background preloader

Romd

Facebook Twitter

Bon goût

Diaspora. Sciences de l'info. Google. Ergonomie web. Non profit et solidarité. Infos du monde. PR. Phone. Censure2.0. Wikio. La taxe Google abandonnée ? - Fil news. Economie Selon Les Echos, la "taxe Google", prélèvement de 1% sur l'achat de publicité en ligne, devrait être retirée de la loi de Finances 2011 avant son vote mercredi soir au Parlement, alors même qu'elle venait d'être avalisée par le Sénat et confirmée en commission mixte paritaire.

C'est Jean Arthuis qui aurait, selon le quotidien économique, alerté lui-même François Fillon des risques d'une telle mesure, "en terme de délocalisations notamment". Et sa suppression aurait été décidée par le biais d'un "amendement post-CMP", souligne le quotidien. La "taxe Google" avait été notamment dénoncée par divers entrepreneurs français de l'internet, qui y voyaient une mesure frappant de plein fouet les PME du secteur, bien plus que les géants de l'informatique comme Google, initialement visés car ils ne paient actuellement aucune taxe en France. Pentagon Says WikiLeaks Is Telling Fibs.

Pub

Pearltrees. Médias sociaux. Com' ONG. Youtube. Infographie et dataviz. Community Management. Geekerie. Culture. Histoire. Cinéma. Twitter. Statistiques utiles et inutiles sur Twitter. ZÉRO. C'est le nombre d'utilisateurs de Twitter qui seraient prêts à payer pour l'illustre plateforme de micro-blogging, a-t-on appris récemment dans une étude de l'University of Southern California. Depuis, nous avons croisé un paquet d'autres statistiques sur Twitter et ses utilisateurs, autrement moins inutiles (ou pas). Voici tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Twitter et tout ce que vous n'aurez jamais songé à demander : Dans le livre blanc de 360i sur "Twitter et la relation consommateur-annonceur" : Dans une étude de Barracuda Networks sur les vecteurs de distribution de malware :

Facebook

Marketing 2.0. En Finlande, le haut débit devient un droit. « Dans ce rapport, ce qui saute aux yeux, c’est l’incompétence » Benjamin Bayart est l'un des précurseurs dans la lutte pour la neutralité du net en France. Président de FDN (French Data Network) , le plus vieux fournisseur d’accès Internet de l'Hexagone, il connait parfaitement les structures techniques et économiques qui régissent le réseau mondial.

Nous l'avions déjà interviewé début 2009 et le résultat , « Tout le monde a intérêt à transformer Internet en Minitel » , fut mémorable. Du coup, quand on s'est demandé qui pourrait nous aider à comprendre les enjeux du rapport gouvernemental que nous nous sommes procurés la semaine dernière, nous n'avons pas eu à chercher bien longtemps.

Encore une fois, un entretien enlevé, passionnant et détaillé. Quelles sont vos premières impressions à la lecture du rapport ? _ Elles sont mauvaises, pour plusieurs raisons. Sur quels sujets par exemple ? _ Tous. Un autre point qui relève de l’incompétence: certaines conclusions évidentes, qui découlent de ce que le rapport présente, ne sont pas tirées. . _ Si. Le Chili, premier pays au monde à protéger la neutralité des réseaux par la loi. Global Voices en Français » Russie : le piratage d’un site commu. [Liens en russe sauf mention contraire] Selon de récentes recherches de Online Monitor 50.2% des utilisateurs d'Internet en Russie sont des femmes. Les femmes sont plus actives aussi bien sur les réseaux sociaux que pour communiquer en ligne.

Au-delà de ces chiffres, le Web en langue russe [en anglais] héberge un lieu qui peut être considéré comme le symbole de son aspect féminin. C'est la communauté de la plateforme de blogs Livejournal, girls_only [Réservé aux femmes, connue aussi comme "GO"). Cette communauté s'est retrouvée ce moi-ci au cœur d'un énorme scandale qui a soulevé de nombreuses questions d'éthique, de sécurité et de légalité, et exposé le problème de l'égalité des sexes dans la réalité virtuelle russe. Femme assise avec son ordinateur portable, photo de outcast104 La communauté girls_only a été créée en 2002 à l'aube de la blogosphère russe.

De manière générale ce régime a bien fonctionné. Tout a changé à la mi-mai 2010. La communauté était outrée. Сижу, читаю... Sarkozy le Président low tech » Article » OWNI, Digital Journalism. Arnaud Dassier, fondateur de l'agence web "L’Enchanteur des nouveaux médias", a notamment dirigé la campagne électorale numérique de Nicolas Sarkozy en 2007.

Depuis, pour lui, le président n'a montré aucun intérêt pour la révolution numérique. Ou le naufrage numérique de la droite française 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy remporte l’élection présidentielle haut la main avec 53 % des voix, en incarnant, entre autres, le dynamisme et la modernité. En tant que président de l’UMP, il a été pionnier en matière d’utilisation d’Internet et de l’e-marketing depuis 2005 (campagnes d’e-mailing, achat de mots clés Google, mise en place d’un système d’e-crm, pétitions, opérations de mobilisation, explosion des soutiens et adhésions via Internet, e-fund raising, etc.). Il est le premier homme politique à accepter d’être interviewé par un blogueur, Loic Le Meur. A priori, le Président Sarkozy a toutes les cartes en main pour devenir le premier Président web 2.0 de l’histoire de France. Que s’est il passé ? Les internautes feraient plus attention à leurs traces sur Inter.

Selon un rapport publié par l'Institut de recherche américain Pew Internet, les internautes seraient désormais plus prudents quant aux traces qu'ils laisseraient sur Internet. Ainsi, plus de la moitié des personnes interrogées (57%) googleraient régulièrement leur nom afin de vérifier les informations disponibles à leur sujet, contre 47% en 2006.

Et 38% googleraient même le nom de leurs amis (contre 26% en 2006)! L'étude en question a été menée auprès de plus de 2500 internautes américains en août-septembre 2009. On observe sans surprise que ce sont surtout les jeunes adultes (18-29) qui maîtrisent le mieux leurs traces sur Internet : 44% font désormais plus attention aux informations qu'ils publient sur les réseaux sociaux, et 71% d'entre ont modifié leurs paramètres de vie privée (55% chez les 50 ans et plus). Les gens semblent donc plus conscients des dangers du Web régulièrement décriés par les médias. Qu'en pensez-vous? Sources : Pew Internet and American Life + Mashable. Faut-il une loi sur l'anonymat des blogueurs ? - Cédric Deniaud. Certains d'entre vous ne sont sûrement pas passés à côté de cette proposition de loi du sénateur Masson d'interdire aux blogueurs de publier à visage masqué.

Cette proposition de loi a déjà fait couler beaucoup d'encre (Un sénateur contre l'anonymat pour se faire un nom ? Et Sur Internet, on n'envisage pas l'anonymat), et certains au premier rang desquels les plateformes de blogs emmenées par Pierre Chappaz de défendre la possibilité de rester anonyme sur son blog, au nom de la liberté d'expression. En effet, vous pouvez signer la pétition mise en place par Philippe Aigrain de La Quadrature du Net, Jean-Baptiste Clot de Canalblog, Olivier Creiche, PDG d'EZ Embassy (distributeur du service TypePad), Frédéric Montagnon d'Over-blog, Philippe Pinault de Blogspirit/Hautetfort Je pense qu'ici il y a deux sujets à différencier. Au fait, pourquoi être anonyme ? Personnellement, je suis de ceux qui dès le début et notamment via ce blog lancé en 2006 (et oui déjà !!)

Faut-il pour autant légiférer ? Global Voices en Français » Mondial : Mozilla Drumbeat cherche à élargir l’Open Web. [Liens en anglais sauf mention contraire] La Fondation Mozilla, créatrice du navigateur internet Firefox, vient de lancer Drumbeat [battement de tambour] une initiative visant à réunir des personnes aux profils les plus variés et venant de différents endroits du monde pour créer des projets mettant en avant l'aspect ouvert du web. Les enseignants, les férus de technologie, les designers, les développeurs, les juristes, les traducteurs : tous ceux qui utilisent et aiment le web sont invités à contribuer à améliorer le web et à le garder open et gratuit.

La raison d'être de Drumbeat est de garder le web open, et de protéger sa nature ouverte : Nous voulons lancer un mouvement. Nous voulons garder le web open pour les 100 prochaines années. Parmi les projets mis en avant, Universal Subtitles [sous-titres universels], un projet de programme et de communauté internationale pour sous-titrer, capturer et traduire toutes les vidéos du web. Mozilla Drumbeat à São Paulo, juin 2010.

Le piratage est « source de progrès » selon le ministre portugai. #pdlt : La mort du web ouvert. Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une intéressante lecture d’un article de l’actualité dans le cadre de son émission. Désormais, vous la retrouverez toutes les semaines aussi sur InternetActu.net. La lecture de la semaine, il s’agit d’un article du New York Times signé par Virginia Heffernan et intitulé “La mort du Web ouvert” (dont la traduction intégrale est depuis disponible sur l’excellent Framablog). Ce n’est pas tant pour sa thèse que cet article a retenu mon attention (une thèse intéressante, mais pas non plus follement originale) mais par la manière dont elle est formulée, une analogie assez frappante et féconde.

Le Web est une cité marchande qui grouille, commence la journaliste, qui s’est édifiée au petit bonheur la chance. Or les gens qui trouvent que le Web est détestable, qu’il est sale et incivil, ont malgré tout été forcés d’y habiter. De fait, la thèse de ce texte n’est pas révolutionnaire. Prochaine étape : “hacker” la société de surveillance « Internet. La montée en puissance de l’internet en général, et de Google et Facebook en particulier, ont fait du “droit à l’oubli” l’alpha et l’oméga du débat autour de la vie privée. Mais la question, tout comme les termes du débat, a bien mal été posée. D’une part parce que le problème, ce n’est pas l’internet, mais ce que peuvent y faire et y écrire (ou pas) les internautes. D’autre part, parce que s’il y a bien montée en puissance de la société de surveillance, l’internet y apparaît non pas tant comme une partie du problème que comme une partie de la solution.

Droit à l’oubli ou droit à être entendu ! Sur le Net, le problème, c’est la vie publique, comme le rappelait Laurent Chemla, pionnier de l’internet en France et auteur des mémorables Confessions d’un voleur, dans un article intitulé “Droit à l’oubli, devoir de mémoire“, pour qui ce “pseudo droit n’est qu’une variation du manque d’éducation du public à ce véritable droit qu’il a récemment acquis : le droit à la liberté d’expression“. Dix documentaires à propos de lobbying. Hadopi : Le coût est toujours de 8,50 euros par adresse IP | OWN. Jeudi dernier, à l’Assemblée nationale, le député Hervé Féron (SRC) interrogeait l’Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet) sur le coût d’identification des adresses IP. Soit à partir d’une adresse IP et d’un horodatage relevés par TMG (Trident Media Guard) obtenir d’un FAI les données personnelles (nom, prénom, adresse postale, téléphone, mail, etc.) d’un abonné.

Il demandait ainsi : “Quel sera le coût de l’identification des adresses IP ? Les barèmes sur les réquisitions judiciaires en matière d’internet n’existent pas encore – ce qui permet de douter de l’application de la loi «Hadopi 2» – mais dans le code de procédure pénale, le tarif applicable à l’identification d’un abonné ADSL est de 8,50 euros. Ce à quoi, Eric Walter, le secrétaire général de l’Hadopi, répondait que le coût “a été évalué sur la base du prix des réquisitions judiciaires, alors qu’il ne s’agit pas du même processus.”

Web

LinkedIn. Référencement. Auto-entrepreneur. Medias. Curiosités. Veille. Beyonce.