#FIN
La magouille des micro partis explique [NWS] D+ 260910 :: Видео на RuTube -
Micro-partis, maxi-fric Micro-partis, maxi-fric Mais à quoi sert donc l'Association de soutien à l'action d'Eric Woerth, ce micro-parti domicilié à Senlis (Oise) et dont l'association de financement a été agréée en 2008 ? A aider le maire de Chantilly dans ses campagnes locales en Picardie. Tel était donc le sens du chèque de 7500 euros versé par Liliane Bettencourt en mars 2010, comme l'a révélé Le Nouvel Observateur. En 2008, le micro-parti d'Eric Woerth affichait un excédent de 44 126 euros, selon les chiffres publiés par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).
Financement de la vie politique : quelles sont les règles ? : iP Sept ans de tâtonnements, entre 1988 et 1995, ont été nécessaires pour parvenir à un régime juridique stable de financement des campagnes électorales et des partis politiques. Plafonnement des dépenses électorales, remboursement des frais de campagne, aide budgétaire publique aux partis politiques : autant de progrès destinés à faire de la France une "démocratie irréprochable". Si les soupçons à l'encontre d'Éric Woerth sont confirmés, il s'agirait donc d'un retour aux années 1980-2000, dont l'atmosphère politique avait été empoisonnée par les "affaires". Financement de la vie politique : quelles sont les règles ? : iP
Trésoriers : tous sur la sellette, actualité Politique : Le Point Trésoriers : tous sur la sellette, actualité Politique : Le Point Tous les grands argentiers des partis politiques ont, ces dernières années, eu maille à partir avec la justice. Du PS au RPR, des centristes aux communistes, à l'exception du Front national, les trésoriers de ces grandes formations ont eu à répondre d'affaires de financements occultes. Henri Emmanuelli est, à ce jour, le seul, et donc le premier, dont la condamnation soit définitive, après le rejet de son pourvoi par la Cour de cassation. Revue des trésoriers actuellement sous le feu des juges.
Le financement des partis politiques : ce que dit la loi - LeMon Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Judith Duportail Liliane Bettencourt a-t-elle versé 150 000 euros en liquide à l'UMP pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy ? "Evidemment pas", répond Eric Woerth, alors trésorier de campagne. Confirmés ou pas, les soupçons à l'égard de l'UMP relancent le débat sur le financement des partis politiques. Le financement des partis politiques : ce que dit la loi - LeMon
"Il n'y a aucun contrôle de fond sur les dépenses des partis" "Il n'y a aucun contrôle de fond sur les dépenses des partis" « L’important, c’est que ce soit transparent », a dit François Fillon à propos du financement de la vie politique. Niches fiscales des micropartis, pas de véritable contrôle des dépenses des partis... Le système est seulement « assez transparent », nuance le président de la CNCCFP, l’organisme chargé de contrôler le financement de la vie politique. François Fillon l’a dit lundi lors de son passage en Nouvelle-Calédonie, en guise de réponse aux derniers rebondissements de l’affaire Bettencourt-Woerth :
Le Woerthgate permet de lever un coin du voile sur le “système U Le Woerthgate permet de lever un coin du voile sur le “système U L’affaire Woerth/Bettencourt fait l’objet de nombreux rebondissements. Le dernier en date a révélé l’existence d’un parti confidentiel, « l’association de soutien a l’action d’Eric Woerth » domiciliée dans l’Oise. Ce parti de poche, - comme l’a qualifié Mediapart à l’origine de cette information – qui ne compte aucun adhérent, vit de la générosité de quelques donateurs, dont, a-t-on appris par le NouvelObs, celle de Madame Bettencourt, qui a versé la somme de €7 500 (soit le plafond maximum fixé par la loi) à ce micro-parti entièrement dévoué au soutien à l’action de Mr Woerth au niveau local. On apprend - toujours selon Mediapart - qu’il existe des mouvements de fonds importants entre le parti d’Eric Woerth et le parti de la majorité présidentielle.
Affaire Woerth - Régis Juanico «stupéfait de la méconnaissance f Régis Juanico, trésorier du Parti socialiste a répondu aux questions du journal Libération sur le travail d'un trésorier au sein d'un parti politique afin de limiter les contre-vérités de certains ministres (Christian Estrosi et François Baroin) sur «les règles et les lois qui encadrent la vie des partis politiques». Régis Juanico s'est dit «stupéfait» de la «méconnaissance fondamentale» des deux ministres. En ce qui concerne les ressources, le trésorier du PS a rappelé «qu'aucun trésorier de parti n'encaisse les chèques de dons, c'est le trésorier de l'Association de financement qui a ce rôle et aussi celui d'émettre les reçus fiscaux». «La fonction principale du trésorier tient dans la gestion d'un budget et son suivi, la façon dont on va dépenser les ressources» a également mentionné Régis Juanico. Affaire Woerth - Régis Juanico «stupéfait de la méconnaissance f
La fausse révélation des micro-partis La fausse révélation des micro-partis De retour ce week-end d'une semaine à l'étranger, je m'aperçois avec étonnement que la polémique autour de ce que l'on appelle désormais les micro-partis n'est pas retombée, bien au contraire. D'une part, tout journaliste politique connaît la publication annuelle des comptes des partis politiques par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Même si j'avoue honteusement que, personnellement, j'ai manqué sur ce point de rigueur : autrefois, je me procurais et je lisais chaque année la liste des partis et groupements politiques afin de suivre les créations de partis ou de clubs puis de mesurer leur vitalité. Mais, depuis que ces rapports sont en ligne sur le site de la CNCCFP (donc disponibles pour tous à tout moment), j'ai bêtement relâché cette surveillance (je suis ainsi passé à côté de la création par Laurent Wauquiez de Nouvel Oxygène)...
Financement politique: trucs, astuces et limites de la commissio
Comment les partis politiques se financent Comment les partis politiques se financent Dans la mémoire collective, le patronyme de Woerth viendra-t-il s'ajouter aux noms de Luchaire, Urba, Gifco, Casetta? Associés à de lourds scandales politico-financiers, ces derniers ont rythmé la vie publique hexagonale durant des décennies. En 1988, pour tenter de mettre un terme au cycle des «affaires», la France s'était alors dotée d'un arsenal juridique, peaufiné ensuite par touches successives, afin de régenter le financement des partis et des campagnes électorales.
Chasse au(x) trésor(iers) politique(s) | slate Chasse au(x) trésor(iers) politique(s) | slate L'affaire Bettencourt, devenue depuis l'affaire Woerth/Bettencourt, pose la question de la compatibilité entre la fonction de ministre du Budget et celle de trésorier de parti. Plus largement, elle a braqué une nouvelle fois les projecteurs sur ce rôle et sur le financement des partis politiques en France. Quoique déjà citée dans des scandales politico-financiers importants, la fonction de trésorier recouvre des réalités très différentes. Un trésorier n'est ni un comptable, ni un impétueux aventurier. C'est une fonction politique qui poursuit un but politique: récolter de l'argent pour remporter les élections.
Les conditions de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy sont à nouveau au centre de l'affaire Bettencourt. L'hebdomadaire Marianne révèle dans son édition du samedi 24 juillet un nouvel élément renforçant les soupçons de financement illégal de cette campagne de 2007. Selon l'hebdomadaire, la banque Dexia a refusé, en décembre 2006, à Liliane Bettencourt un retrait de 500.000 euros en espèces. Argent liquide, rendez-vous: la campagne de Sarkozy revient au centre de l’affaire
Voilà le genre d'information qui étonnera toujours. Elle ne vient pas d'un journal d'extrême-gauche, mais du magazine Le Point. De deux choses l'une, soit l'hebdomadaire écrit n'importe quoi, soit Laurent Wauquiez n'a vraiment pas le sens du timing. L'histoire se passe le 28 juin dernier selon l'hebdomadaire. Alors que l'affaire Woerth bat son plein, le secrétaire d'Etat à l'emploi se trouve ce jour-là à Londres. En pleine affaire Woerth, Laurent Wauquiez s'est rendu à Londres notamment pour chercher des fonds pour son propre parti politique
Financements

Les partis de poche français ressemblent à leur modèle américain Si l'on en croit le titre de l'ouvrage du journaliste Greg Palast, la démocratie américaine est probablement la meilleure qui puisse s'acheter: «The best democracy money can buy». Ce qualificatif peu amène est dû bien entendu à l'envahissement de l'argent privé qui gangrène la politique américaine à tous les étages: armée de lobbyistes campant dans les allées du pouvoir à Washington, publicité télévisée peu réglementée, montant total des donations privées illimité lors des campagnes électorales... Barack Obama a battu tous les records en 2008 en refusant le financement public et en ramassant près de 750 millions de dollars pour se faire élire. A contrario, après les dérives des années 1980 ...
les "micro-partis" politiques : Point presse 19 juillet 2010 - une vidéo Actu et Politique
L'argent de l’UMP au cœur du scandale Par arrêt du 4 juillet 2013 de la cour d’appel de Versailles, nous avons été contraints de retirer de notre site tous les articles citant les enregistrements Bettencourt, sous peine de 10 000 euros par infraction constatée et par jour de retard. Nous avons contesté cette décision devant la cour de cassation. Ci-dessous un extrait du jugement de Versailles:
Par arrêt du 4 juillet 2013 de la cour d’appel de Versailles, nous avons été contraints de retirer de notre site tous les articles citant les enregistrements Bettencourt, sous peine de 10 000 euros par infraction constatée et par jour de retard. Nous avons contesté cette décision devant la cour de cassation. Ci-dessous un extrait du jugement de Versailles: La cour, Nicolas Sarkozy a aussi son parti de poche, financé par Liliane Bettencourt
Cartographie des micro-partis politiques
PS et UMP : des relations financières différentes avec les "micro-partis"
Micropartis : qui finance qui à droite
Micropartis : qui finance qui à gauche
Micro-partis : la droite compte 123 partis et micro-partis
Financement politique : l'exemple de Debout la République
Désirs d'avenir, un statut à part
[2010] Les "partis de poche"