background preloader

Technologie-et-sante

Facebook Twitter

Un ovaire imprimé en 3D pourrait pallier l’infertilité. Des scientifiques de l’université de Nothwestern, à Chicago, ont implanté un ovaire imprimé en 3D à des souris stériles qui ont mis au monde des bébés en bonne santé.

Un ovaire imprimé en 3D pourrait pallier l’infertilité

Un espoir pour les femmes infertiles ? L’impression 3D semble être la baguette magique des temps modernes. Elle nous fait rêver de Mars, de réparation et semble investir des domaines de l’activité humaine. On le sait, l’impression 3D a bien avancé dans la reconstitution artificielle d’organes humains, notamment pour combattre les maladies. Un pas de plus vient certainement d’être franchi.

Il s’agit donc d’une avancée majeure qui pourrait permettre à des femmes infertiles d’avoir des enfants. GynePunk, les sorcières cyborg de la gynécologie DiY. Située dans les collines à l’Ouest de Barcelone, la communauté Calafou où est né le collectif GynePunk se définit « colonie écoindustrielle postcapitaliste ».

GynePunk, les sorcières cyborg de la gynécologie DiY

Leur environnement ne fait pas rêver : la rivière qui y passe est contaminée, la vieille centrale hydroélectrique génère des champs électriques qui ne sont pas sans effet sur la vie quotidienne. Pourtant, ils ont été nombreux à acheter collectivement ces 28.000 m2 pour y créer 27 appartements. La vie à Calafou se passe en coopérative, avec de nombreux espaces collectifs, un atelier bois, un atelier fonderie et un hackerspace où est installé le biolab Pechblenda. Dildomancie Pechblenda participe au réseau international de biologie DiY open source Hackteria. . « Comment fabriquer des sextoys aux formes plus organiques, plus didactiques ?

Mieux comprendre les frais de santé grâce au service design. À l’occasion de Health 2.0 à Santa Clara, le service design a été mis à l’honneur pour répondre à un défi de grande ampleur : rendre le système d’assurance santé plus intelligible.

Mieux comprendre les frais de santé grâce au service design

Comprendre les mécanismes financiers du système de santé américain peut s’avérer un vértiable casse-tête pour les expatriés comme pour les citoyens américains. D’ailleurs, plus de la moitié des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage mené par TransUnion Healthcare reconnaissent se sentir bien souvent perplexes face à leurs factures médicales. Santé connectée : « De multiples problèmes éthiques se posent » Santé connectée, homme augmenté, progrès techno-médical : Emmanuel Hirsch, directeur de l’Espace de réflexion éthique de la région IDF, en appelle à la réflexion et la retenue.

Santé connectée : « De multiples problèmes éthiques se posent »

Entretien. Emmanuel Hirsch, vous êtes professeur d'éthique médicale à l'université Paris-Sud 11 et également, directeur de l'Espace de réflexion éthique de la région Ile-de-France. Vous êtes intervenu, au mois d’avril, à l’évènement santé 4.0 organisé par l’Institut G9+. Pourquoi vous intéresser au sujet de la santé connectée ? Emmanuel Hirsch : Ce qui m’intéresse n'est pas tant la connexion mais la personne malade, ou la personne qui peut prévenir une maladie et qui est donc en bonne santé. Le fil chirurgical intelligent assure le suivi des sutures. Si le suivi post opératoire des sutures peut être chronophage pour les hôpitaux, l'idée du fil chirurgical qui s'occuperait lui-même de renseigner les médecins de l'avancée de la cicatrisation pourrait être d'une aide précieuse.

Le fil chirurgical intelligent assure le suivi des sutures

D’après l’Organisation mondiale de la santé, 234 millions d’interventions chirurgicales majeures sont pratiquées chaque année. Certaines complications peuvent ensuite se produire parfois. Pour éviter le pire, les patients sont attentivement surveillés. Il reste cependant de voir comment guérit la plaie de l’intérieur. Des chercheurs de la Tufts University (Massachusetts) réfléchissent à la question depuis quelques temps. Les données collectées par les fils chirurgicaux intelligents peuvent être interprétés par smartphone.

En fonction des produits chimiques dont ils sont revêtus, ces fils intelligents peuvent mesurer le pH, la résistance ou encore le glucose. Le patient reprend le contrôle sur ses données médicales. Si le secret médical est un droit primordial assuré par le Code de la santé publique, le droit à la divulgation de son dossier médical doit lui aussi être envisagé.

Le patient reprend le contrôle sur ses données médicales

Avec les allers retours du projet de Loi Santé entre l'Assemblée nationale et le Sénat, le thème est d'une actualité brûlante. Le Sénat propose de divulguer les données médicales, une fois anonymisées dans un fichier public. Les fiches de soins, les feuilles d'hospitalisation et les documents présentant les causes de décès pourraient être concernés. Cela aurait pour but de faciliter la recherche publique ou privée. Au Royaume-Uni, par exemple, les données médicales sont déjà tombées dans le domaine public. [Portrait d’innovateur] Patrycja Wizińska-Socha s'attaque à la grossesse par télémédecine. La créatrice de Pregnabit, une solution télémédicale qui permet aux parents de suivre facilement l’état de santé du fœtus pendant la grossesse, a été désignée Innovateur de l’année 2016 lors de MIT TR35 de Pologne.

[Portrait d’innovateur] Patrycja Wizińska-Socha s'attaque à la grossesse par télémédecine

Un innovateur ? Pour Patrycja Wizińska-Socha, comme souvent pour les innovateurs qui se lancent dans une aventure médicale, c’est une histoire très intime qui l’a lancé : « Il y a six ans, j’ai été le témoin de la tragique histoire de ma voisine enceinte, qui a perdu son bébé à quelques jours du terme. Franck Baudino : « Il ne faut pas confondre e-santé et télémédecine » Le digital peut-il servir au développement d’un cadre médical fiable et normalisé ?

Franck Baudino : « Il ne faut pas confondre e-santé et télémédecine »

Faute de moyens humains, Franck Baudino a imaginé une cabine de téléconsultation où le numérique soutient les médecins et soulage les patients. Dans tous les pays, et pas seulement ceux en voie de développement, il y a des régions où les médecins manquent. Les territoires ruraux et montagneux sont les premiers touchés lorsque les périodes touristiques touchent à leur fin, mais il y a aussi de ces territoires urbains en déshérence, comme certaines communes au nord de Paris, où les médecins s’installent moins.

Le robot MELODY : un pas de plus vers la démocratisation de la télémedecine. A l’heure où de nombreuses régions françaises peinent à attirer du personnel médical spécialisé, les évolutions de la télémédecine permettent à toute une part de la population d’avoir malgré tout accès à des soins de qualité.

Le robot MELODY : un pas de plus vers la démocratisation de la télémedecine

Une première mondiale a eu lieu dans le Limousin fin novembre avec l’étude de faisabilité de la mise en place de la télé-échographie cardiaque à des fins de médecine cardiologique courante. Grâce à la télé-échographie cardiaque, des patients éloignés des centres de soins ou isolés pourront ainsi avoir accès à une surveillance optimale et à un diagnostic rapide de possibles cardiopathies ou insuffisances cardiaques. Le robot MELODY est un bras télécommandé équipé d’une sonde ultra sonore qui fonctionne à l’aide d’un assistant présent aux côtés du patient.

Le robot permet à un cardiologue à distance d’avoir accès sur son écran aux images en temps réel comme s’il était sur place et de diriger la sonde à l’aide d’un joystick. Le contrôle médical en un coup de téléphone. La e-santé dématérialise les rendez-vous médicaux, permettant à chacun d’être suivi à distance…à condition de posséder un smartphone.

Le contrôle médical en un coup de téléphone

SpiroCall supprime ce prérequis avec un service de suivi pulmonaire accessible depuis n’importe quel téléphone. Non, tout le monde ne possède pas un smartphone. Les seniors n’osent pas toujours s’en approcher, les pays défavorisés n’y ont pas forcément accès. Hors, aujourd’hui, de nombreux services passent par le smartphone et ses applications : la e-santé en fait partie. L’hôpital français, fer de lance de l’innovation médicale. Lors de la table ronde L’innovation par le progrès médical qui a eu lieu pendant la Paris Healthcare Week, un bilan a été fait sur les avancées et les retards français dans le domaine de l’innovation médicale. La France peut s’inspirer de l’innovation médicale dans les autres pays européens Comme l’explique Olivier Véran, neurologue hospitalier mais aussi conseiller régional en Auvergne-Rhône-Alpes: “En France, nous ne sommes pas en avance pour proposer des medtech à nos patients.

E-santé : un nouvel écosystème veut ubériser la médecine. Une plateforme de financement participatif, des outils techniques, un accompagnement juridique : plusieurs partenaires s’associent pour lancer HealthShapr et aider médecins et patients à accélérer leurs projets de e-santé. 58% des jeunes médecins estiment que la e-santé aujourd’hui est issue des besoins des professionnels de santé et des patients mais seulement 34% d’entre eux pensent qu’elle est portée par ces mêmes personnes.

C’est ce que révèle une étude réalisée du 7 au 20 janvier 2016 auprès d’un échantillon de 250 lecteurs de What’s Up Doc (un magazine pour les jeunes médecins) et dévoilée lors de la conférence de presse pour le lancement de HealthShapr le 28 janvier. Selon cette étude, seuls 28% des répondants pensent aux professionnels de santé en tant que principaux acteurs de la e-santé dans les 5 ans à venir, 70% citent plutôt les entreprises de technologies médicales. Les objets connectés ne remplaceront pas les médecins ! La reconnaissance vocale cherche sa place dans le secteur hospitalier. Lors de la Paris Healthcare Week qui s’est tenue du 24 au 26 mai 2016 à Paris, l’impact de la reconnaissance vocale sur l’amélioration du parcours de soin a été étudiée.

Olivier Boussekey, directeur des systèmes d’information du groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, raconte: “Nous produisons 190 000 courriers par an. Or nous sommes venus au constat que beaucoup partaient avec du retard. En 2014, nous avons donc décidé de mettre en place la reconnaissance vocale dans notre hôpital pour arriver à terme à un objectif zéro papier.” En plus d’être plus rapide et écologique, cela permet aussi de rendre l’information accessible à tous à tout moment.

Pour atteindre l’objectif zéro papier, trois axes ont été mis en place : le dossier patient informatisé, la messagerie sécurisée et enfin la numérisation des archives. “Aujourd’hui, la reconnaissance vocale est utilisée aussi bien par les internes, les kinésithérapeutes que par la direction générale.” explique Olivier Boussekey. L’hôpital a encore du chemin à faire dans le traitement de la donnée.

L’assurance se met à l’heure des objets connectés. Les objets connectés font désormais partie intégrante du quotidien des français et ce jusque dans leurs contrats d’assurance. L’un des constats majeurs du Hub-TDay Insurance qui a eu lieu à Paris le 12 avril 2016 est que les assurances seront de plus en plus individualisées mais aussi de plus en plus connectées pour laisser de l’autonomie aux assurés. Cela passe évidemment par l’inclusion des objets connectés, chose que les Français semblent particulièrement prêts à entendre puisque selon une enquête de GNResearch, 61% des français sont favorables à l’utilisation d’objets connectés dans le cadre de leur assurance pour une maladie existante.

Ils sont 58% à souhaiter une application leur permettant de gérer leur contrat d’assurance même si pour 89% d’entre eux, garder un contact humain en parallèle reste essentiel. Le « robot-origami », nouvel allié de l’e-santé. Les robots deviennent minuscules et s’avalent comme des médicaments pour soigner les patients de l’intérieur. Un minuscule robot d’un nouveau genre apparaît en e-santé : le robot-origami. Il prend la forme d’un très petit cube accroché à une fine feuille de papier, pliée de façon intelligente.

Le contrôle médical en un coup de téléphone. Dans les zones rurales, le cancer se traite par le froid. Grands groupes et start-up main dans la main pour la e-prévention. Le rachat de la start-up française Withings par Nokia rappelle l’indéniable engouement des grands acteurs du domaine des nouvelles technologies pour la e-santé. Avant Nokia, il y a eu Google, ou plus particulièrement Alphabet, qui a développé sa propre entreprise Verily, spécialisée notamment en prothèses ou encore Calico dédiées, elle, aux sujets de la longévité et des maladies liées à la vieillesse. Santé connectée : « De multiples problèmes éthiques se posent » Les objets connectés de santé n'ont toujours pas de cadre juridique spécifique.

Notion d’éthique, anonymisation… L’usage des objets connectés nécessite encore qu’un travail soit effectué du point de vue réglementaire afin de protéger l’utilisateur et le patient. L'Atelier : Accelerating Innovation. La « smart skin » est un des sujets préférés des chercheurs, notamment en médecine avec les tatouages médicaux. Des chercheurs japonais ont franchi une étape de plus en trouvant le moyen d’intégrer des LEDs sur le derme. Le séquençage ADN en lutte contre les bactéries résistantes. Les bactéries résistantes aux antibiotiques se développent massivement, mettant en péril nos capacités à soigner les infections. Y Combinator : de la prévention au traitement de précision. Doctolib : Prenez rendez-vous en ligne chez un médecin ou un dentiste. Julien Ampollini (SoLocal) : "PagesJaunes veut équiper 10 000 professionnels de santé pour la prise de RDV d'ici la fin de l’année"

Julien Ampollini, directeur du pôle Media de SoLocal Group, décrypte la stratégie du groupe en matière de prises de rendez-vous médicaux. JDN. Le diagnostic assisté est permis par l’intelligence artificielle. Des chercheurs israéliens ont mis au point une solution en deep learning pour faire gagner du temps aux médecins lors de leurs diagnostics. A l’instar de Watson, le robot d’IBM capable de discuter avec un médecin pour le mener vers le bon diagnostic, la solution d’intelligence artificielle imaginée par la professeure Hayit Greenspan assiste le personnel médical dans leur surcharge de travail. A la Faculté d’Ingénierie de Tel Aviv, elle a imaginé une variété d’outils numériques destinés aux radiologues. En lisant une image médicale, l’appareil est capable de déterminer si le patient est en bonne ou en mauvaise santé ainsi que d’émettre un premier diagnostic de sa pathologie.

L’intelligence artificielle aspire à être les yeux du malvoyant. « Remplacé par la machine, le médecin de demain aura le rôle d’un conseiller » Guy Vallancien, chirurgien, prédit, dans son ouvrage « La médecine sans médecin », l’évolution du rôle du médecin vers celui de pilote et conseiller. Les objets connectés de santé n'ont toujours pas de cadre juridique spécifique. SXSW : une médecine de précision certes mais surtout collaborative ! Franck Baudino : « Il ne faut pas confondre e-santé et télémédecine » Manuel d’utilisation. Le corps humain sera le canal d'interaction du futur. Le mini-robot qui assiste les chirurgiens depuis l’intérieur du corps. Quand la santé de précision influe sur les modes de soin. “Le Big Data devrait rendre possible une médecine de précision”

Le cancer se détecte grâce à un stylo. E-santé : un nouvel écosystème veut ubériser la médecine. Données médicales : une forte réticence vis-à-vis des entreprises technologiques. Franck Baudino : « Il ne faut pas confondre e-santé et télémédecine » La rééducation à domicile se fait par gants connectés. Neurosciences : comment notre cerveau réagit-il aux flux numériques ? Les tatouages, ces capteurs à fleur de peau. Données médicales : une forte réticence vis-à-vis des entreprises technologiques. Vers un design de la vie synthétique. L’impression 3D peut désormais créer la vie. Les scanners portables envahissent les assiettes et le quotidien. Les outils d’autodiagnostic sont-ils synonymes de démocratisation des soins ?

Bodyware : santé disruptive. Un gant connecté redonne de la voix à ceux qui n'en ont pas. Quand l’ordinateur quantique révolutionnera la santé. Wellthy, un assistant médical personnalisé pour les malades et leurs familles. Le patient reprend le contrôle sur ses données médicales. Un distributeur connecté prévient les overdoses en dosant les médicaments. Pourquoi les patients doivent-ils posséder leurs... Les hôpitaux veulent démocratiser les Google Glass. Le smartphone ne serait pas pertinent dans le traitement de la dépression. LendMed facilite l'échange d'équipements médicaux entre hôpitaux. Love to Self-Diagnose? Bad Idea, Study Says. Les outils d’autodiagnostic sont-ils synonymes de démocratisation des soins ? E-santé : des sites plébiscités par les jeunes et les personnes en bonne santé. Samsung veut adapter l’écran du futur à la vue du spectateur. Etats-Unis : Le financement des start-up de la santé ne faiblira pas. Autodiagnostic : le smartphone s’improvise ophtalmologue.

Médecins et patients raffolent de l’autodiagnostic… mais s’en inquiètent. Outils d'autodiagnostic médical : utiles uniquement pour les consultations ! La technologie pour mesurer notre santé, vraiment... Nume, Comprendre les résultats d'analyses – User Studio. Dmdpost - Trouvez la meilleure application mobile de santé. Applications de santé (3/3) : et si on devenait sérieux !

Applications de santé (1/3) : que captent les capteurs. Applications de santé (2/3) : bienvenue dans la jungle ! How Smartphone Apps Can Treat Bipolar Disorder and Schizophrenia. La santé connectée pousse plus loin la démocratisation du diagnostic. Imprime-toi toi-même - New Yorker. Apple Health : qui a le pouvoir. L'ENSCI était à Wave for Health dans le Parc de la Villette.

Apple approche les mutuelles pour divulguer nos comportements - Numerama. [Doctor 2.0] “Classer et noter les applications autour de la santé permettrait aux médecins de les prescrire au bon moment.” [mHealthEU] Santé numérique : "Il faut se concentrer sur la valeur ajoutée et savoir qui va payer pour celle-ci" [mHealthEU] Santé connectée: "Nous donnons les outils à l’utilisateur pour qu’il se prenne en charge dans la durée" Un microscope ultra-low-cost en papier pour vaincre le palu. Des maisons de 200m2 imprimées en 3D pour 4 300€ Ce pilulier connecté deviendra votre meilleur compagnon pour ne jamais oublier vos médicaments. Ouverture des données de santé : quels sont les enjeux ? Wearables have a dirty little secret: 50% of users lose interest. Wearable Technology Database. Les caméras plutôt que les objets connectés pour un diagnostic sans contact? Apnée du sommeil: pour être remboursés, les malades devront accepter le télé-flicage...

Nos smartphones vont-ils guider nos pratiques de santé ?