background preloader

L'affaire Petrobras en Suisse

Facebook Twitter

Des articles de la Tribune de Genève

Brésil: L'argent caché en Suisse payera des retraités. Au bord de la faillite, l'Etat de Rio de Janeiro a pu payer le treizième mois d'une partie de ses fonctionnaires retraités grâce à la récupération de fonds détournés par l'ancien gouverneur Sergio Cabral. Celui-ci avait été gouverneur de l'État de Rio de 2007 à 2014. Au total, 254,7 millions de réaux (environ 82 millions de francs) ont été versés à 147'000 anciens fonctionnaires de l'Etat touchant une retraite inférieure ou égale à 3200 réaux par mois, ont annoncé les autorités brésiliennes.

Cela concerne 58% des fonctionnaires retraités ou inactifs, qui touchent par exemple des pensions d'invalidité. «C'est la première fois qu'autant d'argent est restitué aux coffres publics en si peu de temps», s'est félicité le procureur régional de Rio. Comptes en Suisse Cet argent était sur des comptes en Suisse au nom de ces deux personnes, mais provenait directement de fonds détournés par Sergio Cabral et deux de ses proches collaborateurs, Wilson Carlos et Carlos Miranda.

Créé: 22.03.2017, 07h36. Brésil: Ancien banquier suisse de la banque BSI inculpé. Le Ministère public brésilien a inculpé un ancien banquier de la banque tessinoise BSI, entre-temps reprise par EFG International. Il accuse le double national suisse et espagnol de blanchiment d'argent issu de pots-de-vin, en lien avec le scandale Petrobras. Le conseiller en placement de 39 ans aurait «occulté et dissimulé» la nature, l'origine et les mouvements de plus de 21,7 millions de dollars (21,2 millions de francs) dans le cadre de l'acquisition de droits pétroliers au Bénin.

Arrêté le 27 novembre à l'aéroport de São Paulo, où il arrivait depuis la Suisse, il se trouve actuellement en détention préventive à Curitiba. Curitiba est le centre des enquêtes dénommées «Lava Jato» (Lavage Express ou «Carwash»). Cette opération tentaculaire a mis au jour en 2014 un vaste réseau de corruption impliquant entreprises et partis politiques autour de la compagnie pétrolière publique Petrobras.

Dissimulé à BSI EFG prend ses distances Créé: 20.12.2017, 12h28 Votre avis. Corruption: Affaire Petrobras: une banque suisse visée. Jusqu'ici, une seule banque suisse est visée par une procédure pénale dans l'affaire de corruption à grande échelle au Brésil, dite Petrobras, mais d'autres établissements helvétiques pourraient être concernés, a indiqué ce vendredi le patron du Ministère public de la Confédération (MPC). Il s'agit d'observer une procédure minutieuse, a-t-il ajouté. Le premier des procureurs s'exprimait devant la presse à l'occasion de la publication du rapport d'activités 2017.

Les banques ont d'excellents avocats et il ne faudrait pas échouer pour des questions formelles. L'autorité fédérale a ouvert plus de 100 procédures pénales en lien avec la firme brésilienne. Elle a en outre bloqué plus d'un milliard de francs. Deux cents millions ont été restitués au Brésil. D'innombrables personnalités du monde économique et politique sont impliquées dans ce scandale de corruption qui touche l'entreprise pétrolière contrôlée par l'Etat. Poursuite possible contre Sonko Créé: 20.04.2018, 13h46 Votre avis. Corruption: Petrobras: plusieurs multinationales impliquées. Les entreprises Glencore, Trafigura et Vitol auraient conclu des transactions avec la compagnie pétrolière Petrobras, selon une enquête de Public Eye et de l'ONG Global Witness. Le scandale de corruption a déjà éclaboussé la place financière helvétique.

L'enquête révèle que le géant zougois des matières premières Glencore et le géant genevois du négoce pétrolier Vitol auraient versé, directement ou indirectement, des commissions à des intermédiaires soupçonnés d'avoir donné des pots-de-vin à l'un des anciens directeurs de la compagnie pétrolière nationale. Trafigura aurait négocié un contrat pétrolier avec Petrobras. L'affaire n'a pas abouti. Aucune preuve Les trois entreprises nient avoir pris part à toute malversation, indique Public Eye dans son communiqué. L'entreprise zougoise a communiqué à Keystone-ATS que «les affirmations de l'enquête se basent sur des spéculations» et les conclusions sont limitées par manque d'informations claires.

Personnalités impliquées Créé: 09.11.2018, 14h29. Brésil: Affaire Petrobras: la justice suisse sollicite une aide internationale - News Économie: Argent & finances. La plus grande enquête jamais réalisée par le Ministère public de la Confédération (MPC) avance. L'instance policière et judiciaire fédérale a procédé dans le cadre de l'affaire Petrobras à des demandes d'entraide judiciaires auprès des Pays-Bas, du Liechtenstein et de Panama. La Suisse - surtout Genève - est une pièce si centrale pour le blanchiment de l'argent sale brésilien qu'une «joint investigation team» entre les justices helvétique et brésilienne a été mise en place. Une gigantesque affaire de corruption impliquant la multinationale Petrobras, de nombreuses autres sociétés et des politiciens de haut rang ternit la réputation du Brésil. Si Dilma Rousseff n’est pas impliquée directement dans ce scandale, des dirigeants de son parti le sont jusqu’au cou.

Comme ceux d’autres partis, d’ailleurs. «Watergate puissance dix» Depuis que la justice brésilienne a lancé son enquête en mars 2014, il ne se passe pas un mois sans qu'une importante arrestation ne soit annoncée. Odebrecht? Enquête antiblanchiment: Perquisition attendue dans le scandale Petrobras. Le procureur général du Brésil a demandé à la Suisse de perquisitionner la maison et les bureaux d’un résident genevois impliqué dans une vaste affaire de corruption en lien avec la société d’Etat brésilienne Petrobras. Selon nos informations, le Ministère public de la Confédération (MPC) a reçu cette demande. Depuis l’an dernier, la Suisse est apparue au centre d’un gigantesque scandale de corruption partant du Brésil et qui pourrait s’avérer être le plus important de l’histoire de la nation sud-américaine.

De nombreux cadres de Petrobras et des politiciens de haut rang auraient touché des sommes importantes, par le biais de pots-de-vin liés à des contrats entre le groupe pétrolier d’Etat et des sociétés tierces. Une partie de cet argent a été versée dans des banques suisses, selon des témoins repentis. Le Suisso-Brésilien B.F. aurait de son côté servi d’intermédiaire entre les agents corrompus de Petrobras et les banquiers helvétiques. Blanchiment d'argent: La Suisse libère 120 millions de dollars pour le Brésil - News Économie: Argent & finances. La Suisse est au cœur du plus grand scandale de l'histoire de corruption au Brésil, celui qui touche la société d'Etat Petrobras. C'est en tout cas ce qui ressort d'un communiqué publié cet après-midi par le Ministère public de la Confédération (MPC). La justice helvétique annonce avoir reçu une soixantaine de communications du Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (MROS) et ouvert pas moins de neuf enquêtes pénales pour soupçon de blanchiment d'argent en rapport avec des faits de corruption dans le cadre de l'affaire Petrobras.

Les procédures visent huit ressortissants brésiliens, et une neuvième est ouverte contre inconnu. Trente banques suisses Le MPC dit avoir libéré plus de 120 millions de dollars, ce qui représente une partie des avoirs bloqués en Suisse aux fins de rapatriement au Brésil. Ils seront transférés à l'intention des lésés, précise le communiqué. Quelque 400 millions de dollars de valeurs patrimoniales ont été bloqués en Suisse par le MPC. Soupçons de blanchiment: Des banques genevoises liées à l’affaire Petrobras. Le vaste scandale de corruption impliquant, au Brésil, des politiciens et la multinationale Petrobras a des ramifications en Suisse.

Les deux principaux témoins repentis dans cette affaire – l’ex-directeur du géant pétrolier Paulo Roberto Costa et Pedro Barusco, un ancien gérant de la compagnie – ont avoué à la justice brésilienne avoir largement recouru aux banques helvétiques. Le premier aurait fait ouvrir un compte au sein de l’institution zurichoise Julius Baer, sur lequel il aurait déposé 5,6 millions de dollars, largement issus de pots-de-vin. L’ancien directeur de Petrobras dit avoir sollicité les services d’un citoyen suisso-brésilien, aujourd’hui recherché par la police brésilienne et, selon les informations de la Tribune de Genève, caché à Genève. Pedro Barusco a reconnu pour sa part – des aveux par la suite repris dans la presse brésilienne – avoir déposé 21,6 millions de dollars au sein de la maison Safra Sarasin et 14 millions de dollars chez Lombard Odier. Corruption: Traqué au Brésil, caché à Genève. Il est Suisso-Brésilien, il est recherché par la police fédérale brésilienne et, depuis peu, il réside avec son épouse à Genève.

Dans un – ou deux – appartement d’une discrète maison située au bord du Rhône, au cœur de Genève. B. F. est une pièce centrale d’un gigantesque scandale de corruption au Brésil, le plus important qu’a connu le pays dans toute son histoire, selon les médias locaux. Le groupe pétrolier Petrobras, la plus grosse entreprise sud-américaine avant cette affaire, est impliqué jusqu’au cou. Des centaines de firmes partenaires et des politiciens des trois partis de la coalition gouvernementale sont aussi concernés. Même Dilma Rousseff n’est pas épargnée: la présidente du Brésil a en effet également présidé le conseil d’administration de Petrobras au moment des faits.

Dénoncé au pays Le scandale a été révélé aux autorités par un nombre croissant de personnes impliquées depuis que l’ex-directeur de Petrobras Paulo Roberto Costa est passé aux aveux en septembre dernier. B.