background preloader

A qui profite le débat ?

Facebook Twitter

Identité nationale : débat sur la poursuite des débats - LeMonde. Politique : Identité : la moitié des Français dit st. Alors que la question de l'identité nationale hérisse l'opposition et agite une partie de la droite, un sondage indique lundi que 50% des Français souhaitent la suspension ou l'arrêt pur et simple du débat, contre 31% qui veulent la poursuite des discussions.

Politique : Identité : la moitié des Français dit st

Faut-il arrêter le débat sur l'identité nationale ? C'est l'avis d'une majorité de Français, selon un sondage CSA pour Le Parisien lundi. D'après cette enquête, 29% veulent un «arrêt» de l'initiative lancée par Eric Besson et 21% une «suspension» temporaire, contre 34% qui souhaitent continuer à débattre. Politique : Identité : la moitié des Français dit st. Charlie Hebdo. L'odyssée identitaire d'Eric Besson. Récupéré par le FN. Marine Le Pen à Evian en 2008 (Audrey Cerdan/Rue89).

Récupéré par le FN

En bon soldat de Nicolas Sarkozy, Eric Besson martèle sa haine du Front national, tout en multipliant les appels du pied aux sympathisants frontistes. Le débat sur l’identité nationale est fait pour ça. Lancé à cinq mois des régionales, il est stratégique : l’objectif est de combattre les triangulaires de second tour avec l’UMP et le FN, traditionnellement favorables à la gauche. Débat sur l'identité nationale : le vrai bilan et la carte des r. Contrairement à ce qu’a déclaré Besson, les débats locaux ont souvent dérapé ou se sont concentrés sur l’islam et l’immigration.

Débat sur l'identité nationale : le vrai bilan et la carte des r

Eric Besson présente sa première synthèse du débat sur l’identité nationale (Charles Platiau/Reuters) A agiter le chiffon rouge de l’immigration, le gouvernement est parvenu à libérer une xénophobie qu’il leur est désormais difficile de contrôler. Lundi, les grands moyens ont donc été employés par Eric Besson, le ministre de l’Immigration, pour tenter de sauver sinon le « grand » débat sur l’identité nationale, du moins son image sérieusement plombée par des dérapages racistes et par les critiques sévères issues de la droite même.

Face à des journalistes venus en nombre, le ministre n’a rien de moins qu’accusé les médias et la gauche de donner une image fausse du débat en se focalisant sur les dérapages « minoritaires ». A l’appui de ses accusations, une analyse réalisée par l’institut de sondage TNS/Sofres sur 26 000 contributions d’internautes au site dédié. « Nous débattrons jusqu’à fin 2010 » - Politique - 21/12/2009 - Rama Yade : «Ne laissons pas le débat sur l'identité nationale a. Dans la famille Le Pen, Marine a le vent en poupe. Identité: Le Pen satisfait du débat - La débandade de Liévin illustre la stupidité du débat sur l’iden. Récapitulons.

La débandade de Liévin illustre la stupidité du débat sur l’iden

Un grand débat sur l’identité nationale devait se tenir à Liévin, le 13 janvier. Avec un animateur reconnu (le journaliste et ancien ministre Philippe Vasseur) et des invités de haute volée : Daniel Percheron, président du conseil régional, Eric Besson, ministre de l’Immigration, Mgr Jaeger, évêque du diocèse d’Arras, et l’ancien joueur du RC Lens Erik Sikora. Le Front national est galvanisé par le débat sur l'identité nati. Débat sur l'identité nationale : bilan d'étape - Contre d&eacute. Copé face à une burqa chez Ardisson. Besson était sur RTL - une vidéo Actu. Contesté à droite. Identité nationale: Baroin et Juppé tiennent tête à Sarkozy. Nicolas Sarkozy et François Baroin à l’université d’été du RPR le 4 juillet 1998 (Jean Philippe Arles/Reuters) Nicolas Sarkozy s’était plaint de ceux qui, à droite, critiquent le débat sur l’identité nationale.

Identité nationale: Baroin et Juppé tiennent tête à Sarkozy

S’il voulait les faire taire, c’est raté. Ce week-end, François Baroin et Alain Juppé ont persisté dans leurs critiques : un débat qui « ne peut que servir le FN » pour le premier. Un débat qui « élude la vraie question », celle de la tradition d’accueil de la France, pour le second. Face à la fronde de plusieurs personnalités de droite, dont plusieurs anciens ministres (Raffarin, Villepin, Juppé), Nicolas Sarkozy avait, le 15 décembre, fustigé les critiques émanant « d’amis de son propre camp » et réaffirmé son soutien au débat.

Identité nationale : Gaudin dérape à son tour à Marseille. Dans une réunion UMP, il évoque « les musulmans qui ont déferlé » dans la rue » après Algérie-Egypte et choque jusque dans son camp.

Identité nationale : Gaudin dérape à son tour à Marseille

Jean-Claude Gaudin avec le ministre de l’Immigration Eric Besson à Marseille vendredi (Jean-Paul Pelissier/Reuters) (De Marseille) Eric Besson était à Marseille pour débattre de l’identité nationale. Il aura suffi que le ministre de l’Immigration s’absente quelques minutes des salons d’honneur de la préfecture des Bouches-du-Rhône pour que le débat dérape.

Le motif : une déclaration du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin qui, évoquant les suites du match Algérie-Egypte en novembre, a parlé de « 15 000 musulmans qui ont déferlé » dans le centre-ville de Marseille. Ces propos, le vice-président de l’UMP les aurait en fait tenus un peu plus tôt dans l’après-midi, à l’occasion d’une réunion organisée par son parti dans les salons d’honneur du stade Vélodrome et qui portait déjà sur le thème de l’identité nationale. Avant de s’emporter, encore : Dominique de Villepin : le débat est "piégé. Dominique de Villepin, france info, 08 12 2009 - une vidéo Actu. Dominique de Villepin: «Ce débat est autoritaire et absurde" - u. François Baroin. "Gros comme un hippopotame dans une mare desséchée", avez-vous dit à propos du débat sur l’identité nationale.

François Baroin

Pourquoi ? - Pour être utile, un débat doit fixer un objectif. Je ne comprends pas l’intérêt de ce débat car je ne distingue pas son objectif citoyen. Certains peuvent avoir des problèmes d’identité par rapport à la nation, mais la nation, elle, n’en a pas. Elle dispose de toutes les réponses dans la loi fondamentale, la Constitution, qui définit au fond notre façon de vivre ensemble avec nos devoirs dans un Etat de droit.

Alain Juppé critique à son tour le débat sur l'identité national. JF Probst. L'Appel de Mediapart: «Nous ne débattrons pas» Mediapart lance avec deux cents personnalités un appel à refuser le «grand débat sur l'identité nationale» organisé par le pouvoir.

L'Appel de Mediapart: «Nous ne débattrons pas»

Nous souhaitons que cet appel soit à l'origine d'une grande pétition citoyenne qui suscite un vaste rassemblement. Vous pouvez le signer ci-après. Nous ne débattrons pas Par principe, nous sommes favorables au débat. A sa liberté, à sa pluralité, à son utilité. Il n'est pas libre car c'est le gouvernement qui le met en scène, qui pose les questions et qui contrôle les réponses. Affaire publique, la nation ne relève pas de l'identité, affaire privée. Pétition SOS Racisme. SOS racisme lance une pétition pour réclamer l'abandon du débat sur l'identité nationale lancé par le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale Eric Besson, et prévu pour courir jusqu'au 4 février.

Pétition SOS Racisme

En voici le texte: «Depuis le 2 novembre 2009, la France a été entraînée, malgré elle, dans les tourments d’un débat sur l’identité nationale. De nombreuses voix s’étaient pourtant élevées pour avertir que le lien posé d’emblée entre l’immigration et l’identité nationale était de nature à libérer une parole au «mieux» stigmatisante, au pire raciste. Malheureusement, ces prédictions apparaissent aujourd’hui se situer bien en-deçà d’une réalité inquiétante et nauséabonde. En effet, depuis plusieurs semaines, les débats sur l’identité nationale sont apparus comme des espaces de libération d’une parole raciste, prompte à remettre en cause, de façon insidieuse ou explicite, la légitimité de la présence sur le sol national de catégories entières de la population.

Les premiers signataires: Stop au débat sur l'identité nationale. Identité nationale: pour François Hollande il fait que le débat. Selon un sondage du CSA publié par Le Parisien, un Français sur deux n'est pas satisfait de la manière dont se déroule le débat sur l'identité nationale et souhaite son arrêt (29%) ou sa suspension (21%), tandis que seul un Français sur trois souhaite qu'il se poursuive.

Identité nationale: pour François Hollande il fait que le débat

Il semblerait que les Français aient changé d'avis sur la question: un autre sondage CSA du même type le 1er novembre avait trouvé que le débat était une «bonne chose» pour 60% des Français. François Hollande explique dans cet article pourquoi il faut selon lui arrêter ce débat. publicité Le débat sur l'identité nationale finit par coûter cher à la France. Dérapages ministériels, élucubrations d'élus UMP, divisions au sein de la majorité, embarras préfectoraux, incompréhensions européennes. Nicolas Sarkozy a cru sauver la mise de son ministre de l'Identité nationale en publiant un article dans Le Monde. Pétition Mediapart. Depuis ce vendredi, un cahier spécial de Mediapart est en vente dans les kiosques. Tiré à 50.000 exemplaires, ce numéro de 32 pages couleurs est vendu 2,50 euros. Si vous souhaitez en acheter plusieurs exemplaires, voici comment procéder. Ce cahier spécial fait suite au succès de l'appel de Mediapart « Nous ne débattrons pas », signé par 40.000 personnes.

Il a été conçu de façon à proposer des repères, des analyses, des rappels historiques, bref, un contre-argumentaire détaillé face à l'offensive lancée par l'Elysée. Or justement, dans plusieurs villes, des collectifs, des associations organisent des manifestations. Membre ou responsable d'une association, d'un collectif, d'une collectivité locale, vous pouvez, si vous le souhaitez, acheter directement plusieurs exemplaires de ce numéro spécial.

Pour cela il suffit de remplir le bon de commande ci-dessous et de nous l'adresser (Mediapart, 8, passage Brulon, Paris, 75012) accompagné de votre règlement. [video] Le grand débat lâche. Retour en vidéo sur le carton d'invitation à librement exprimer sa haine de l'autre, délivré à l'approche des élections par un gouvernement camouflant sa désastreuse politique anti-sociale derrière un patriotisme de façade. Rappel aux électeurs UMP : Il n’y a pas de déficit de patriotisme mais un manque de citoyenneté. Le patriotisme est publicitaire, la citoyenneté c’est l’expérience du quotidien. Rappel à ceux qui se sentent visés à juste titre par ce faux débat : l'intégration est un concept de dominant. Il n'est jamais posé, ni lancé selon les termes de celui censé s'intégrer mais bien selon le calendrier et les critères de celui qui tolère. Celui qui vous parle d'intégration, n'exprime fondamentalement que la peur de ce que vous êtes, ou de ce qu'il pense que vous incarnez.

Nous reparlerons d'identité nationale lorsqu'il n y aura plus un seul citoyen mourant de froid au pays des lumières éteintes.