background preloader

Perse

Facebook Twitter

Mésopotamie (Iraq): Les jardins de Babel (documentaire) Les Jardins suspendus de Babylone. Les paradis perses : des jardins royaux. L’empereur perse voyageait beaucoup à travers son vaste empire, qui s’étendait de la Méditerranée à l’Inde.

Les paradis perses : des jardins royaux

Pour lui permettre de s’adonner à ses loisirs au cours de ses déplacements, chaque satrape (gouverneur de province) avait l’obligation d’entretenir un paradis dans la capitale de sa satrapie. Les Paradis perses Ces vastes jardins étaient à la fois des lieux d’agrément, de détente et des terrains de chasse dans lesquels vivaient des centaines ou des milliers de fauves et du gibier. Ils comprenaient des plantations, des terres cultivées, des jardins d’agrément, des vergers. Littéralement, en vieux perse, le terme Paradaida signifiait «ayant une clôture de tous les côtés». L’image du roi jardinier était aussi importante dans l’idéologie du pouvoir, que celle du roi chasseur. Le paradis verdoyant, en opposition avec l’aridité des terres qui l’entourait, permet au roi de souligner sa capacité à faire prospérer un territoire qui apparait au départ comme défavorable ou hostile. P. Www.ac-nice.fr/ia06/eac/eacgup/file/PDFAV/jardins extraordinaires.pdf. Les jardins de l'antiquité.

Le jardin d'Hécate ille du titan Persès, de Zeus ou d'Admète, selon les versions, et d'Asteria, la nuit étoilée, ou encore d'Héra ou de Déméter, Hécate, est la magicienne de la nuit; elle a pour compagnes les Erinyes; les peupliers noirs lui sont consacrés et possède un bois sacré où poussent ses plantes magiques qui sont, selon Diodore de Sicile, l'auteur des Argonautiques orphiques : Ce bois est planté de lauriers- daphnai, de cornouillers- kraneai, et de platanes- platanistoi; en son centre se dresse un chêne à glands doux- phêgos.

Les jardins de l'antiquité

Le jardin de Médée ille ou nièce d'Hécate selon les versions, Médée possède, elle aussi, un bois sacré où poussent les plantes qu'elle utilise en tant que magicienne: - l'akoniton, l'aconit qu'elle a apportée des rivages de Scythie, - la colchique ou la mandragore selon les propositions des uns ou des autres, sans qu'il soit possible d'identifier la plante tant les caractéristiques que donne Apollionos de Rhodes sont imprécises et sommaires. Le jardin persan. The Persian Garden The property includes nine gardens in as many provinces.

Le jardin persan

They exemplify the diversity of Persian garden designs that evolved and adapted to different climate conditions while retaining principles that have their roots in the times of Cyrus the Great, 6th century BC. Repères chronologiques pour l'art des jardins. Dès le début du troisième millénaire av.

Repères chronologiques pour l'art des jardins

J. -C.Gilgamash, roi d’Uruk, se glorifie des vergers et des jardins dans les palais et les temples de sa cité. Vers 2 000 av. J. -C.Les premiers jardins publics sont attestés en Assyrie. 605-562 av. Dès 2 600 av. Dès le IVe s av. À l’origine, les jardins sont composés d’un potager et de vergers ainsi que le montre le traité de Marcus Porcus Cato, De agri cultura. Au Ier s. av. Vers 546 av.