background preloader

Charlie et les autres

Facebook Twitter

Lettre à Riss, aux bons soins d'Internet. Les valeurs de la République. Étudier les mécanismes du complotisme Spicee et Réseau Canopé vous proposent 8 vidéos pour étudier et analyser les mécanismes du complotisme : création d’un complot, déformation de l’information, propagation de théories du complot sur internet… Découvrir les vidéos La nouvelle rubrique Développer l’esprit critique.

Les valeurs de la République

Dieu assassin ? Ceux qui ne sont plus Charlie, et les autres. Dieu assassin ?

Dieu assassin ? Ceux qui ne sont plus Charlie, et les autres

Coupable ? Mais au fait, quel Dieu ? Un Dieu chrétien, ou un Dieu universel ? La Une du numéro de Charlie Hebdo paru cette semaine, un an après l'assassinat de onze personnes à la rédaction du journal par les frères Kouachi, est âprement discutée dans la presse et sur les réseaux sociaux. Le père de Lola Ouzounian, la plus jeune victime du Bataclan, exprime sa colère contre les dirigeants français. “Ma fille est morte au Bataclan le 13 Novembre, elle avait 17 ans.

Le père de Lola Ouzounian, la plus jeune victime du Bataclan, exprime sa colère contre les dirigeants français.

Je n’irai pas à l’hommage qui sera rendu aux victimes à 10h30 aux Invalides parce que je considère que l’État et ses derniers dirigeants en date portent une lourde responsabilité dans ce qui s’est passé. Une politique désastreuse a été menée par la France au Moyen-Orient depuis plusieurs années. Nicolas Sarkozy a largement contribué à la chute du régime de Khadafi en envoyant l’armée française combattre en Libye, en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui interdisaient toute intervention au sol. Or, plusieurs sources affirmaient à l’époque que les Forces Spéciales étaient « en apesanteur » et avaient œuvré sur le terrain. #LibéRacisme : une chronique de Libé jugée sexiste et islamophobe. Le chroniqueur, l'abaya, et le discernement. C'est un type qui prend le métro.

Le chroniqueur, l'abaya, et le discernement

Il y croise une jeune femme en abaya , qui lui inspire pêle-mêle une foudroyante frustration sexuelle, et des terreurs de ceinture d'explosifs. Tout se mélange dans sa tête : sachant qu'il ne pourra jamais la sauter, il tremble qu'elle se fasse sauter dans le wagon (en langage lacanien, niveau première année, ça pourrait se résumer ainsi). Comme il est journaliste à Libération, il écrit tout ceci dans sa chronique. La suite est racontée ici. abaya, by Google images.

Le 13 novembre, le souvenir et le ressentiment. Dans , Daniel Dayan, sémiologue et ancien assistant de Roland Barthes, parlait notamment des cérémonies organisées après les attentats du 13 novembre, des possibles « rituels dotés de félicité ».

Le 13 novembre, le souvenir et le ressentiment

Daniel Schneidermann évoqua alors «des cérémonies de forme inattendue, non conformes », telle celle qui présida à l'ouverture du Petit Journal de Canal + dans l'édition qui suivit le 13 novembre : l'émission de cette semaine Des noms, une litanie de noms ou plus exactement de prénoms suivis de mentions d'âges, ceux des victimes qui étaient alors connues en ce lundi 16 novembre.

Lire à haute voix les noms des victimes possède une force qui n'est en rien comparable à la lecture de noms sur un monument aux morts. Etat d'urgence : la presse noyée sous les perquisitions. "Radicalisation de l'islam" ou "islamisation de la radicalité" ? (O. Roy, A. Bertho) Deux chercheurs aux objets d'étude différents, deux conclusions quasiment similaires.

"Radicalisation de l'islam" ou "islamisation de la radicalité" ? (O. Roy, A. Bertho)

Dans une tribune publiée par Le Monde, le politiste spécialiste de l'islam Olivier Roy estime que le djihadisme salafiste n'est pas la conséquence d'une "radicalisation de l’islam", mais d'une "islamisation de la radicalité", dans un contexte où l'islam est devenu l'une des dernières offres politiques disponibles "sur le marché de la révolte radicale". Urgence : ralentir. Depuis près de deux semaines, que fait-on ?

Urgence : ralentir

On agit. C'est à dire qu'on bombarde les monstres, on perquisitionne les restaurants halal, on interdit les manifs, on contrôle la presse, et puis finalement non, et on court de Washington à Moscou pour organiser une grande coalition, malencontreusement mise à mal par un chasseur turc. Ah, on pavoise, aussi.

On sort les drapeaux. Attentats : "Chez moi, la télé ne s'arrêtait pas" Comment des élèves de cinquième ont-ils suivi et perçu les attentats du 13 novembre ?

Attentats : "Chez moi, la télé ne s'arrêtait pas"

Ont-ils regardé les chaînes d'info continue ? Suivi les événements sur les réseaux sociaux ? En ont-ils parlé à leurs parents ? Quelles images ont-ils vues ? Terrorisme. Suivre les informations en boucle nuit à la santé. Les personnes connectées en permanence aux actualités sur les attentats de Beyrouth et Paris des 12 et 13 novembre risquent de lourdes conséquences pour leur santé mentale.

Terrorisme. Suivre les informations en boucle nuit à la santé

“Pensez à prendre soin de vous et de ceux qui vous entourent”, insiste Tara Haelle, journaliste spécialisée en médecine et santé, dans le magazine Forbes. Car le “stress dû aux informations sur des catastrophes peut avoir un impact négatif très important sur la santé mentale et émotionnelle, et les effets peuvent durer plus longtemps que les gens ne l’imaginent”, explique-t-elle. “Les survivants, les témoins et les premières personnes à intervenir lors de tels événements [comme les attentats de Paris le 13 novembre ou ceux de Beyrouth la veille] souffrent souvent de stress post-traumatique – ce qui implique l’impression de revivre les événements en flash-back ou en rêve ; un bouleversement émotionnel sévère ou des réactions physiques à des rappels de l’événement”, détaille CBS News.

“Ça aurait pu m’arriver” Les rats du Daily Mail. C'est un tweet qui le signale, le dessin de ce jour du Daily Mail compare les migrants à des rats.

Les rats du Daily Mail

Il reprend ainsi l'iconographie antisémite en vigueur dans les années 30. A Beyrouth : « Pourquoi Facebook n’a pas créé de bouton “Safety check” pour nous » ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant) « Et nous ? » Ces deux mots tout simples résument la réaction de nombreux habitants du monde arabe, face à l’émotion planétaire suscitée par les tueries de Paris. Passé la stupeur et l’effroi, ressentis de façon quasi unanime, un sentiment d’amertume a très vite percé sur les réseaux sociaux au Proche-Orient. Au Liban par exemple, des commentaires, relayés sur la Toile des dizaines de milliers de fois, ont déploré le fait que l’attentat commis à Bourj El-Barajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth, qui a fait 43 morts jeudi 12 novembre, n’ait pas déclenché la même réprobation internationale que les attaques commises vingt-quatre heures plus tard à Paris. Attaques : en CP, "sur 26 élèves, 20 n'étaient au courant de rien"

Ce ne sont pas seulement des parents, qui se sont demandé comment expliquer à des enfants de six ans ce qui s'est passé à Paris le 13 novembre 2015. Une professeure des écoles en CP (et @sinaute de longue date) raconte comment elle avait préparé sa journée du lundi 16 novembre, où elle a retrouvé sa classe pour la première fois après les attaques qui ont fait au moins 129 morts. Elle n'avait cependant pas prévu une chose : que l'immense majorité de ses élèves semblait n'être au courant de rien. Si j'avais un blog, ce soir je publierais un billet d'humeur. De mauvaise humeur. Enfin, d'humeur épuisée qui ferait mieux d'aller dormir mais qui ne trouvera pas le sommeil tant que ça tournera dans la tête. Journée éprouvante. La presse et la passoire. Clemi Montpellier - Site pédagogique du CLEMI, Académie de Montpellier.

Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique. Migrants terroristes ? France Inter modifie un titre et un sous-titre deux mois plus tard. Les attentats à Paris révèlent les limites de Daesh. Photo FLORENCE, Italie — Comme l’a déclaré le Président François Hollande, la France est bien en guerre contre Daesh.

Vos guerres, nos morts. Laïcité et cohésion sociale : 5 fiches pour comprendre l’après Charlie : Millenaire 3, Société. Le dessinateur syrien Akram Raslan mort sous la torture. Le dessinateur syrien Akram Raslan avait été arrêté en octobre 2012 parce qu'il avait réalisé un dessin disant : « Votez pour Assad, sinon nous brûlerons le pays. » Le 21 septembre, le Gulf Center for Human Rights annonçait que Raslan était décédé en 2013 à la suite des tortures subies. Riss, Plantu : contournement et soumission.

> Cliquez sur l'image pour un gros plan < Iran : douze ans de prison pour une caricaturiste. Charlie : la direction publie les montants des dons et recettes. Opération transparence. Mgen saint-etienne. Luz, Ginette, et les Kouachi. Charlie Hebdo : petites blagues entre survivants. "Il faut tuer Zineb El Rhazoui" : une journaliste de Charlie menacée sur Twitter. Non, le "testament" de Charb n'est pas une notice Ikea. Demain, où tout commence... Le prof, la loi et le Coran. Charlie "crapules" : mutation d'office pour le prof de Poitiers. Le yaourt de la colère. Charlie Hebdo, obsédé par l'islam ? (Le Monde) Charlie : 1,6 million d'euros de dividendes pour Val ? (BFM Business) Charlie, résurrection. L'après Charlie : défis, et tensions dans la rédaction (Le Monde) Le 1 hebdo - Charlie Blues à Dakar... Petite revue de presse autour du drame de Charlie Hebdo… Ahmed, 8 ans, entendu par la police : aux sources d'un emballement.

Attentats de Paris, l'onde de choc (Le Monde diplomatique, février 2015) Mahomet : le créateur de Black Mirror moque les médias GB. Faites exploser la France : j'ai vu l'épisode 2. Itw croisée Hamé / Lilian Thuram (Nouvel Obs 29 janvier) Les empêcheurs de rire. « Charlie », la laïcité et la bicyclette. En 1909 déjà : Je suis Delannoy.

En 1909 déjà : Je suis Delannoy. Quand les Chinois rient jaune. La Rumeur : « Ce qui s’est passé va décupler notre besoin de créer » Libé, Le Monde, et les têtes de hareng. De Pellerin à Grace Jones, des images dans l'image... Responsables, jusqu'au bout... Charlie : "Ces petits dessins n'ont rien à voir avec le prophète" Neel.jpg (JPEG Image, 800 × 1131 pixels) - Scaled (88%) De « Charlie » à Dieudonné, jusqu'où va la liberté d'expression ? Mes élèves, un drame et des mots. Abdallah de Jordanie, le pape, et quelques malentendus. La revue Jésuite "Etudes" retire les caricatures de Charlie.

Après les tueries à Paris (Le Monde diplomatique, 15 janvier 2015) Peut-on ne pas croire ?, par Jacques Bouveresse (Le Monde diplomatique, février 2007) Mourir pour des dessins. Coïncidence : vers une abrogation du délit de blasphème en Alsace-Moselle. Aux fossoyeurs de tous bords - Comité de rédaction d'Article11.

Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran. Charlie à tout prix. D'étranges défenseurs de la liberté de la presse à la manifestation pour « Charlie Hebdo.