background preloader

Environnement de Lorina

Facebook Twitter

Le Marche des Boissons Rafraichissantes. Dominique Reiniche BFM - Good Morning Business - 03/04/2013 Stéphane Soumier Dominique Reiniche est avec nous.

Le Marche des Boissons Rafraichissantes

Présidente Europe de The Coca-Cola Company. C'est comme ça qu'on dit ? Stéphane Soumier … Il faut que je dise un mot. … Le magazine Fortune vous considère comme une des 50 femmes d'affaires les plus puissantes du monde aujourd'hui, Madame Reiniche. Dominique Reiniche Oui, ils parlent d'influence. … Moi, je le prends comme un compliment pour l'entreprise aussi que je représente et toutes les équipes.

Stéphane Soumier Je trouve ahurissant que la France entière ne le sache pas. … Non, mais sérieusement, on parlait de la façon dont on regarde l'entreprise, dont on finance l'entreprise. … C'est à peu près 15 milliards et demi d'euros, c'est ça ? Dominique Reiniche Oui, pour l'heure et pour l'ensemble de l'Europe. Stéphane Soumier 140 marques, cette diversité du groupe Coca-Cola, je ne l'imaginais pas, Madame Reiniche. Stéphane Soumier 1919, Coca-Cola ! Stéphane Soumier Dernier point. Entrez dans la tendance. Retour l'Article | l'E-MAG L’année 2013 s’est révélée mouvementée pour l’univers des BRSA (boissons rafraîchissantes sans alcool), entre une météo défavorable et les répercussions de la taxe sodas.

Entrez dans la tendance

En effet, 2 ans après avoir été appliquée, cette loi a clairement rompu la dynamique de croissance du secteur, entraînant une baisse des volumes de 2,2%, tous segments confondus (Etude « Impact de la taxe sur les boissons rafraîchissantes » – instituts Symphony IRI et Kantar Worldpanel, 2013). Néanmoins, 2014 s’annonce sous de meilleurs auspices puisqu’après une Coupe du Monde ayant boosté les ventes de softs drinks (selon une étude menée par l’institut Nielsen, 23% des sondés ont déclaré consommer des BRSA en regardant les matchs) et avec l’arrivée des beaux jours, les clients recherchent fraîcheur, équilibre et plaisir.

La chaleur fait grimper les ventes et affole le marché L’été, les ventes de boissons sans alcool en terrasse grimpent sensiblement (au-dessus de 21°C, la consommation de sodas. Entrez dans la tendance. Retour Entrez dans la tendance Les Boissons Rafraîchissantes sans alcool (BRSA), haut en couleurs !

Entrez dans la tendance

Avec une météo morose qui a pénalisé les ventes, les taxes sur les sodas, les tensions sur les prix des matières premières, les producteurs de Boissons Rafraîchissantes Sans Alcool (BRSA) qualifient l’année 2012 d’inédite, tant les difficultés ont été nombreuses. Pour cette année, ils cherchent donc à redonner des couleurs au marché à grands coups d’innovations, que ce soit en termes de packagings, de nouvelles recettes ou de campagnes publicitaires. Des enjeux de taille s’annoncent pour ces acteurs, d’autant plus qu’ils doivent également s’ancrer dans une logique de développement durable. Depuis la réforme Fillon, instaurée le 1er janvier 2012, visant à la création d’une taxe sur les boissons sucrées et « light » pour raison de santé publique, la catégorie a perdu les faveurs des clients.

Les fruits ont un succès fou ! Lancement de Volvic au jus, à base de concentré et de sucre. Le PNNS c’est quoi ? Le casse-tête du nouvel étiquetage alimentaire - Emballage. LSA a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés LSA.fr.

Le casse-tête du nouvel étiquetage alimentaire - Emballage

Découvrez nos offres d’abonnement La révolution est en marche dans le monde alimentaire. À partir du 13 décembre 2014, le règlement Inco (Information des consommateurs), relatif à l’étiquetage, entre en application dans tous les pays européens pour tous les produits alimentaires, emballés ou non, fabriqués à partir de cette date. Pour ceux produits avant, industriels et distributeurs auront jusqu’à 2016 pour se plier aux nouvelles normes. Travail minutieux Objectif de Bruxelles : harmoniser, au niveau européen, les données nutritionnelles et informatives des produits avec un référentiel commun, et garantir plus de transparence et d’informations aux consommateurs. Les industriels en retard Si les multinationales œuvrent depuis 2011 à ce nouveau règlement, pour les PME et TPE, le travail n’est pas le même à fournir.

Encore du flou De nouvelles contraintes.