background preloader

Robin06

Facebook Twitter

Taxe foncière : mode d’emploi. - vendredi 4 octobre 2013 12:30 | Mise à jour le jeudi 25 septembre 2014 17:26 Les propriétaires ou usufruitiers d'un bien immobilier ou d'un terrain au 1er janvier doivent payer la taxe foncière sur le bâti ou le non bâti.

Taxe foncière : mode d’emploi

Qui doit la payer et par quels moyens ? Comment est-elle calculée ? Quelles sont les exonérations possibles ? Une contribution sur la « propriété » Taxe foncière sur les propriétés bâties La taxe foncière se divise en deux catégories. Les biens immobiliers à caractère professionnel – bâtiments commerciaux, industriels ou professionnels - sont également inclus dans le champ de la taxe foncière. Taxe foncière sur les propriétés non bâties Autre taxe frappant les propriétés, la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB). Calcul de la taxe foncière Le revenu net cadastral comme base de calcul La taxe foncière sur les propriétés bâties est établie selon la situation au 1er janvier de l'année d'imposition. Des taux propres à chaque commune Exonérations permanentes. Les impôts en France. Qui paie des impôts en France ?  - Les ressources de l'Etat Découverte des institutions.

<p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.

Qui paie des impôts en France ?  - Les ressources de l'Etat Découverte des institutions

</p> Tous les agents économiques (personnes physiques ou morales participant à l’activité économique) paient des impôts en France. Les agents économiques payant des impôts sont appelés des redevables, tandis que les contribuables sont ceux qui supportent effectivement la charge de l’impôt. Ainsi pour la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), le redevable est l’entreprise qui verse le montant de la TVA au Trésor public, le contribuable étant le consommateur qui achète les produits ou services de cette entreprise à un prix incluant le montant de la TVA. Les ménages paient : Les entreprises paient des impôts : Ces deux dernières taxes composent la contribution économique territoriale (CET) qui a remplacé, à compter de 2010, la taxe professionnelle.

Enfin, les administrations publiques paient, elles aussi, des impôts. Comparatif : La fiscalité en Europe. Les systèmes fiscaux dans l'Union européenne diffèrent grandement d'un pays à l'autre.

Comparatif : La fiscalité en Europe

Il est néanmoins possible d'en comparer quelques éléments communs. Voir aussi : comparatif sur les taux de TVA pratiqués en Europe Le comparatif ci-dessus présente dans les 28 Etats membres les recettes fiscales en pourcentage du PIB, les taux maximums d'imposition sur le revenu et le taux normal de TVA en Europe. Total des recettes fiscales de l'Etat En 2012, les recettes fiscales dans l'Union européenne ont augmenté pour atteindre 39,4 % du PIB, contre 38,8% en 2011.

Entre 2011 et 2012, les plus fortes hausses de la charge fiscale globale par rapport au PIB ont été enregistrées en Hongrie (de 37,3 à 39,2 %), en Italie (de 42,4 à 44 %), en France (43,7 à 45 %) et en Grèce (32,4 à 33,7 %). Les PECO (pays de l'Europe centrale et orientale, qui ont rejoint l'Union européenne en 2004 et 2007) font toujours partie des Etats percevant le moins de recettes fiscales en comparaison du PIB.

Impôt sur le revenu : les différences entre déductions, réductions et crédits d'impôt. Cotisations à un plan d'épargne retraite, investissement locatif, emploi d'un salarié à domicile… de nombreux dispositifs ouvrent droit à des avantages pour les ménages en matière d'impôt sur le revenu.

Impôt sur le revenu : les différences entre déductions, réductions et crédits d'impôt

Ces niches fiscales peuvent prendre différentes formes : déduction, réduction ou encore crédit d'impôt. Retour sur les spécificités de ces différents systèmes. > Les déductions Ce sont des sommes qu'il est possible de déduire de ses revenus, avant le calcul de l'impôt, ce qui permet donc de diminuer l'assiette fiscale. Par exemple, les versements sur un Plan d'épargne populaire (PERP) sont déductibles à hauteur de 10% de votre revenu imposable, dans la limite de 29.625 euros pour 2013. Au-delà de ces outils de défiscalisation, de nombreux ménages bénéficient aussi de déductions de façon "involontaire".

Impôts : le guide des impôts en France.