background preloader

Harcelement

Facebook Twitter

Face au harcèlement scolaire, des méthodes qui marchent. Face au harcèlement, des méthodes de sensibilisation et d'intervention existent. Il est ainsi possible de s'appuyer sur le groupe pour désamorcer une situation, ou d'amener le harceleur à se soucier de sa victime. © shootingankauf – Fotolia En France, 10% des élèves se disent harcelés. Alors que des collégiens ont interpellé les candidats à l’élection présidentielle, des méthodes inspirantes de prévention et d’intervention ont déjà été expérimentées dans certains établissements. Sensibiliser le groupe pour désamorcer le harcèlement Bertrand Gardette, co-fondateur de l’APHEE (association pour la prévention du harcèlement entre élèves) et CPE au lycée Lafayette de Clermont-Ferrand, développe depuis 15 ans une méthode de sensibilisation du groupe, dont l’objectif est de désamorcer le plus tôt possible les cas de harcèlement scolaire.

“Il existe une relation triangulaire entre la victime, l’agresseur et le reste de la classe. Prévenir pour briser l’omerta « Créer un climat de paix » Fabien Soyez. J'ai survécu au harcèlement scolaire — Bonjour, nous sommes un groupe d'étudiants... Qui sommes-nous ? Association Noelanie - Accueil - Association Noélanie: aide aux victimes de violences scolaires. Accueil. Accueil. Accueil. Accueil. Une méthode pour traiter les cas de harcèlement: La méthode de la préoccupation commune ou méthode Pikas Le site officiel de la méthode Pikas (en anglais) Une présentation en fançais de la méthode sur un site canadien Un article d'Anatol Pikas (en anglais) Présentation de la méthode Pikas par Jean-Pierre Bellon et la réponse de la ministre de l'éducation (France 2, Infrarouge, 10 janvier 2015)

Documentation 2 Atelier AB. Après son suicide, ils rendent public le journal intime de leur fille victime de harcèlement scolaire. Les violences sexistes et sexuelles en ligne, une fatalité pour les adolescents. Insultes, rumeurs, diffusion de photos intimes… Une étude décrit les réalités du « cybersexisme » chez les jeunes, dont les filles sont les principales victimes. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Une adolescente sur cinq a déjà été insultée en ligne sur son apparence physique. C’est l’un des multiples constats d’une étude publiée mardi 27 septembre sur le « cybersexisme » chez les 12-15 ans. Coordonnée par le Centre francilien pour l’égalité hommes-femmes Hubertine Auclert, réalisée par l’Observatoire universitaire international éducation et prévention, cette étude se concentre sur « les violences déployées via Internet et les réseaux sociaux sous forme d’insultes, de harcèlement, d’humiliation, de rumeurs… Qui ont la particularité de réduire les filles à leur apparence physique.

Elles visent à contrôler leur sexualité et survaloriser la virilité et la sexualité des garçons. » Lire aussi : Un blog encourageant le harcèlement de rue suscite l’indignation Règles implicites. "La peur doit changer de camp" : agressée dans la rue, elle témoigne. Il y a quelques jours, une jeune femme a été victime d'une agression dans une rue de Toulouse. Elle a tenu à prendre la parole via les réseaux sociaux pour raconter ce qu'elle a vécu et exprimer toute la colère qu'elle a en elle. « Mardi soir. 23h30. Quartier St Michel à Toulouse. Je reviens d'un chouette concert, la vie est belle je vais m'acheter du chocolat pour fêter ça. Je sors de l'épicerie de nuit, je suis seule dans la rue. » Ainsi débute la lettre ouverte rédigée par Prisca Boh sur sa page Facebook dans la soirée du 22 septembre.

C'est alors que l'un d'entre eux la frappe au visage. "Je suis à bout" Elle poursuit : « Ça va faire maintenant presque 25 ans que je subis ces saloperies en tous genres: agressions verbales, humiliations multiples, harcèlement sexuel, moral, de rue ou au travail, violences physiques, viol. Toutes concernées Le harcèlement de rue est un fléau, malheureusement banalisé, qui concerne toutes les femmes.