background preloader

STAGE CIC

Facebook Twitter

Téléphonie mobile : le point sur l'état du secteur. Parts de marché des opérateurs mobile en France. Orange détient près de 35% du marché au 1er trimestre 2016 alors que Free dépasse Bouygues Telecom. L'arrivée de Free mobile sur le marché début 2012 a changé la donne. Le nouvel opérateur représente déjà 17,29% du marché mobile, avec plus de 12 millions de clients mobiles (exclusivement des abonnés), au 1er trimestre 2016 et vient donc de dépasser son rival Bougyues Telecom. Orange a perdu des abonnés mobile, mais détient toujours 34,96% des parts de marché du parc mobile avec 24,26 millions de clients. Derrière suivent SFR (21,44% et 14,875 millions de clients) et Bouygues Telecom avec 11,27 millions de clients. Méthodologie Ces chiffres ont été compilés après déclaration des opérateurs pour le 1er trimestre 2016. Frédéric Oudéa: «Les banques françaises renforcent leur solidité» INTERVIEW - Pour le directeur général de la ­Société générale et président de la Fédération bancaire française, les tests de résistance montrent que la solidité du système bancaire français se renforce.

LE FIGARO. - Comment s'est comportée la Société générale au premier semestre, une période agitée dans le monde financier? Frédéric OUDÉA. - L'environnement a été effectivement difficile: la persistance des taux bas, voire négatifs, le choc sur les matières premières au début de l'année, les turbulences créées par le Brexit en fin de semestre… Je suis donc d'autant plus satisfait des résultats, solides, de Société générale au premier semestre que la période était compliquée.

Même dans la banque de détail, l'activité qui est la plus affectée par le niveau des taux? Oui. En France, le résultat net de nos réseaux progresse sur le semestre, grâce à une bonne dynamique commerciale tant auprès des entreprises que des particuliers. Nous ... Les banques françaises résistent malgré un contexte délicat. BNP Paribas, SocGen, BPCE et Crédit agricole résistent plutôt bien à un environnement complexe et profitent de la cession de leurs parts dans la filiale européenne du groupe de cartes de crédit Visa.

Le secteur bancaire français résiste plutôt bien dans un environnement complexe marqué, en particulier, par des taux d'intérêt très bas. La Société générale, qui a publié ses résultats mercredi, a enregistré un bénéfice net en hausse de 8,1%, à 1,46 milliard d'euros au deuxième trimestre grâce, notamment, à une baisse plus marquée que prévu de ses provisions pour créances douteuses. La banque de la Défense bénéficie, comme ses homologues de l'Hexagone, d'une plus-value de poids (725 millions d'euros) provenant de la vente de ses parts dans la filiale européenne du groupe de cartes de crédit Visa.

SocGen souligne ainsi que, hors plus-value Visa et «éléments non économiques» , le résultat de ses métiers n'a reculé que de 1,6% au deuxième trimestre. Vous utilisez un bloqueur de publicité. La Banque de France confiante pour la croissance française. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, s'est montré confiant samedi pour la croissance française malgré la décision des électeurs britanniques du quitter l'Union Européenne. Vous utilisez un bloqueur de publicité Pour poursuivre la lecture de nos articles, nous vous proposons deux solutions : Tout Le Figaro en illimité Le journal en numérique dès 22h Le site Premium, sans publicité L’information sur tous les écrans 1 MOIS D’ESSAI GRATUIT "Il n'y a pas aujourd'hui, si on regarde l'économie française, de menace de rechute pour les prochains trimestres", a assuré François Villeroy de Galhau sur France Inter.

"L'Insee a confirmé hier (vendredi) les chiffres de croissance au premier trimestre à +0,6%, qui est un chiffre élevé sur un trimestre, avec une composante forte d'investissements des entreprises", s'est-il félicité, y voyant "une bonne nouvelle". Brexit: 'Les banques françaises parmi les moins impactées' Frédéric Oudéa, président de la Fédération bancaire française, a estimé vendredi que les "banques françaises seront parmi les moins impactées" par les conséquences du Brexit.

Vous utilisez un bloqueur de publicité Pour poursuivre la lecture de nos articles, nous vous proposons deux solutions : Tout Le Figaro en illimité Le journal en numérique dès 22h Le site Premium, sans publicité L’information sur tous les écrans 1 MOIS D’ESSAI GRATUIT "Je ne crois pas que ce soit les banques françaises qui seront les plus impactées dans leurs choix opérationnels" par rapport à d'autres établissements car "elles ont gardé deux pieds à la fois à Paris et à Londres", a renchéri le patron de la Société Générale lors d'une conférence de presse de la Fédération bancaire française. LIRE AUSSI:»EN DIRECT - Brexit: David Cameron annonce sa démission prochaine.

Les banques sapées par les taux zéro. La rentabilité des établissements souffre de l'érosion de leurs marges d'intérêt. Les cours s'en ressentent. L'inquiétude sourde qui gagne les états-majors des banques se lit aussi dans leurs cours de Bourse. Depuis le 1er janvier, l'action de BNP Paribas a cédé 15,3 %, celle de la Société générale 23,2 %. Pour Natixis (22,2 %) et le Crédit agricole (24,7 %), le tableau est tout aussi sombre. Depuis qu'en mars dernier la Banque centrale européenne est entrée un peu plus loin dans le territoire inconnu des taux négatifs - en appliquant un taux de - 0,4 % (contre - 0,3 % auparavant) sur les dépôts à ses guichets Les banques restent ainsi à la traîne de la cote. Les banques françaises abusent toujours des paradis fiscaux.

Réaction (0) Dans un rapport publié mercredi 16 mars, trois ONG livrent le montant des bénéfices réalisés dans les paradis fiscaux par cinq banques françaises, dont la BNP Paribas et la Société générale : 5 milliards d'euros en 2014, soit le tiers de leurs profits réalisés hors de France. Le Luxembourg accueille à lui tout seul, 11% de ces bénéfices. Réagir à cette vidéo Pour commenter cet article, veuillez vous connecter avec votre compte Mon Figaro. Connexion Plus de chaînes Pas de surprise majeur lors du débat qui a opposé les candidats de droite à la primaire. Le traumatisme de l'attentat de Nice est encore présent au quotidien pour des personnes plusieurs mois après le drame qui a coûté la vie à 86 personnes.

Retrouvez les moments marquants du débat qui a opposé, jeudi soir, les sept candidats de la primaire de la Droite et du Centre. 3:25 «La politique c'est un panier de crabes et il faut se les farcir... les politiques !» «La femme voilée d'aujourd'hui sera la Marianne de demain.»