde qu’unetelle est « une vraie salope » parce que c’est elle qui l’a dragué pour qu’il finisse dans son lit. Quand les femmes avaient nettement plus besoin de sexe que les hommes. Et comment le stéréotype s’est inversé.

Quand les femmes avaient nettement plus besoin de sexe que les hommes

Traduction d’un article publié par la sociologue américaine Alyssa Goldstein sur le site Alternet.org. Ninon de Lenclos, gravure de Antoine-Jean-Baptiste Coupé J’inaugure aujourd’hui la catégorie traduction. Il y a concernant les histoires de couple, de sexe et de genre, une réelle richesse à aller voir ce qui se dit en dehors de notre cocon culturel francophone et néanmoins un peu autiste. Je vous traduis donc cet article remarquable, publié le 19 mars 2013 sous le titre original When Women Wanted Sex Much More Than Men – And how the stereotype flipped, et qui me parle énormément puisque j’aime bien tout ce qui bouscule les idées reçues et remet un peu les pendules à l’heure en matière de sexe et de stéréotypes sexuels.

Partie I : l’ère des salopes Au début du XVIIe siècle, un homme du nom de James Mattlock fut expulsé de sa paroisse à Boston. Asexuality. Asexual Spectrum. Documentaire - Les branleuses par Frédérique Barraja. Le Prude Shaming. Les vierges femmes, ou les filles plus réservées de façon générale sur leur activité sexuelle, ont elles aussi leurs stéréotypes : une vierge est forcément un fleuron d'innocence passive, une Cécile de Volanges, qui ne connaît rien au sexe, qui attend qu'un homme conquérant vienne tout lui apprendre.

Le Prude Shaming

Elle est passive. Douce. Innocente. Sauf que non, ça ne marche pas comme ça. Dans la vraie vie, on peut être vierge, sex positive et très bien éduqué sur la question du sexe, faire des blagues sur la question, être complètement à l'aise avec le sujet même sans avoir rien fait. J'en ai par-dessus la tête des stéréotypes sur les vierges, y compris dans la pop culture. Au sujet de “puceau” comme remarque infamante (avec tweets) · jeannedeur.