LE MONDE | • Mis à jour le | Par Eric Fottorino La politique est l'art de marier le courage et le temps, le devoir de courage avec les exigences du temps. Une fois de plus, la contestation massive du projet de réforme des retraites illustre combien la France reste un pays très conservateur, arc-bouté au statu quo et aux droits acquis, l'Histoire servant de paravent au réel. Contrairement à ce qu'il veut laisser croire, le chef de l'Etat ne fait pas preuve d'un volontarisme hors pair en s'attaquant au régime des retraites. La réforme, la méthode et les idées fausses La réforme, la méthode et les idées fausses
Fillon répond à la gauche sur les retraites - une vidéo Actu et Politique
Il est au moins un dirigeant en France pour lequel le droit à la retraite ne se discute pas : M. Henri Proglio. Ayant « cotisé pendant trente-huit ans dans l’entreprise, il est normal de bénéficier d’une retraite », a t-il expliqué pour justifier le million d’euros annuel de retraite chapeau (1) qu’il devrait recevoir à partir de cette année… à soixante ans et demi (il est né le 29 juin 1949). De son côté, Veolia — qui lui versera cette coquette somme — précise que « l’ensemble des retraites perçues par Henri Proglio est limité à 50 % de sa rémunération brute au cours des trois derniers exercices » (Les Echos, 4 février 2010). Rappelons que, dans le privé, la loi commune — que M. Retraites, idées fausses et vrais enjeux Retraites, idées fausses et vrais enjeux
Des intellectuels et des économistes de gauche dénoncent la réfo Des intellectuels et des économistes de gauche dénoncent la réfo LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvia Zappi Aquelques jours de la remise du rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR), l'association Attac et la Fondation Copernic rendent public un appel, mercredi 7 avril, à la Bourse du travail de Paris. Quelque 370 personnalités issues de la gauche syndicale, politique, associative mais aussi des milieux des économistes et des sociologues, y dénoncent "le coup fatal au système de retraites par répartition" et appellent à "une vaste mobilisation citoyenne" pour défendre une autre voie.

Retraites : la réforme rêvée de Nicolas et Guillaume Sarkozy | R

Retraites : la réforme rêvée de Nicolas et Guillaume Sarkozy | R Nicolas Sarkozy et Guillaume Sarkozy (Philippe Wojazer et Charles Platiau /Reuters) Connaissez-vous Guillaume Sarkozy ? C’est un des frères de Nicolas. C’est aussi le DG d’un groupe d’assurance. Il y a quelques années, Guillaume dirigeait une entreprise de textile. Mais il s’est reconverti dans l’assurance santé et l’assurance retraite.
L'idée intuitive selon laquelle un chômeur va prendre la place de chaque retraité qui quitte le marché du travail est totalement erronée car elle repose sur une hypothèse fausse. On attend souvent dire que le départ en retraite d'un salarié libère une place sur le marché de l'emploi. Or ceci n'est le cas que sous l'hypothèse qu'on peut remplacer un salarié âgé par un salarié plus jeune sans que cela n'ait la moindre incidence sur la production. Dans notre jargon, on dirait que les "jeunes" et les "seniors" sont substituables. Les départs en retraite ne font PAS baisser le chômage Les départs en retraite ne font PAS baisser le chômage
Vous voulez savoir ce qui risque d'arriver pour votre retraite ? Un sujet redevenu d'actualité en ce mois d'août avec les menaces qui se confirment sur la remise en cause des avantages familiaux accusés de coûter cher aux caisses de retraite. Retouvez ci-contre à droite dans notre rubrique "sur le même sujet" toutes les dernières informations, les réactions, les commentaires et les différentes hypothèses sur ce dossier. Retraite : ce qui risque de changer pour vous Retraite : ce qui risque de changer pour vous
Les retraites. Déplacer le débat Les retraites. Déplacer le débat L’affaire semble entendue et ne pas souffrir de débat : il y a un problème des retraites. Un problème démographique, d’abord : avec le passage d’un actif pour un retraité à un pour deux d’ici cinquante ans, la question ne serait « ni de droite ni de gauche, mais arithmétique », comme dit Mme Parisot. Un problème comptable, ensuite : les déficits actuels et surtout prévus seraient tels qu’il faudrait dans l’urgence « sauver le régime par répartition » en réduisant ses prestations, à « compléter » par de la capitalisation.
« Peu réalistes », pour « faire peur »… les prévisions du COR su Bernard Thibault estime que les prévisions alarmistes du Conseil d’orientation des retraites sur les besoins de financement du système sont « aléatoires ». Le Medef les critique aussi et se dit « troublé ». Les prévisions du COR laissent sceptique. Selon un document de travail du Conseil d'orientation des retraites (COR), le besoin de financement annuel du système de retraite à l'horizon 2050 varierait dans une fourchette de 72 à 115 milliards d'euros, en fonction des hypothèses économiques. « Faire des propositions pour 2050, ce n'est pas sérieux, c'est Nostradamus », estime Jean-Claude Mailly. « Peu réalistes », pour « faire peur »… les prévisions du COR su
Ils sont de retour ! La meute de 2005, l’année du référendum sur la constitution européenne s’est reformée à propos des retraites. D’un côté tous les biens pensants avec leurs arguments en béton armé en faveur de la « seule politique possible », la stupéfaction à peine feinte en face de qui tient tête, et la raillerie au bord des lèvres pour qui n’est pas d’accord. UNE GROTESQUE CAMPAGNE D’AFFOLEMENT UNE GROTESQUE CAMPAGNE D’AFFOLEMENT
Woerth, Mélenchon et la retraite des fonctionnaires : qui a rais Woerth, Mélenchon et la retraite des fonctionnaires : qui a rais Jean-Luc Mélenchon met en avant l’impossibilité d’aligner le calcul des retraites des fonctionnaires sur le privé. « Ce n’est pas le sujet », répond Eric Woerth. Public Sénat a interrogé des économistes : s’il est possible de baser le calcul sur 25 ans pour les salaires, c’est la prise en compte des primes qui pose problème. Parmi les multiples points de la réforme des retraites, l’un s’annonce particulièrement coton : l’éventuel alignement du mode de calcul des retraites des fonctionnaires sur celui du privé. Le tonitruant président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a mis les pieds dans le plan en affirmant mardi sur RTL qu'il était impossible de changer ce mode de calcul, car faute d'équipement informatique, on ne peut remonter au-delà des six derniers mois de salaire.
1) Pourquoi une réforme maintenant? La dernière en date -la loi Fillon d'août 2003, entrée en vigueur le 1er janvier 2004- prévoyait des mises au point tous les quatre ans : il s'agissait d'ajuster les paramètres de la réforme en fonction de l'évolution économique et démographique constatée. En 2008, ce rendez-vous a bien eu lieu, confirmant la nécessité de l'allongement de la durée de cotisation de 40 à 41 ans. Un rendez-vous technique était prévu pour 2010. C'est cette simple rencontre que Nicolas Sarkozy a transformée en échéance politique majeure : le 22 juin, s'adressant -pour la première fois- au Parlement réuni à Versailles, le président de la République annonce que "2010 sera un rendez-vous capital. Il faudra que tout soit mis sur la table: l'âge de la retraite, la durée de cotisation, la pénibilité". La réforme des retraites en six questions - LExpress.fr
Travailler jusqu'à 70 ans ? Selon le Conseil d'orientation des retraites, qui doit présenter et adopter son rapport jeudi 15 avril, il faudrait reculer d'au moins dix ans l'âge moyen de départ à la retraite d'ici à 2050 pour garantir l'équilibre du système. Le Radiozapping, chaque jour à midi, tout ce qu'il ne fallait pas rater des matinales radio. Sources : RTL, France Info, RMC, France Inter Abonnez-vous au Monde.fr : 6 € par mois + 1 mois offert
Le député européen, président du Parti de gauche, répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie mardi matin. Ecouter aussi :- La concertation sur la réforme des retraites a commencé¿- Y aura-t-il des hausses d'impôts pour financer les retraites ? Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Jean-Luc Mélenchon. Jean-Luc Mélenchon : Bonjour. Pour essayer de trouver une base commune entre dialogues ce matin, on peut évoquer ensemble un problème financier pour les régimes des retraites, on évoque un déficit d'environ 15 milliards d'euros d'ici cinq ans. Jean-Luc Mélenchon : "Avec moi, les riches paieront pour les ret
Un vaccin contre le COR médiatique (Mélenchon) - une vidéo Actu
Les retraites. Déplacer le débat
Huit petites minutes pour contrebalancer le temps de parole présidentiel, répondre à Nicolas Sarkozy, invité lundi soir du JT de TF1 et d’une soirée spéciale face à onze Français sélectionnés par la chaîne... Et expliquer sa position sur les retraites, après les cafouillages de la semaine dernière. Devant le défi, Martine Aubry, interviewée à son tour par Laurence Ferrari, a mis le pied sur l’accélérateur, corrige le tir sur la réforme des retraites, donc, enchaîne les contre-propositions sur les indemnités chômage, la relance, caresse dans le sens du poil ces Français «énergiques, convaincants, qui ont plein de projets», soutient les salariés de Total à Dunkerque, maintient que le PS peut gagner les 22 régions métropolitaines en mars et esquive, évidemment, la question de sa candidature en 2012. Retraite à 60 ans: Aubry ne fléchit pas, elle constate - Libérat
Pourquoi les Français ne veulent pas travailler plus longtemps - Le politiste Bruno Palier dresse un panorama de la situation du système des retraites français. Il met en évidence les enjeux d’une réforme en termes de réduction des inégalités et expose les conditions d’une stratégie économique qui constitue, selon lui, la seule véritable réforme des retraites. A l’opposé, les exemples anglo-saxons illustrent la nécessité d’une régulation de l’épargne aujourd’hui encouragée fiscalement.
Réforme des retraites : des désaccords sur le calendrier - RETRA
unnamed pearl
unnamed pearl
Rapport du COR : alarmant, oui, alarmiste non !
La société française à l’épreuve de la réforme des retraites - L
Retraites : une dramaturgie française
Retraites et vieillissement - Les essais - Publications - Fondat
Retraites (10/41) : le débat 2010
Pourquoi les Français ne veulent pas travailler plus longtemps -
Les retraites, la non-révolution de Martine Aubry | slate
Régimes spéciaux: la réforme des retraites ratée de Sarkozy | sl
Retraites : tensions entre Sarkozy et Fillon
Mélenchon : "la grève fait souffrir" - Europe1.fr - L'interview de Jean-Pierre Elkabbach
Retraites: et si le référendum était la meilleure des armes?
Réforme des retraites: un débat bouclé bouche cousue
Projet du gouvernement

Retraites : nos propositions