background preloader

Traces

Facebook Twitter

Si on laissait tomber Facebook ? – Framablog. "Des données sans personne: le fétichisme de la donnée à caractère personnel à l'épreuve de l'idéologie des Big Data" by Antoinette Rouvroy. Merzeau AtelierCritique biblio.

Ce document vient de Louise Merzeau. C'est une bibliographie pdf sur le sujet des traces accessible à merzeau.net/wp-content/uploads/2017/01/Merzeau-AtelierCritique-biblio.pdf – richardpeirano

Qu’est-ce donc qu’une trace, et quelle est sa fonction épistémologique ? État des lieux. 1Est-il possible que la lecture de traces ne soit pas seulement le reste archaïque d’une « connaissance sauvage », les balbutiements de la métaphysique, le stade d’une herméneutique sans texte ?

Qu’est-ce donc qu’une trace, et quelle est sa fonction épistémologique ? État des lieux

Est-il possible que cette lecture ne soit pas seulement une forme première et instinctive de grammaires symboliques, mais qu’elle se rencontre dans toutes les pratiques où entrent en jeu les signes, la connaissance et l’interprétation ? La lecture des traces est-elle une pratique du savoir qui ne s’emploie pas seulement dans les sciences humaines, mais aussi dans les sciences naturelles, et qui s’avère par ailleurs être un exemple de la manière dont les pratiques quotidiennes et les processus scientifiques se rejoignent ? 2Mais de quelle manière la lecture de traces peut-elle être différenciée de la lecture d’un texte ?

Sur la piste du pistage – Framablog. Ce que révèle notre historique de navigation - barbadata. Le collectif berlinois Tactical Technology et le Share Lab ont étudié l'historique de navigation d'un journaliste Suisse afin d'évaluer ce que ces meta-données révèle de nos vies.

Ce que révèle notre historique de navigation - barbadata

On découvre ainsi dans un article vertigineux, la reconstruction des moindres aspects du quotidien de ce journaliste volontaire, qui restera heureusement anonyme pour les besoins de ce projet. Après avoir d'abord inféré les intentions, besoins et préférences de leur cobaye, les data scientists ont réussi à modéliser ses habitudes et ses opinions personnelles. Bien que nécessitant une expertise en data mining, toutes les techniques utilisées dans le cadre de ce projet peuvent très facilement employées par des entreprises privées ou des institutions gouvernementales.

As websites Mr J visits contain a lot of trackers, small bits of data used for collecting behavioural information of users, the experiment also showed which companies extract the most data on Mr J. Oubliez le pachydermique Adblock Plus, uBlock Origin est arrivé ! Vous reprendrez bien un peu de pub ?

Oubliez le pachydermique Adblock Plus, uBlock Origin est arrivé !

Un petit nouveau qui se prénomme « uBlock Origin » est venu chambouler le cercle très fermé des bloqueurs de publicités, ce challenger que je teste depuis maintenant quelques semaines va vous faire oublier Adblock, Adblock Plus et même Adblock Edge. Petit historique dans le monde merveilleux des Adblockers : Adblock Edge, l’adblocker que j’utilisais encore jusqu’à peu est un fork d’Adblock Plus, (un peu) moins gourmand en ressources, il permettait également de se dissocier de la politique obscurantiste de la société éditrice d’Adblock Plus : Eyeo. Celle-ci avait créé la polémique avec une liste de publicités acceptables, liste activée par défaut sous prétexte de défendre le modèle publicitaire des publicités non-intrusives, en réalité un racket organisé auprès des régies publicitaires des géants du net.

Ce qu’Amazon, Snapchat et Pinterest font des données personnelles. Une équipe de chercheurs à Harvard cartographie les transferts de données personnelles par des entreprises.

Ce qu’Amazon, Snapchat et Pinterest font des données personnelles

Un moyen de participer à leur protection. L’open data devient la norme. De plus en plus de pays suivent l’exemple de Taiwan et mettent à disposition, sans restriction, les données gouvernementales. A l’inverse les citoyens s’inquiètent de la diffusion de leurs données personnelles et ne sont pas prêts à les partager à n’importe quelles conditions ou avec n’importe quelle entreprise. C’est la raison pour laquelle des chercheurs de l’université américaine Harvard ont pour projet de cartographier les organisations qui utilisent des données personnelles, parfois sans permission.

Chaque visite d’un site internet, utilisation d’un badge ou recherche sur Google laisse des traces. Les applications populaires pour smartphone comme Amazon, Pinterest, Snapchat, Facebook ou encore Youtube partagent ou vendent certaines données personnelles. 110 d’entre elles ont été étudiées. Big Brother. Tout ce que Google sait de vous. Comment faire prendre conscience aux jeunes qu’Internet est à la fois un formidable outil pour la connaissance et la communication et un endroit où il faut aussi veiller en permanence à préserver la confidentialité de ce que l’on y fait.

Big Brother. Tout ce que Google sait de vous

Les géants d’Internet sont de vrais aspirateurs à données. Google est un excellent exemple. Le géant de la recherche sur le Web offre de formidables services à tous les internautes. Tracer mon ombre numérique : Outils en ligne pour gérer ses données personnelles et privées. Tracer mon ombre numérique : c’est le nom d’un site et d’un outil en ligne gratuit et non intrusif pour découvrir les traces que vos laissez sur Internet et connaître divers moyens de les réduire.

Tracer mon ombre numérique : Outils en ligne pour gérer ses données personnelles et privées

Ce projet a été développé par Tactical Technology, organisation à but non lucratif créé en 2003 et basée à Berlin qui propose des outils pratiques notamment en matière de respect des données personnelles et de la vie privée, de confidentialité de l’information… Ceci avec la volonté d’un nécessaire recul critique par rapport au numérique au sens large. Comment gérer concrètement son empreinte numérique Le site Tracer mon ombre numérique propose de découvrir les « ombres numériques » utilisées au quotidien (traces laissées en ligne) et fournit les moyens de changer et/ou réduire les informations et données confidentielles déposées en ligne.

Internet et Médias Sociaux. Les chiffres 2016 donnent le vertige. C’est une valse des chiffres vertigineuse à laquelle nous convie l’agence Novius qui vient de publier un petit film d’animation centralisant et mettant en scène les derniers chiffres consacrés à Internet et aux réseaux sociaux.

Internet et Médias Sociaux. Les chiffres 2016 donnent le vertige

Une sacré valse des chiffres qui va vous faire tourner la tête si vous n’y prenez garde. Les auteurs ont compilé une somme considérable de chiffres sur les usages du Web et des médias sociaux puis les ont scénarisés dans une vidéo d’un peu moins de 5 minutes. Qu’ils soient ici remerciés, le film offre en effet un tableau de bord très complet des données disponibles sur le sujet. En 2015 : 3,2 milliards d’individus connectés à Internet dans le monde dont 2,2 milliards connectés aux réseaux sociaux. 32 millions d’utilisateurs de Facebook en France don une bonne moitié qui s’y connecte chaque jour. À retenir aussi des chiffres impressionnants quant à la poussée des utilisateurs mobiles. Qui des algorithmes ou des clients seront nos nouveaux patrons. L’année dernière, la société hongkongaise Deep Knowledge Venture a nommé un algorithme à son conseil d’administration, rapportait notamment le Huffington Post.

Qui des algorithmes ou des clients seront nos nouveaux patrons

L’algorithme, développé par Aging analytics, avait pour mission d’analyser les résultats prévisionnels des sociétés dans laquelle la société d’investissement en capital risque envisageait d’investir. Cette préfiguration du nouveau rôle des données dans la prise de décision va-t-elle aller encore plus loin ? Les robots ne nous volent pas notre travail, ils deviennent nos patrons ! Plate-forme d'expérimentation en humanités numériques, réseaux sociaux, Twitter, influence sur le web et visualisation de données. Petites et grandes histoires de l’algorithme de Facebook. L’algorithme de Facebook se penche sur vous, et non sur le contenu comme le fait Google.

Petites et grandes histoires de l’algorithme de Facebook

La mission est très noble : vous proposer le meilleur de ce que publient vos amis en fonction de ce que vous êtes. Il ne s'agit pas du meilleur dans l’absolu, comme peut le faire un moteur qui classe les sites avec des critères objectifs de succès, comme le nombre de visites, de liens vers ce site ou la rapidité de chargement. Avec des critères personnalisés en fonction de votre usage de la plateforme, de vos réactions aux contenus et de celles de vos amis, Facebook sait par exemple qu'en fin de journée vous êtes plus enclins à regarder des vidéos débiles, tandis que le matin vous êtes à peu près concentré à cliquer sur des liens vers des articles.

Petites et grandes histoires de l’algorithme de Facebook. L’algorithme de Facebook se penche sur vous, et non sur le contenu comme le fait Google. Trois plates-formes numériques parmi les cinq premiers pays du monde.

Fonctionnement technique internet