background preloader

SHOWROOMING / consommateur électronique

Facebook Twitter

Le « showrooming » et le « pretailing » redéfinissent le processus d’achat! Depuis environ dix ans, les ventes en ligne n’ont cessé de croître et l’offre aussi.

Le « showrooming » et le « pretailing » redéfinissent le processus d’achat!

Nous achetons tout en ligne ou presque. Oui, plusieurs gammes de produits souffrent un peu de l’intangibilité du Web, mais l’avenir pourrait bien changer ce fait. En effet, acheter des chaussures en ligne ou même des vêtements apparaissait improbable et pourtant même avant le Web, Sears vendait par catalogue des vêtements et des chaussures. Comment ont-ils réussi ce tour de force? Simplement en permettant le contact avec le vêtement soit par le biais de leur magasin ou par le biais d’un achat sans risque autorisant les retours sans questionnements.

Showrooming une opportunité pour les magasins traditionnels! Une amie, très en moyen et aussi chasseuse d’aubaines (appuyant ici sur le fait qu’il ne faut pas croire que ce sont des clients sans valeur qui pratique le showrooming), m’a avoué sans gêne faire la même chose. Que dire du « Pretailing » maintenant? Que conclure sur ces nouvelles façons d’acheter? Le phénomène du showrooming : fatalité ou opportunité ? Si tous les ingrédients du mauvais marketing semblent réunis, entre pratiques anti-commerciales et remise en cause du célèbre précepte « Le client est roi », le magasin a tout de même le mérite d’avoir soulevé une question épineuse : comment les magasins traditionnels peuvent-ils lutter contre la montée du showrooming ?

Le phénomène du showrooming : fatalité ou opportunité ?

Si l’on pousse le raisonnement plus loin, l’on est également amené à se demander si la croissance exponentielle du e-commerce doit nécessairement signifier la fin des commerces brick & mortar. Ou si, plutôt qu’une lutte sanglante entre ces deux modèles, il n’est pas envisageable de développer une solution alternative, qui pourrait bénéficier à l’ensemble des acteurs concernés, consommateurs compris. Une pratique en fort développement Le showrooming consiste pour le consommateur à faire du shopping dans un magasin physique, à comparer ses prix avec ceux des vendeurs en ligne grâce à un smartphone, puis, la majorité du temps, à effectuer l’achat en ligne. 1. Infographie – le showrooming une pratique inquiétante pour les magasins. Le Showrooming, est il vraiment une menace pour le point de vente physique ?

Infographie – le showrooming une pratique inquiétante pour les magasins

Le showrooming devient une pratique habituelle des consommateurs au risque de diminuer considérablement le CA/rentabilité des magasins. Les magasins deviennent donc les showrooms des places de marché ecommerce et plus particulièrement d’AMAZON ! Le showrooming se généralise surtout pour les plus jeunes consommateurs qui le pratiquent par habitude et sans complexe pour toucher, voir concrètement et être conseillé par des "vendeurs/démonstrateurs" en face à face. De plus, les consommateurs utilisent leur smartphone en magasin pour prendre des photos, consulter les avis des autres consommateurs, voire comparer les prix directement sur les sites ecommerce. Une constante notamment pour la vente de produits "techniques" où le consommateur va en magasin pour obtenir un maximum d’informations pour ensuite trouver la meilleure offres financières sur internet.

Daniel Picolo Like this: J'aime chargement… Faut-il craindre le Showrooming ou en tirer parti ? La semaine dernière une info venant d’Australie a été abondemment relayée : Un commerçant australien a voulu faire payer les personnes qui quittaient son magasin sans rien avoir acheté.

Faut-il craindre le Showrooming ou en tirer parti ?

Une nouvelle étape a été franchie dans la lutte contre ce phénomène qui a fait son apparition avec l’avènement des smartphones et connexions 3G : les acheteurs font des recherches sur Internet pendant qu’ils sont en magasin. Un magasin de chaussures francophone y était aussi allé de son petit écriteau pour dénoncer cette pratique : Pendant de nombreuses années, l’acronyme ROPO (Research online, purchase offline) a été expliqué dans des présentations sur l’e-commerce. Il était dans les habitudes d’un certains nombre d’acheteurs de faire des recherches d’informations sur Internet et d’ensuite réaliser l’achat dans un magasin physique. 1-. Le showrooming et son usage par les clients : 74, 46, 6/10 et 62 – Les chiffres de Connected Store. Aujourd’hui, pour les chiffres de Connected Store, nous revenons sur une étude de l’IAB en partenariat avec Ipsos Media CT au sujet du phénomène de showrooming.

Le showrooming et son usage par les clients : 74, 46, 6/10 et 62 – Les chiffres de Connected Store

Intitulée “Showrooming : Empowering Consumer Electronics Shoppers“, l’étude s’intéresse aux consommateurs d’électronique et cherche à identifier les évolutions des comportements d’achats. On y apprend que : 74% des interrogés se rendent en magasin pour essayer et voir le produit.46 % s’y rendent pour le côté pratique.Quasiment 6 shoppers sur 10 ont fait une recherche en ligne après une visite en magasinMais les utilisateurs de mobile en magasin sont davantage susceptibles d’effectuer cette recherche en ligne après une visite : 62% des interrogés la feront sur ordinateur.

(source) Il est intéressant de noter que les shoppers adeptes du showrooming ont besoin de faire des recherches après leur visite en magasin sur un ordinateur. Pour les besoins de cette étude, Ipsos a interrogé 482 consommateurs d’électronique durant 6 mois. Showrooming, vrai danger ? 77 & 6 : Les chiffres de Connected Store.