Nadine Morano, triomphe du vide

Facebook Twitter

Nadine Morano - La polémique casquette verlan musulman - une vid. Morano veut que les jeunes musulmans français "ne parlent pas ve. La secrétaire d'Etat chargée de la Famille et de la Solidarité Nadine Morano (UMP) a livré lundi 14 décembre sa définition du jeune musulman idéal.

Morano veut que les jeunes musulmans français "ne parlent pas ve

"Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c'est qu'il aime son pays, c'est qu'il trouve un travail, c'est qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers", a-t-elle expliqué lors d'un débat sur l'identité nationale à Charmes, dans les Vosges. Une phrase "sortie de son contexte", a-t-elle plaidé mardi, face à la polémique déclenchée par ses propos. Côté PS, Benoît Hamon a estimé que les propos de Nadine Morano "confirment le regard caricatural de plusieurs membres du gouvernement sur la jeunesse de ce pays, avec des amalgames invraisemblables sur les jeunes musulmans". Pour Nadine Morano, le "jeune musulman" ne doit pas parler verla. Home_theme © © France Info - Radio France Nadine Morano a-t-elle extrait la “substantifique moëlle”, comme dirait Rabelais, du débat sur l'identité nationale ?

Pour Nadine Morano, le "jeune musulman" ne doit pas parler verla

En tout cas, la secrétaire d'Etat chargée de la Famille et de la Solidarité a livré le fond de sa pensée hier, lors d'un des nombreux débats organisés un peu partout en France. A la question d'un jeune homme qui l'interrogeait sur la compatibilité de l'Islam avec la République, Nadine Morano a répondu : “Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c'est qu'il aime son pays, c'est qu'il trouve un travail, c'est qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers”. Flash actu : Morano : propos ''très graves'' (Hamon)

Benoît Hamon, porte-parole du PS, a qualifié de "consternants" et "très graves" les propos de la secrétaire d'Etat chargée de la Famille, Nadine Morano, sur les jeunes musulmans. "C'est très grave, parce que cela confirme le regard caricatural de plusieurs membres du gouvernement sur la jeunesse de ce pays, avec des amalgames invraisemblables sur les jeunes musulmans qui seraient suspectés de ne pas chercher du travail et à qui on prête désormais un uniforme - la casquette à l'envers - et le fait de ne pas parler un français correct, puisqu'ils ne parleraient qu'en verlan", a déclaré M. Hamon. Bertrand Simon: @Mancioday Ca c'est du lou... George Kaplan: La preuve que Morano a ra... Pierre DREULLE: Et en rébus, Mme Morano, o... L'Humour de Droite: Ziva Morano, c'est quoi un... La France, tu portes ta casquette à l'endroit ou tu la quittes ! Couverture tauromachique de Formes Vives Éditorial de Lapin Blanc, consultant en retards divers et guide dans Alice au pays des merveilles « A la poursuite d’O.

La France, tu portes ta casquette à l'endroit ou tu la quittes !

R. », portrait d’un marchand sommeil, par Jean-Baptiste Bernard Dessin d’Hector de la Vallée. Morano se justifie après sa bourde sur le jeune musulman et le v. Amalgame sans complexe ou phrase sortie de son contexte?

Morano se justifie après sa bourde sur le jeune musulman et le v

Invitée hier d’un débat sur l’identité nationale, Nadine Morano a semblé vouloir tirer l’oreille du jeune musulman français. Et a demandé «qu’il aime son pays, qu’il trouve un travail, qu’il ne parle pas verlan, qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers», alors qu’un jeune homme l’avait interrogé sur la compatibilité de l’islam avec la République. Et après avoir veillé à préciser: «On ne fait pas le procès d’un jeune musulman. Sa situation, moi je la respecte.» Morano dérape ? La faute au "contexte", bien sûr. A chaque saillie polémique ou presque, les ténors politiques dégainent la même excuse pour rétropédaler : « Cette phrase a été sortie de son contexte. » Plus la polémique est vive, plus la saillie est xénophobe, plus la réponse est automatique.

Morano dérape ? La faute au "contexte", bien sûr

Prenez Nadine Morano. Depuis lundi soir, sa sortie en direct d’un débat sur l’identité nationale dans les Vosges fait polémique. Morano réclame "des excuses" de l'AFP: justifié? - LePost.fr. Identité nationale 16/12/2009 à 09h27 - mis à jour le 16/12/2009 à 12h59 | vues | réactions Critiquée par l'opposition, à l'UMP et sur le Web pour les propos controversés qu'elle a tenus lundi soir, lors d'un débat sur l'identité nationale, Nadine Morano a répondu ce mercredi sur Europe 1.

Morano réclame "des excuses" de l'AFP: justifié? - LePost.fr

(Source: Europe1.fr) Qu'a-t-elle dit pour sa défense? Monsieur Raoult, je suis arabe mais pas née en banlieue. A propos d’une petite phrase qui en dit long sur les a priori qui sous-tendent le débat sur l’identité nationale.

Monsieur Raoult, je suis arabe mais pas née en banlieue

Eric Raoult lors du débat sur l’identité nationale au Raincy, le 16 décembre (Audrey Cerdan/Ru89) Mardi soir, je suis au Raincy (Seine-Saint-Denis) pour couvrir le débat sur l’identité nationale organisé par Eric Raoult. Sans voile, ni casquette à l’envers. Un représentant du culte musulman prend la défense de Mme Morano. Morano: les démineurs Sabeg et Amara entrent en action. «J’assume ».

Morano: les démineurs Sabeg et Amara entrent en action

Nadine Morano, à la manière d’un Eric Besson, a parfaitement joué son rôle de ministre provocateur ce matin sur Europe 1 . Les mots qu’elle a prononcés lundi à Charmes dans les Vosges lors d’un débat local sur l’identité nationale, elle les « assume ». Malgré la polémique qu’ils suscitent. Mariani préfère "deux ou trois dérapages à un FN à 20%" Tout va bien !

Mariani préfère "deux ou trois dérapages à un FN à 20%"

En réalité, toutes ces saillies qui semblent partir en vrille -Christian Estrosi qui explique qu’un débat sur l’identité nationale n’aurait pas été de trop dans l’Allemagne nazie, Nadine Morano qui fustige les casquettes (musulmanes) à l’envers, Eric Raoult qui assimile arabes et quartiers, Frédéric Lefebvre qui rêve d’envoyer les Afghans vers les champs de bataille de leur pays... Tout ceci, sachez-le, est sous contrôle.