background preloader

LGBTQ+

Facebook Twitter

Meet the Woman Who Cared for Hundreds of Abandoned Gay Men Dying of AIDS. Between 1984 and the mid-1990s, before better HIV drugs effectively rendered her obsolete, Ruth Coker Burks cared for hundreds of dying people, many of them gay men who had been abandoned by their families.

Meet the Woman Who Cared for Hundreds of Abandoned Gay Men Dying of AIDS

She buried more than three dozen of them herself, after their families refused to claim their bodies. For many of those people, she is now the only person who knows the location of their graves. It started in 1984, in a hospital hallway. Ruth Coker Burks was 25 and a young mother when she went to University Hospital in Little Rock, Ark., to help care for a friend who had cancer.

Pourquoi «fiotte», «tarlouze» ou «tapette» sont des propos homophobes. Mon parcours d’homo dans la classe ouvrière. Rachid Stali Le parcours de Rachid est loin d’être un cas isolé, et pourtant, son histoire est celle de millions de travailleurs et de travailleuses dans l’ombre.

Mon parcours d’homo dans la classe ouvrière

Si assumer sa sexualité, lorsque celle-ci ne correspond pas à la norme hétérosexuelle reste un parcours du combattant dans toutes les couches de la société, ceci est d’autant plus dur lorsqu’on est ouvrier et que les patrons s’en servent pour nous humilier et nous maintenir sous leur domination. Malheureusement, l’histoire des personnes LGBTI dans la classe ouvrière a souvent été aussi celle de la marginalisation de leur lutte au sein de certaines organisations du mouvement ouvrier.

Par exemple, l’homosexualité a été pour les appareils staliniens jusque dans les années 1970 “une tradition étrangère à la classe ouvrière”. Or, comme le récit de Rachid le montre bien, la classe ouvrière est aussi gay, lesbienne, bisexuelle, trans, intersexe, etc. Mon père est arrivé d’Algérie en 1947. Autism / Serenity — fornaxed: Good lord I’m not saying “you personally... Suicide des homosexuels, lesbiennes, bi et trans: dénoncer les mots qui tuent! 

LGBT - Quand Amine est rentré du collège ce jour-là il n'a pas changé ses habitudes.

Suicide des homosexuels, lesbiennes, bi et trans: dénoncer les mots qui tuent! 

Il a jeté son sac dans l'entrée de l'appartement de ses parents puis s'est directement réfugié dans sa chambre. Il ne parlait pas beaucoup, c'était un garçon discret. Il ne rapportait rien à ses parent du harcèlement quotidien qu'il subissait. Il a ouvert la fenêtre, pour s'imprégner de l'air frais du mois d'avril. Avec détermination il enjamba le petit balcon en fer forgé noir, puis avec calme et détermination, d'un mouvement du pied, il projeta son corps dans le vide. Magali a fini par en avoir assez des critiques sur sa coupe de cheveux, sur ses vêtements.

Le «gaydar», cette capacité à deviner si une personne est gay, existe-t-il? Une nouvelle étude met au jour les stéréotypes sur lesquels les gens s'appuient pour identifier si une personne est gay ou pas.

Le «gaydar», cette capacité à deviner si une personne est gay, existe-t-il?

Voilà une nouvelle étude qui replonge dans un débat polémique: peut-on oui ou non déterminer l’orientation sexuelle d’une personne à partir d’une simple observation de son attitude, de sa gestuelle, ou de son apparence? C’est ce que des chercheurs de l’université de Wisconsin-Madison ont tenté de vérifier, en montrant aux participants des portraits de 55 hommes homosexuels et 50 hommes hétérosexuels piochés dans un site de rencontres, selon le Huffington Post américain qui rapporte cette étude. Phase ou identité ? La mécanique âgiste de toute oppression - Les os sur la peau.

Les dominant-e-s reprochent régulièrement aux opprimé-e-s de « se coller des étiquettes », pourtant ce sont les premiers à réclamer des identités figées, à mépriser l'instabilité.

Phase ou identité ? La mécanique âgiste de toute oppression - Les os sur la peau

Orientation sexuelle

Transidentité. Qui défend l’enfant queer ? Les catholiques, juifs et musulmans intégristes, les copéistes décomplexés, les psychanalystes œdipiens, les socialistes naturalistes à la Jospin, les gauchos hétéronormatifs, et le troupeau grandissant des branchés réactionnaires sont tombés d’accord ce dimanche pour faire du droit de l’enfant à avoir un père et une mère l’argument central justifiant la limitation des droits des homosexuels.

Qui défend l’enfant queer ?

C’est leur jour de sortie, le gigantesque outing national des hétérocrates. Ils défendent une idéologie naturaliste et religieuse dont on connaît les principes. Leur hégémonie hétérosexuelle a toujours reposé sur le droit à opprimer les minorités sexuelles et de genre. On a l’habitude de les voir brandir une hache. Ce qui est problématique, c’est qu’ils forcent les enfants à porter cette hache patriarcale. L’enfant que Frigide Barjot prétend protéger n’existe pas. J’ai été un jour l’enfant que Frigide Barjot se targue de protéger. Surprise, Study Confirms Hiring Discrimination Against LGBT People Is Real. The Equal Rights Center has found — perhaps unsurprisingly, but nonetheless, depressingly — that people who indicate that they have worked for LGBT causes on their resumes are 23% less likely to land a job interview than people who don’t.

Surprise, Study Confirms Hiring Discrimination Against LGBT People Is Real

Only if you left your Autostraddle internship off your CV… via Shutterstock The study sent resumes of nonexistent people to over 100 different openings at eight companies. Some applicants listed “LGBT rights activism” in a volunteer section of their resumes. Others listed “women’s rights activism” or “environmental activism.” The LGBT activists were slightly more qualified than the others, and yet, were called for interviews far less often.

The targeted companies all have contracts with the federal government, and also have elected to exclude sexual orientation from their nondiscrimination policies. Genderbitch: Musings of a Trans Chick. Crossposted to Questioning Transphobia Warning: This post is sarcastic to such a point as you may actually slip in the pools of sarcasm that are dripping off of it.

Genderbitch: Musings of a Trans Chick