background preloader

République.S

Facebook Twitter

La révolution française - Henri Guillemin (1973) Les événements de 1848 - Henri Guillemin. Le drame de 1870 et la Commune - Henri Guillemin. Journées de Juin. La république : un enjeu séculaire, Raymond Huard* Comparée à d’autres pays d’Europe, la France présente une particularité notable, c’est d’avoir connu cinq régimes républicains de caractère différent qui ont marqué profondément son histoire.

La république : un enjeu séculaire, Raymond Huard*

De ce fait, la République a été un enjeu séculaire pour lequel on a combattu, souffert parfois, quand elle était absente. Et une fois réapparue, le désir de la perfectionner a toujours été vivace ce qui entretient le débat politique. Autour de 1848 : quelques réflexions sur l’élection du président de la République au suffrage universel, Maurizio Gribaudi* Revenir sur le contexte de cette première élection à « suffrage universel » permet de focaliser des tensions et des contradictions de fond que l’on retrouve intactes dans le cadre du choix gaullien et qui marquent encore l’horizon actuel.

Autour de 1848 : quelques réflexions sur l’élection du président de la République au suffrage universel, Maurizio Gribaudi*

Dans moins de deux mois nous élirons un nouveau président au suffrage universel, c’est-à-dire par l’ensemble des citoyens inscrits sur les listes électorales. Ce rite, qui pourrait sembler l’expression naturelle de la démocratie républicaine, est en réalité une acquisition récente puisqu’il n’a été introduit qu’en 1962, par le général de Gaulle, soucieux de donner davantage de pouvoir au président de la cinquième République qu’il venait d’imposer par un tour de passe-passe constitutionnel.

Les révolutions de 1848 et le prolétariat - K. Marx. Les révolutions de 1848 et le prolétariat 14 avril 1856 Téléchargement fichier zip (compressé)Cliquer sur le format de contenu désiré Les révolutions de 1848 furent des épisodes, de tout petits craquements, de toutes petites déchirures dans l'écorce solide de la société bourgeoise.

Les révolutions de 1848 et le prolétariat - K. Marx

Mais elles dévoilèrent l'abîme que recouvrait cette écorce, sous laquelle bouillonnait un océan sans fin capable, une fois déchaîné, d'emporter des continents entiers. L'histoire par l'image. La multiplication des intrigues contre Robespierre et la chute de l’Incorruptible Hébert et Danton exécutés, Marat assassiné, Robespierre reste le seul homme fort de la Révolution ; il incarne la République et la Terreur.

L'histoire par l'image

Alors que la situation militaire s’améliore au début de l’année 1794 (dégagement des frontières, anéantissement du fédéralisme, défaite des Vendéens), la Terreur prend une importance sans précédent après l’adoption du décret du 22 prairial (10 juin 1794). On soupçonne Robespierre d’aspirer à la dictature ; les intrigues [1] contre lui se multiplient. Au Comité de salut public, l’atmosphère devient si pesante que Robespierre cesse d’y venir. Il n’y revient que le 5 thermidor, mais la rupture est déjà consommée. République et socialisme - Jaurès et Engels (1901) - En 1901, dans la préface au recueil d’articles intitulé Etudes socialistes et publié par Péguy dans un des Cahiers de la quinzaine, Jaurès revient sur les liens entre république et socialisme…D’abord en comparant, à partir d’une lettre d’Engels, les situations allemandes et françaises.

République et socialisme - Jaurès et Engels (1901) -

C’est le texte ci-dessous.Ensuite en rappelant ce travail de préparation révolutionnaire mené depuis plusieurs années…, objet de cet autre article. Il y a onze ans, au moment où la démocratie socialiste allemande élaborait son programme, le projet de programme qui devait être bientôt adopté à Erfurt fut soumis à Engels, l’ami survivant de Marx. Engels fit de graves objections à la partie politique de ce programme. Il la trouvait timide, inconsistante et inefficace. Marx. Marx-Engels et la république démocratique.

Marx

Le cas français. Mai 2003 Marx et Engels ont toujours été des observateurs attentifs de l'évolution politique de la France. D'abord parce qu'ils ont toujours considéré, sauf à certaines époques de montée en puissance du parti ouvrier en Allemagne, par exemple après la défaite de la Commune, que le prolétariat français et notamment parisien se trouvait à l'avant-garde du prolétariat mondial ; ensuite parce qu'ils s’intéressent à l’évolution de l’Etat dans ce pays.