Convoi Gaza

Facebook Twitter

Flotille, Moyen-Orient… Ben, c’est pas simple. C’est même… compliqué. Et j’ai un mal fou à savoir si ce sont les israéliens les gentils ou si ce sont les palestiniens. D’ailleurs, y’a pas qu’ israélien. Ippon. L'opération israélienne contre la "flottille" pro-palestinienne fait beaucoup de vagues.

Ippon

Et il y a de quoi : une dizaine de morts... Le sujet étant ultra sensible, on assiste à des lectures manichéennes, chacun prétend être le gentil et accusant l'autre d'être l'agresseur. La réalité est sans doute plus compliquée. Officiellement, cette flottille venait apporter de l'aide humanitaire. C'est la couverture officielle, car en fait, il s'agit d'une vaste opération de propagande politique. Convoi pour Gaza : ne l'ont-ils pas cherché ? : L'Hérétique (Dém. Bon, je me demande si je ne devrais pas fermer les commentaires sur mon blogue par mesure de prophylaxie.

Convoi pour Gaza : ne l'ont-ils pas cherché ? : L'Hérétique (Dém

Je lis la presse et constate une condamnation unanime ou presque d'Israël après que ce dernier ait intercepté une flotille qui s'apprêtait à aborder à Gaza en passant par ses eaux territoriales. Je constate également un usage disproportionné de conditionnels dans les compte-rendus et les titres si bien que je trouve qu'il n'y a pas moyen d'y voir clair, les déclarations les plus fantaisistes circulant dans la sphère médiatique. Je constate aussi que l'on présente la flotille comme un groupe de doux pacifistes, ce qui est totalement faux : il y a là une organisation notoirement anti-israélienne avec des militants du Hamas qui ont juré la destruction d'Israël. Entre deux lignes, on apprend également qu'Israël avait averti que Tsahal ne laisserait pas passer les bateaux, et que les "pacifistes" n'en sont pas à leur coup d'essai.

Tout petit diable (mais diable tout de même) Flottille « humanitaire » ou pas, Israël ne mérite pas l'indignité maximale qui lui est faite.

Tout petit diable (mais diable tout de même)

Il mérite pourtant d'être remis à sa place. Si Israël est vraiment, comme on le rabâche constamment, le protégé d'un puissant appareil médiatique, il ferait bien de changer de prestataire : manifestement, son agence de RP n'entend rien à la gestion de crise. Car si je veux bien, moi-même, faire l'immense effort de croire que c'est en « se défendant » de barbus armés de matraques et de couteaux que les commandos israéliens ont fait dix morts et plusieurs dizaines de blessés lors de l'arraisonnement d'une flottille « humanitaire » en route pour Gaza, je me rends compte de la vacuité de l'alibi. Une "provocation politique" à l'origine du raid, selon Israël. L’assaut contre la flottille humanitaire pour Gaza a provoqué un échange très vif au parlement israélien mercredi, où une élue arabe d’Israël, qui se trouvait à bord d’un des navires, a été accusée de « trahison » par ses collègues de droite.

Une "provocation politique" à l'origine du raid, selon Israël

Toute l’actualité sur cet assaut et ses suites suivie et commentée heure par heure. 18h20. L’arraisonnement du navire turc lundi a provoqué un débat houleux à la Knesset, le parlement israélien, mercredi, lorsque des députés ont pris à partie Hanin Zoabi, une élue arabo-israélienne membre du parti Balad, qui se trouvait à bord de la flottille humanitaire à destination de Gaza, et qui a pris la parole pour dénoncer un acte de « piraterie » d’Israël. Selon le récit du site du quotidien Haaretz, elle s’est attirée une violente répartie de plusieurs élus de droite, dont l’une, Miki Regev, membre du Likoud du Premier ministre Benyamin Netanyahou, qui lui a lancé, en arabe : Peu de sympathie en Israël pour la "flotte de la liberté" vers G. Des Palestiniens s’apprêtent à accueillir la « Flotte de la liberté » devant le port de Gaza (Ibraheem Abu Mustafa/Reuters) Neuf navires partis de divers pays, dont l’Irlande, la Turquie et la Grèce, s’apprêtent à converger dimanche vers la bande de Gaza dans le but de briser le blocus maritime israélien.

Peu de sympathie en Israël pour la "flotte de la liberté" vers G

La « Flotte de la liberté », le nom choisi, emmène quelque 750 militants, ainsi que des diplomates et des journalistes, et des milliers de tonnes de ravitaillement. Israël a juré d’empêcher les bateaux d’accoster à Gaza, proposant à la place d’acheminer l’aide par ses propres postes-frontières après avoir opéré des contrôles de sécurité. International : «L'opération visait à dénoncer le bl. Israël gagne la bataille navale en se tirant une balle dans le p.

L’opération d’un commando israélien contre un navire humanitaire à destination de Gaza risque fort d’être l’une des plus importantes débâcles de relations publiques d’Israël.

Israël gagne la bataille navale en se tirant une balle dans le p

Et de peser lourdement sur le climat diplomatique autour d’un règlement au Proche-Orient. Le choix de l’Etat hébreu d’envoyer un commando pour intercepter ce convoi de navires chargés d’aide humanitaire et de militants pro-palestiniens portait en lui le risque d’un affrontement frontal et donc de victimes. Pourtant, si l’opération « Flotte de la liberté » pour Gaza était un chiffon rouge agité face à Israël, il ne menaçait que très marginalement sa sécurité et pouvait certainement être géré différemment.

Israël a pris le risque d’alimenter l’hostilité internationale. «Flottille de la paix»: questions sur un fiasco militaire. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou devra répondre à toutes les questions sur les imperfections d'une opération qui a été bâclée, donc ratée, avec toutes les conséquences diplomatiques et militaires qui vont en découler.

«Flottille de la paix»: questions sur un fiasco militaire

Les dirigeants militaires et politiques qui ont décidé en son absence de lancer l'opération contre la «flottille de la paix» vont devoir notamment s'expliquer et se justifier sur une opération qui s'est conclu par la mort de plusieurs personnes à bord d'un des six navires, le Mavi Marmara. Car vu d'Israël, ce fiasco est une nouvelle illustration de l'impréparation de son armée. Le mode opératoire des commandos de. Le déroulement de l'opération israélienne laisse les observateurs perplexes.

Le mode opératoire des commandos de

Les Sayeret 13 sont une force d'élite de l'armée israélienne, l'équivalent des commandos marines français ou des Navy Seals américains. La crème de la crème dans les forces spéciales, des hommes ultraentraînés, dotés d'un mental d'acier et spécialisés dans les interventions délicates. Ont-ils commis des erreurs lorsqu'ils ont débarqué de deux hélicoptères en se laissant glisser le long de cordes lisses sur pont du Mavi Marmara ? Selon un expert membre des forces spéciales françaises, la dimension juridique a été ignorée, puisque l'assaut a été donné à 80 milles nautiques des côtes israéliennes. «En général, une telle intervention n'est jamais lancée à plus de 12 milles nautiques de la terre car on est alors dans les eaux internationales et la convention des Nations unies du droit de la mer interdit ce type d'action. Gaza: les consequences de l'assaut meurtrier - De Bagdad à Jérus.

On avait fini par oublier cette règle non écrite dans les relations entre Israéliens et Palestiniens : à chaque fois qu’une lueur d’espoir se fait jour, un drame vient aussitôt l’étouffer.

Gaza: les consequences de l'assaut meurtrier - De Bagdad à Jérus

En 1995, ce fut l’attentat commis par un juif extrémiste contre Yitzhak Rabin, et dans les années qui suivirent les attaques terroristes du Hamas dans l’Etat hébreu. Aujourd’hui, c’est l’assaut meurtrier israélien contre des civils au large de Gaza, qui condamne à l’échec les négociations indirectes que les deux camps avaient, finalement, accepté de reprendre. Certes, nul ne se faisait d’illusions sur leur résultat, mais « l’illusion de l’action diplomatique » était-elle, au moins, entretenue. L’écran de fumée a désormais disparu.

On voit mal la partie palestinienne accepter de se remettre prochainement autour d’une table pour négocier avec Israël. Close-Up Footage of Mavi Marmara Passengers Attacking IDF Soldie. Flottille vers Gaza : ce que contenait le cargo. Grâce à Ayman Mohyeldin, correspondant à Gaza pour Al-Jazeera, on sait désormais que ce que contenait le navire qui menaçait la sécurité d’Israël.

Flottille vers Gaza : ce que contenait le cargo

Entres autres, Pikachu le pokémon. Ayman Mohyeldin, journaliste et correspondant à Gaza pour Al-Jazeera, a publié sur son compte Facebook quelques photos qu’il a prises du matériel que transportait le dangereux navire qui menaçait la sécurité d’Israël. Les valeureux soldats de Tsahal ont pu éviter que ces armes de destruction massive n’entrent en Terre promise.

Les officiels israéliens ont eu à cœur de les montrer à la presse. Flotille. Flottille.