Défense et sécurité

Facebook Twitter

Secret défense

L'intervention française au Mali (opération Serval), qui a démarré de manière fracassante le 11 janvier dernier, était dans les cartons depuis 2009. Une planification de l'état-major, baptisée Requin, prévoyait alors quasiment ce qui advenu cet hiver. Et qui a failli être déclenché à plusieurs reprises sous la présidence Sarkozy... Puis après l'élection de François Hollande, qui juge le dossier malien prioritaire, tout se met en place à partir du 31 octobre 2012. Secret défense
Sous l’effet de facteurs divers (inflation, reports de dépenses, baisses de budgets, non-choix, etc.), le budget de la défense de la France a vu se constituer au cours des dernières décennies une bosse budgétaire, important volume de dépenses fréquemment repoussées et handicapant progressivement le Ministère. Aux Etats-Unis, où la saga budgétaire a connu un répit temporaire avec l’accord bipartisan de fin décembre, les forces nucléaires pourraient elles aussi être confrontées à un mur budgétaire colossal à un horizon de 10 à 15 ans. Une étude récemment publiée du James Martin Center for Nonproliferation Studies, de Monterey, fait un point bienvenu sur les dépenses que requerra la modernisation de l’arsenal nucléaire américain au cours des trente prochaines années. Même si l’étude vaut le détour (et elle peut être lue très vite, pas de raison de s’en priver, donc), le résultat tient dans le titre : The Trillion Dollar Nuclear Triad. Ultima Ratio

Ultima Ratio